Ce Mardi, des milliers de personnes via Twitter régissaient au hashtag #PrayforAmazonia. Le mouvement en ligne devenu viral depuis que le ciel au-dessus de Sao Paulo noircissait avec la fumée des incendies de forêt en Amazonie. Des incendies qui selon les scientifiques pourraient porter un coup à la bataille contre le changement climatique. Une position partagée par le président français, qui ce jeudi avait jugé le problème amazonien, de « crise internationale ».

Loading...

«Notre maison brûle et nous regardons ailleurs»

La plus grande forêt tropicale du monde, l’Amazonie est un stock de carbone vital qui ralentit le réchauffement de la planète ; mais les incendies de forêt sont fréquents pendant la saison sèche, connus pour être délibérément déclenchés par les agriculteurs qui défrichent illégalement des terres pour l’élevage du bétail.

Macron, hôte du sommet du G7 à Biarritz, les jours prochains, avait voulu avertir que la santé de l’Amazonie était une préoccupation internationale. Le président français Emmanuel Macron a invité ce jeudi, les membres du Groupe des Sept (G7) à débattre des incendies de forêt qui ravagent la forêt amazonienne au Brésil. « Notre maison brûle. Littéralement. La forêt amazonienne, les poumons qui produisent 20% de l’oxygène de notre planète, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du sommet du G7, discutons de ce premier ordre d’urgence dans deux jours! #ActForTheAmazon », a tweeté le président, quelques jours avant le début du sommet du G7

Selon des données préliminaires recueillies par l’Institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE), environ 870 milles carrés de forêt amazonienne ont été détruits par des incendies causés par l’homme en juillet, soit une augmentation de 83 % par rapport à 2018 ; mais pour le président brésilien, Jair Bolsonaro, le président français Macron ne faisait que récupérer le drame en son pays à des fins « politiques ».

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom