PHOTO : REUTERS / LEAH MILLIS

Nouveau camouflet pour le président Trump. En effet, le secrétaire américain de la Défense a confirmé ce dimanche, qu’il envisageait bien de coopérer avec les démocrates qui l’ont invité à répondre aux nombreuses questions qu’ils ont, en vue de discuter des accusations portées à l’encontre du président américain dans le cadre de l’affaire ukrainienne.

Une petite surprise, quand on sait que la Maison-Blanche a affirmé à diverses reprises qu’elle ne comptait pas collaborer avec le Congrès dans le cadre de la procédure d’impeachment portée à l’encontre du chef de l’État. Qualifiant la commission en charge d’étudier sa destitution de « tribunal bidon », Donald Trump a été très clair et n’a pas hésité à défier l’une des institutions américaines les plus importantes.

Trump, désavoué par Esper ?

Toutefois, Mark Esper a semble-t-il opté pour une stratégie tout à fait différente. Interrogé par la chaîne CBS, ce dernier a avoué que le Pentagone ferait tout ce qui était en son pouvoir afin de collaborer avec le Congrès. Ce dernier a été invité par les élus démocrates en charge de travailler sur la destitution de Trump à livrer divers documents ayant un lien direct avec l’appel et les échanges observés et enregistrés entre le président Trump et son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky.

Les démocrates cherchent à en savoir davantage

L’idée ici est d’établir avec précision le degré de pression qu’a imposé le président américain sur les épaules de Kiev afin qu’une enquête sur Hunter Biden, le fils du candidat démocrate favori à l’élection présidentielle de 2020, soit rapidement lancée. Dans le but de se faire entendre, Washington avait d’ailleurs pris la décision de geler une aide financière militaire de 400 millions de dollars allouée à l’Ukraine, plusieurs semaines durant.

Du côté de la Maison-Blanche, on affirme que rien ne laisse penser à un coup de pression et que cet appel n’était autre que « parfait ». Si la retranscription de la discussion a été dévoilée, Washington ne semble toutefois pas vouloir en dévoiler davantage. « J’ignore où l’on en est sur la préparation des documents »,a d’ailleurs avoué Esper, affirmant qu’il était envisageable que l’exécutif lui impose certaines restrictions.

Voir les commentaires

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom