Ambassador William Taylor Ph: J. SCOTT APPLEWHITE / AP

Le Congrès américain aura certainement trouvé son témoin clé dans son enquête pour la destitution du président de la République. William Taylor, haut diplomate américain en Ukraine, témoignait ce mardi à huis clos devant la Chambre des Représentants. Dans une déclaration liminaire de 15 pages, M. Taylor confirmait que les autorités américaines auraient fait pression sur l’Ukraine afin qu’elle enquête sur les rivaux du président Trump.

De gros nuages à l’Horizon pour Trump

William Taylor, ambassadeur des USA en Ukraine de 2006 à 2009, serait depuis juin dernier, le Chargé d’affaires pour l’Ukraine. Une carte de visite qui en faisait d’ores et déjà un témoin important dans l’enquête lancée par le Congrès sur le bien-fondé d’une procédure en destitution du président américain. Un témoignage que l’administration Trump aurait d’abord tenté d’éludé, obligeant les démocrates de la Chambre à émettre une assignation à comparaître à l’encontre du diplomate.

C’est que, le témoignage de William Taylor, serait apparu comme nécessaire après le témoignage de deux autres diplomates au centre de la controverse Gordon Sondland, ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union européenne et à Kurt Volker, le Représentant spécial des États-Unis pour les négociations sur l’Ukraine. William Taylor,  aurait échangé des messages avec les deux diplomates, en rapports directe avec les manœuvres politiciennes de l’administration Trump en Ukraine.

De fait, le compte-rendu de Taylor loin de contredire les déclarations de ses prédécesseurs  devant les membres du comité du Congrès pour le renseignement, les affaires étrangères et la supervision,  les aurait plutôt corroboré et avec détails. Un témoignage qui selon Ted Lieu, représentant démocrate pour la Californie serait « une déclaration liminaire très détaillée et dévastatrice pour Donald Trump ».

Dans sa déposition, M. Taylor, aurait effectivement reconnu un lien direct entre un retard dans l’aide militaire américaine de 400 millions USD à l’Ukraine, une aide déjà votée et décidée ; et la volonté de l’administration d’enquêter sur les ennemis politiques du président Trump. Selon Taylor, l’ambassadeur Sondland lui aurait révélé que Trump était un homme d’affaires et qu’avant de signer tout accord, il voulait s’assurer qu’il en avait pour son argent.

Et la rétribution dont il était question était que l’administration du fraichement élu président ukrainien, Volodymyr Zelensky, mène entre autre pour le compte de Trump, une enquête sur la famille de Joe Biden, candidat démocrate aux présidentielles de 2020.

Voir les commentaires

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom