La CIA, implantée en Russie . C’est l’incroyable théorie que semble défendre la chaîne américaine CNN ainsi que le média du New York Times. En effet, ces deux sources assurent avec insistance que les services secrets américains auraient réussi à placer un espion au sein de l’entourage du président russe.

Loading...

D’après la thèse défendue, c’est cette même personne qui aurait averti les autorités américaines de possibles faits d’interférences au sein de la campagne présidentielle de 2016. À l’époque, la Russie est accusée d’avoir organisé toute une série de désinformation via les réseaux sociaux, en publiant de fausses publicités et en relayant des fake news. Ces agissements auraient d’ailleurs bénéficié à l’actuel chef de l’État, le président Donald Trump.

Poutine face à un espion américain

Dans les faits, la CIA aurait mis en place toute une stratégie de recrutement, il y a plusieurs dizaines d’années. Le russe concerné a finalement réussi à gravir les échelons et, aujourd’hui, se retrouve dans le second ou le troisième cercle des conseillers du chef du Kremlin, Vladimir Poutine. Un poste assez haut pour que les services secrets américains aient accès à certaines informations jugées privées, sensibles. C’est d’ailleurs grâce à cette position privilégiée que les services américains ont eu vent de la décision de Moscou, de faire pencher la balance lors des élections de 2016.

Un homme aujourd’hui exfiltré

Aujourd’hui, la fameuse source a été exfiltrée. Selon CNN, Jim Sciutto, chargé des questions de sécurité nationale, cette décision est notamment motivée par la crainte de voir le président Trump griller cet espion un peu par inadvertance. Une situation connue des services secrets qui ont déjà dû faire face à une série de révélations en tous genres. En effet, Trump a déjà donné des informations top secrètes concernant l’État islamique à la Russie alors que le 30 août dernier, celui-ci a publié la photo aérienne d’une base iranienne, probablement prise depuis un satellite espion.

Selon le New York Times en revanche, la CIA a simplement demandé à sa source si elle souhaitait quitter la Russie, suite à ces révélations. Refusant une première fois, invoquant des raisons familiales, cette dernière a provoqué l’émoi du côté des forces centrales d’intelligences, certains experts allant même jusqu’à se demander si les informations révélées étaient vraiment utilisables ou non. Toutefois, plusieurs semaines après ce premier refus, la fameuse source a finalement accepté l’offre américaine. Une décision qui a mis fin à la carrière d’espion de l’un des alliés américains les plus importants de l’histoire contemporaine.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom