Dans un immeuble de Dijon, les cris d’une femme battue par son mari sont devenus une habitude. Un concert régulier et très fréquent auquel les voisins, habitués, n’arrivent pas à se faire. Aussi ce voisin, impuissant devant la passivité de la police, décide-t-il d’enregistrer les cris de la pauvre femme battue et de publier sur les réseaux sociaux dans l’espoir que cela atteigne des voix plus autorisées.

Loading...

Une femme battue sur Twitter

La vidéo postée sur Twitter par le voisin en question ne montre que la cage d’escalier de l’immeuble. Cependant le son de la vidéo est parlant. On entend les cris stridents et désespérés d’une femme battue ainsi que la voix sourde de son bourreau. L’auteur de la vidéo l’accompagne de cette légende : « SVP, À L’AIDE ! Cette femme hurle : son conjoint la frappe depuis des mois & s’arme d’un couteau contre ceux qui interviennent. ». Plus bas, il renseigne que la police et le bailleur de l’immeuble, informés, sont restés sourds et muets.

Marlene Schiappa entre en jeu

Mais la vidéo a fait mouche sur le réseau social de l’oiseau bleu. Visionnée des dizaines de milliers de fois, elle a fait réagir la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes Marlene Schiappa et le préfet de Bourgogne. Marlene Schiappa dans un tweet a remercié l’auteur de la vidéo : « Merci aux voisins qui ont tourné cette vidéo pour leur engagement et leur vigilance. Dès hier soir mon équipe en a pris connaissance grâce à votre tweet a contacté les autorités à Dijon, qui sont mobilisées ».

Absence de plaintes

Quant à la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté, elle rassure de l’implication de la police dans le dossier : « La police nationale est parfaitement informée de la situation de ce couple, se justifie-t-elle. Elle est déjà intervenue plusieurs fois pour des conflits n’ayant donné lieu à aucun dépôt de plainte, comme ce fut le cas hier ». L’absence de plainte dans ce genre de dossier ne facilite pas la tâche des forces de sécurité qui sont souvent limitées dans leur intervention. Or les conséquences sont souvent funestes pour les femmes et 93 d’entre elles sont déjà décédées cette année suite aux violences conjugales. L’implication personnelle de la secrétaire d’Etat permettra certainement un dénouement heureux de ce dossier.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Schiappa en tant que membre responsable d un gouvernement aurait dû se renseigner avant de réagir aussi vite et sans réflexion ou discernement ! Le cas évoqué semble connu : que faire d un couple d alcoolos qui se tabasse réciproquement ? Pas de quoi en faire un fromage ! On voit bien que cette nana n a pas l expérience d une élue !

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom