Crédit photo: REUTERS

Un admirateur de Recep Tayyip Erdogan. C’est du moins comme cela que s’est décrit l’actuel locataire de la Maison Blanche alors qu’il recevait son homologue turc à la présidence américaine ce mercredi 13 novembre 2019. Cette visite de l’homme fort d’Ankara intervient après l’offensive militaire qu’a lancée le président turc contre les forces kurdes de la Syrie.

Elle fait également suite aux nombreuses situations qui ont précédé l’accord de cessez-le-feu qui a mis fin aux combats en Syrie. Alors qu’Ankara fonçait tête baissée vers l’opération militaire contre les forces YPG Kurdes en Syrie, on se rappelle encore de ces menaces du président américain.

Une amitié éprouvée…

 « Si la Turquie fait quoi que ce soit dont j’estime, dans ma grande et inégalable sagesse, que cela dépasse les bornes, je détruirai et anéantirai complètement l’économie de la Turquie », déclarait notamment Donald Trump quelques heures après le lancement des opérations militaires la Turquie.

L’opinion publique gardera également en mémoire cette correspondance envoyée par le président américain et qui avait suscité tant de réactions. « Ne jouez pas au dur! Ne faites pas l’idiot! » indiquait Trump.

La Turquie, un allié des USA

Mais tout ceci est visiblement conjugué au passé. La grande amitié entre Trump et Erdogan est désormais l’affiche qui trône dans les médias. Lors de la conférence de presse conjointe donnée par les deux chefs d’Etat à l’issue de cette visite, Donald Trump a notamment rappelé les relations qui lient les deux pays mais a pris le soin d’éviter les sujets qui fâchent.

 « La Turquie, comme tout le monde le sait, est un important allié au sein de l’Otan » a rappelé le milliardaire républicain avant de revenir sur la grande amitié qui le lie à son homologue turc. « Nous sommes amis depuis longtemps » a-t-il déclaré lors de la rencontre avec les hommes des médias.

Il s’était même fait le porte-voix de son homologue turc en déplorant les récentes déclarations de Macron au sujet d’une mort de l’Otan. « Je pense que le président (turc) n’a vraiment pas apprécié (..) et je pense que beaucoup d’autres gens ont eu la même réaction » avait affirmé le président américain lors de cette conférence de presse.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom