talon

Après l’attaque du navire Bonita le samedi 2 novembre dernier, l’Etat béninois a décédé de renforcer les mesures de protection, de sécurité et de sûreté des navires en rade dans les eaux béninoises. Le Conseil des ministres de ce mercredi 6 novembre 2019 a pris un décret pour le renforcement de la protection des navires mouillant dans les eaux béninoises.

Cette décision fait suite de l’attaque, le samedi 02 novembre, du navire Bonita, arrivé en rade le 28 octobre, par les pirates, à environ 9 milles de la passe d’entrée du port autonome de Cotonou. Les bandits des mers ont kidnappé le commandant du bateau et 8 membres de léquipage.

Le conseil des ministres a donc adopté hier le décret portant renforcement des mesures de protection, de sécurité et de sûreté des navires en rade de Cotonou.  Selon ce décret, «tout navire de commerce, quelle que soit sa nationalité, au mouillage dans les espaces maritimes sous souveraineté de l’Etat béninois et plus particulièrement en zone d’attente du port de Cotonou, avec l’accord du capitaine, doit accueillir à son bord une équipe de protection armée à charge de la république du Bénin».

Pour le gouvernement, la présence de cette équipe de protection va permettre de prévenir toute tentative de piraterie et d’alerter les centres opérationnels en vue de mettre hors d’état de nuire les pirates présumés. Pour rappel, le Conseil des ministres du 10 avril 2019, avait retenu la société norvégienne VISSIM A.S. en raison de son expérience, pour fournir des solutions de pointe au Bénin dans le cadre de la protection de sa façade maritime et de certains de ses postes frontaliers terrestres. Mais, pour l’instant, lesdites solutions n’ont pas encore abouti.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. On vous a bien prévenu que ce régime est un régime de bras cassés ; ils signent des accords avec VISSIM , qui n’a pas encore des solutions ” bien drôle ” ; combien talon a payé à cette société ” sans solutions ” , c’est encore une autre affaire de milliards pour des roches de Norvège pour arrêter l’avancée maritime ; à nos soldats qui n’ont pas le pieds marins et doivent souffrir du mal de mer , embarqués dans l’opération , exigez d’abord vos primes , d’ici qu’il y a nos frères de tchaourous comme assaillants

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom