Raphaël Glucksmann. - PH : Mathieu Golinvaux.

Raphaël Glucksmann n’en démord pas. En effet, l’eurodéputé et créateur du parti Place Publique était l’invité ce dimanche, de l’émission Questions Politiques, diffusée sur France Inter. L’occasion pour ce dernier de défendre sa vision de l’Europe et surtout, de tacler les États-Unis qui ont affiché leur vrai visage il y a quelques semaines, en abandonnant les Kurdes à leur sort.

Dans les faits, selon Glucksmann, l’Europe a toujours agi comme un enfant face à Washington, en se réfugiant derrière la toute puissance américaine à chaque crise, conflit. “Papa c’était le président des États-Unis et aujourd’hui, on se rend compte que papa est dingue. Et que les alliés qu’on pensait indéfectibles ne sont pas des alliés fiables” poursuit l’élu, dans un parallèle assez clair à la décision du président Trump de laisser les Kurdes à leur propre sort.

Glucksmann, en faveur d’une défense européenne

Seule solution afin de se défaire du joug américain ? La création d’une Europe forte et solidaire. Aujourd’hui, l’Union européenne doit ainsi se doter d’une armée capable de défendre ses intérêts et ceux de ses citoyens face aux différents régimes qui prennent de plus en plus de poids, comme la Russie, la Chine et donc, les États-Unis. “On doit décider si on est des ados ou si on est des adultes.” a-t-il lancé.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Les kurdes tentaient destituer Al Assad qui n’a pas laissé passer le côté Qatar Arabie Saoudite et Jordanie de son projet de pipe-line la Stratégie des 4 mers parce que Bush a envahi l’Irak et l’Afghanistan alors que c’était l”Arabie Saoudite qui était responsable des événements du 11 septembre. Il n’y a jamais eu d’armes de destruction massive en Irak et l’Otan protégeait des plans d’opium en Afghanistan

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom