Il y a quelques semaines, le président américain Donald Trump provoquait une nouvelle fois le buzz en affirmant être intéressé par l’achat du Groenland. Une situation sur laquelle Ségolène Royal, ancienne ministre de l’Environnement, a accepté de revoir sur le plateau de l’émission On n’est pas couché, diffusée le 14 septembre dernier.

Aujourd’hui chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique, Ségolène Royal est donc très bien placée pour discuter du sujet. Selon ses dires, la situation actuelle est absolument terrible, la fonte des glaces s’accelerant à vitesse grand V. D’ailleurs, cette dernière a récemment rappelé la position de la France lors du Conseil de l’Arctique, souhaitant “tirer l’attention sur les conséquences du dérèglement climatique.

Les pôles, nouveaux eldorado

Dans les faits, la fonte des glaces permet aux paquebots et autres navires de circuler sur des routes maritimes auxquelles ils n’avaient pas accès avant. Résultat, ces derniers polluent plus et accélèrent la fonte des glaces. Le fuel lourd, utilisé par les navires est effectivement vu comme responsable de nombreux maux. Autre point important, la fonte des glaces permet d’avoir accès aux terres rares, au pétrole à toutes les autres richesses que les sols enneigés des pôles nous cachent.

Ségolène Royal ne rigole pas

Aujourd’hui, cela est ainsi vu comme une réelle opportunité pour certaines nations, dont le président Trump qui, en affirmant vouloir acheter le Groenland, avait donc une réelle idée derrière la tête. “Trump a dit qu’il allait acheter le Groenland, tout le monde a ri, mais moi ça ne m’a pas fait rire”, explique l’ancienne ministre, ajoutant que les ressources s’épuisant dans des pays comme les USA, la Chine ou la Russie, tous étaient en quête d’un nouvel eldorado.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom