Photo : AP Photo/La Presse canadienne

C’est dans un contexte diplomatique très tendu entre l’Iran et les Etats-Unis d’Amérique que ces derniers ont récemment accusé hier jeudi, Téhéran d’avoir fait économie de vérité envers l’Union Européenne et la communauté internationale en fournissant du pétrole à la Syrie. Et pour cause, le pétrolier iranien Adrian Darya 1 aurait livré 2,1 millions de barils de pétrole à la Syrie. Le gouvernement britannique avait déjà accusé l’Iran, mardi dernier à ce propos.

Une promesse faite pas l’Iran

L’Adrian Darya 1 avait été arraisonné en juillet par les autorités de Gibraltar. A en croire celles-ci, le pétrolier iranien avait été relâché en échange d’engagement des iraniens de ne pas livrer les cargaisons de pétrole à la Syrie. Malgré ces affirmations, l’Iran affirme pour sa part ne jamais avoir fait une telle promesse. La situation n’est pas passée inaperçue aux yeux de Washington qui se sont exprimés.

« Nous venons de voir en direct comment le régime iranien a manqué à sa parole donnée à l’Union européenne selon laquelle le navire n’acheminerait pas son pétrole au régime meurtrier d’al-Assad » a laissé entendre Morgan Ortagus la porte-parole de la diplomatie américaine, en faisant comprendre à la presse que les Etats-Unis disposent d’éléments pour prouver ces déclarations.

Voir les commentaires

3 Commentaires

  1. Un régime meurtrier selon Morgan ortagus, alors qu il y a pas pire régime meurtrier que celui des usa et quelque soit le président en exercice

  2. Nul état n’est tenu de respecter une sanction…en dehors de celle…du conseil de sécurité…et là encore…!!!?

    Les iraniens et les syriens ne sont pas des occidentaux

    Les lois..extra territoriale….n’engagent personne..

    A l’inverse …si l’iran décrete..des sanctions contre..un état x…occidental…..qui les respectera..

    Moi je suis soutiens les iraniens qui font face..à l’impérialisme occidental..

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom