Certains pays européens comme la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont exprimé leurs inquiétudes ce vendredi 13 septembre 2019 suite à l’ampleur que prend la crise relative à l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. En effet, par un communiqué conjoint, ces trois pays appuyés de la Haute représentante de l’Union Européenne ont invité la République Islamique d’Iran à revenir à la table de négociation. Ils souhaitent notamment que ce pays du Moyen Orien mettent fin à ses activités qui sont de nature à remettre en cause les ententes du Plan d’Action Global Commun (PAGC – JCPoA). Selon la déclaration, ils se penchent plutôt sur la résolution de la crise par la voie diplomatique.   

Loading...

Prône un retour au dialogue…

« Nous sommes préoccupés par le risque que le Plan d’Action Global Commun (PAGC – JCPoA) ne se défasse, sous la pression des sanctions imposées par les États-Unis depuis mai 2018 et à la suite de la décision de l’Iran de ne plus mettre en oeuvre certaines des dispositions essentielles de l’accord » fait notamment observer ces pays de l’Union Européenne dans leur déclaration. « Nous continuons à soutenir le JCPoA et appelons instamment l’Iran à revenir sur ses activités non conformes à ses engagements au titre du JCPoA, et à s’abstenir de toute nouvelle mesure. » lancent ces pays tout en appelant la République Islamique d’Iran à cooépérer avec  l’AIEA. Rappelons que Téhéran a renoncé à une série d’engagements pris dans le cadre de l’accord de juillet 2015 visant à encadrer son programme nucléaire. Entre autres, il produit désormais de l’uranium enrichi à au moins 4,5%.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom