« Qu’est ce qui nous arrive dans ce pays ? » Tel est le cri d’exclamation indignée d’un internaute sur un forum à la vue partielle  de la chambre de l’ex général Mathieu Kérékou ci-devant ancien président de la République du Bénin. La garde-robe entrouverte s’étale pour la première fois  sous nos yeux incrédules pour découvrir des costumes soigneusement rangés, les photos et tableaux souvenirs de l’ancien chef d’Etat, les vélos de sport et une kyrielle de mallettes  exposées sur les placards en bois laqué. Tout y passe.

Et ce qui choque c’est que tout cela se déroule non pas à l’occasion d’une visite guidée au sein de la célèbre résidence des filaos située à mi-chemin de la rue principale du carrefour dit « des trois banques » mais à la funeste occasion de l’exécution  d’un exploit d’huissier commis pour faire évacuer le domicile des effets personnels du général.

L’image qui nous vient à l’esprit est celle de Laurent Gbagbo en gilet de corps , les yeux hagards sous les feux roulants des caméras du monde entier. Image d’un président déchu qui ne sait pas encore quel sort lui réserve la soldatesque surexcitée du couple infernal  Ouattara – Soro aujourd’hui désuni.

Ces images des effets personnels du général feront le tour du monde plus rapidement que celles de Laurent Gbagbo par la simple magie des réseaux sociaux. Tout simplement parce que, une décennie auparavant, les réseaux sociaux ne connaissaient pas l’ampleur et l’engouement qu’ils ont aujourd’hui et ils vont plus vite que les caméras. Mais l’effet dévastateur est le même  au regard des circonstances de l’exposition des effets personnels: l’exécution forcée d’un exploit d’huissier suivie de la démolition de la résidence familiale de toute la lignée Kérékou depuis la grand-mère Maman Yokossi jusqu’aux 22 descendants survivants du général et leurs progénitures. On aurait pu éviter à son corps l’humiliation de se retourner dans sa tombe pour ne pas regarder le spectacle de l’exhibition de ses effets personnels.

Diverses questions se bousculent  sur les lèvres du spectateur indigné des réseaux sociaux. La première est celle de savoir  ce qui urge pour qu’on soit obligé de démolir moins de cinq ans après sa mort, la résidence privée et officielle du seul président qui a connu le plus long règne de l’histoire post indépendance de notre pays.

Pourquoi l’Etat représenté par le gouvernement qui a les moyens  et le temps de faire ce qu’il veut, ne pouvait- il pas attendre la fin de la procédure judiciaire qu’il a lui-même engagée contre les héritiers désargentés, avant de mettre dans la rue les effets personnels d’un ancien président dont un des enfants est ministre ?Quelle honte ! Quel changement fondamental a -t-on apporté en trois ans de présidence au visage de Cotonou-reconnue dans le monde comme la ville des   grandes inondations …des rues défoncées jonchées de nids de poule  des quartiers insalubres d’Agla-Akogbato vossa- hindé Djidjè- avotrou -ste Cécile , et pour qu’il soit indispensable de démolir le bâtiment principal d’une résidence excentrée par rapport au boulevard en construction ?

Notre président si friand des voyages en jet privé sait pertinemment que le Cotonou qui s’étale sous ses pieds, lorsque l’avion amorce la descente sur notre ville coincée entre l’océan et le lac Nokoué est trop loin des grandes capitales africaines que sont Abuja, Lagos Abidjan, Dakar pour ne rien dire de Johannesbourg , Nairobi ou Casablanca. Alors qu’est ce qui changera fondamentalement dans le paysage de Cotonou hic et nunc ,  si la résidence des filaos  de Mathieu Kérékou transformée en musée restait à sa place ?

Et c’est ici qu’il faut faire le constat que si notre  capacité d’indignation individuelle  est restée intacte dans les salons feutrés de nos  résidences et habitations où nous sommes sûrs que personne ne nous voit , c’est au détriment de notre capacité d’indignation collective dont le Bénin passait pourtant pour être le modèle inaltérable en Afrique. Où sont passés les syndicats , les organisations de la société civile et autres personnalités charismatiques de l’Eglise catholique hier très actifs sous le règne de Boni Yayi et prompts à saisir toutes les occasions pour défendre nos libertés publiques.

Il faut le dire sans ambages : nous ne savons plus mener des luttes communes pour la défense des  causes communes. La peur de la répression aveugle d’un prince régnant qui a balisé son parcours par des lois scélérates n’explique pas tout ! Nous sommes plus aptes à nous épancher hypocritement sur les réseaux sociaux qu’à nous organiser pour nous battre ensemble pour la préservation de  nos droits acquis mis à mal depuis trois ans de gouvernance oligarchique.

C’est pourquoi, les plus sensibles à l’appât du gain facile qui sont aussi les plus éhontés d’entre nous sont allés , au secours du régime de la rupture avec armes et bagages en nous chuchotant qu’il est le plus fort en ce moment et qu’on ne peut rien contre lui . On voit bien à l’épreuve de la réalité de notre couardise  que ce n’est pas pour rien qu’une assemblée de parlementaires à l’élocution approximative dans un français de niveau douteux se sont rués  en catimini nuitamment sur notre constitution dans l’ignorance totale de toute procédure pour la vider de toute substance en toute impunité.

Nous n’avons donc pas encore vaincu la fatalité, celle du pouvoir autoritaire, comme l’avait proclamé pompeusement celui qui vient de s’éteindre à l’âge canonique de 90ans, dans l’indifférence générale et …le dénuement. Et pourtant le peuple Burkinabè  nous a balisé le chemin de la délivrance que les Soudanais n’ont pas hésité à emprunter il n’y a guère  si longtemps.

Voir les commentaires

40 Commentaires

  1. @Agadavi, agadanon
    ou Agadjaviidjimankpl…
    Souffre que je te dise la vérité et surtout que je tente pour la dernière fois de te ramener sur le droit chemin.
    Tu souffres gravement de ce qu’on pourrait appeler “rupture de Klébéisme”.
    Attention mon pauvre, car tu n’est plus loin d’une rupture d’anévrisme cérébrale, tellement ton cerveau est négativement talonné et rétrogradé par la rupture pour qui tu es en mission.

  2. @SAS…..
    Heureux de savoir que tu sais faire désormais la différence être joncher et jouxter. Tu vas dormir moins bête ce soir. Et surtout ne me sers pas l’alibi bateau du clavier numerique. Le mien non plus n’est pas analogique.
    Pour finir te gênes pas à me défier stylo contre stylo car tes chiures trahissent bruyamment ton niveau en français.
    Par contre, si t’es prêt à y aller en fon, là je pourrais voir comment te donner une chance.
    Tchoukouvi!

    • @Agadavi, agadanon
      ou Agadjaviidjimankpl…
      Souffre que je te dise la vérité et surtout que je tente pour la dernière fois de te ramener sur le droit chemin.
      Tu souffres gravement de ce qu’on pourrait appeler “rupture de Klébéisme”.
      Attention mon pauvre, car tu n’est plus loin d’une rupture d’anévrisme cérébrale, tellement ton cerveau est négativement talonné et rétrogradé par la rupture pour qui tu es en mission.

  3. Monsieur le journaliste veut que l’état laisse un hectare de domaine public en pleine ville aux héritiers de Kerekou. Il me fait rire ce journaliste.

    • Et cela sent le propre du béninois ce journaliste prouve qu’il est animé d’un esprit de montrer que les autres ont tord.à quand force restera à la loi.le président après mandat est allé louer un appartement on profite de ce peuple etlepeuplevit dans la misère Mr lejournaluste Trèves de postes.merci

  4. Où est passée notre commune capacité de nous indigner ?…
    Dans le caniveau ou au mieux, enfouie en nous de peur des représailles de l’homme fort de la rupture.
    La question de Vincent Folly va au-delà du cas de la maison les filaos, mais on peut faire confiance aux klébés pour ne pas mesurer sa profondeur puisque comme leur chef, y a que le superficiel, le bling bling qui compte et importe. Pauvres d’esprit…

    Les viols à répétitions infligés à ce peuple depuis 3 ans par la rupture et cette forme de résignation collective comme toute réposte, que dis-je, riposte, rendent légitime cette question là: Où est passée notre commune capacité de nous indigner ?…

    Mais poser la question, c’est aussi croire aussi en la capacité de sursaut de ce peuple qui jamais ne s’est laissé embrigarder, vassaliser par un quelconque régime.

  5. Ce que je lis ici est déplorable, c’est la preuve que la société est dans une crise profonde, du respect de l’autre et de son point de vue. On peut se répondre, s’expliquer et se défendre sans tenir des propos grossiers.
    Réapprenons la tolérance qui autre fois nous faisait triompher des pièges de la démocratie, de la vie en communauté malgré nos différences, et vous verrez que les solutions face à tous ceux dont nous nous indignons aujourd’hui seront trouvées.
    Comme dit le sage ” là où triomphe l’amour, la haine et l’obscurité disparaissent”.
    Bien à vous !

  6. @SAS….
    Heureux pour toi que tu saches désormais faire la différence entre joncher et jouxter. Tu dormiras moins bête ce soir et surtout ne me sers pas l’excuse bateau du clavier numerique. Le mien non plus n’est pas analogique. Pour le reste, ne te gênes pas à me défier “stylo contre stylo”. Tes chiures truffées de fautes de syntaxe démontrent à profusion que le Français n’est pas ton dada. Alors fais pas le malin.

  7. Maison ou résidence de fonction porte bien son nom alors je ne vois pas la raison de polémiquer laisser le gouvernement fait son travaille c’est à dire le meilleur boulevard de cotonou ainsi le jardin kerekou

  8. Tous ceux qui s expriment ici contre la plume de Vincent Foly n’ont rien compris au fond du sujet. Nous devons nous indigner contre les méthodes bancales du gouvernement actuel dont la vision souvent autocentrée.
    Nous sommes tous d’avis que la résidence des Filaos n est pas la propriété privée des Kerekou. Nous ne sommes pas moins d’avis que l’histoire de la résidence des filaos est intimement liée à la vie du Général Mathieu Kérékou qui n’est pas un vulgaire citoyen dans l’histoire du peuple Béninois. Aborder la biographie de Kérékou permettrait non seulement d’évoquer tous les présidents antérieurs à lui, mais aussi les présidents qui lui ont succédé. Oui Kérékou apparaît comme un carrefour indéniable dans l’histoire du Bénin. La résidence où il a vécu pendant 50 ans devraient refléter cette réalité.
    Pourquoi faire de cette résidence le prolongement d’un boulevard bruyant alors qu’elle pourrait être préservée, restaurée comme carrefour, musée historique du renouveau démocratique, où on exposerait sans parti pris l’homme d’état qu il a été, et où on exposerait aussi les autres présidents MAGA, Ahomadegbé, Akpity, Zinsou, Soglo, Yayi, Talon.
    Ce gouvernement fait tous dans la brutalité, la mégalomanie et finit toujours par passer à côté de l’essentiel bénéfique pour le plus grand nombre des béninois.
    Il aurait été plus intelligent d’associer la famille Kérékou, au sein d’une commission nationale de réflexion sur le devenir de la résidence des filaos car l’histoire du président Kérékou appartient au peuple béninois au même titre que l’histoire des filaos. Talon doit avoir du respect pour notre histoire commune ! Indignez-vous! Peuple endormi qui subit le viol de son économie, sa démocratie, son histoire, sa constitution…

    • Amigo, quelqu’un dans ce pays a parlé de désert de compétentes ? La réalité est pire, c’est le bon sens qui a déserté le forum. Aucun argument solide ne fera voir la lumière à ceux qui ont résolument décidé de végéter dans l’obscurité.
      Bonne journée et bon courage

    • Cher ami tes arguments sont vraiment superficiel et tu te contredis. Toi même tu reconnais ce domaine n’ est pas la propriété de Kérékou alors pourquoi polémiquer.
      Dans les pays avancés règne la dictature des lois et personnes ne sent plaint car c’est le seul cage de la vie en commun et de justice allant du plus faible au fort.
      Arrêtez de parler pour rien dire c’est de la masturbation cérébrale

      • Je ne suis pas ton ami.
        Tu vois le superficiel là où il y a l’essentiel car ton cerveau fonctionne superficiellement. Filaos n’est ni propriété des Kérékou ni propriété de Talon. Qui de te dit que Kérékou n’avait pas les moyens et le pouvoir de s’approprier les lieux comme l’a fait récemment un certain président de la république concernant un domaine Publique jonchant sa maison ? Kérékou est simplement plus intelligent pour la nation même si on peut lui reprocher des tas de choses dans l’exercice du pouvoir.
        Je signe et je persiste : l’interet de la nation avant les intérêts mégalomaniques de Talon

        • Vas dire aux parents des victimes de torture et autres exilés sous le PRPB que Kerekou est un “héros” national comme tu l’insinues et on verra si tu reviendras intact. On peut trouver à redire sur la manière dont ce dossier a été conduit par le gouvernement mais tu étais où quand Moise Kerekou a tentait -à tort- de distiller dans l’opinion que son feu père a acquis les Filaos sans même un commencement de preuve? Si Kérékou a été une bénédiction pour le Bénin au point où l’on devrait perpétuer son oeuvre et sa mémoire, ça se saurait.
          Pour finir, saches qu’il y a des apprenants qui trainent par ici et tu devrais revoir ta compréhension du verbe “joncher”. Un domaine ne peut pas JONCHER une maison. Le mot juste dans ce cas précis est plutôt “JOUXTER”.

          • Petit béninois écervelé ! Tu ne m’apprends rien sur la différence entre Joncher et Jouxter. Ce sont les aléas de l’écriture au clavier numérique. Je te défie stylo contre stylo sur un devoir de dissertation ou de commentaire philosophique. A coup sur ton cerveau trahira tes prétentions.
            Et pour finir sache qu il n’y a nul besoin d’aduler le personnage pour préserver le lieu où il a vécu si ce dernier indiscutablement revêt une importance capitale pour raconter l’histpire récente de la gouvernance au Bénin. Les exemples sont légion… cancre.lat
            Corrige moi et envoie moi les fautes mineures et les fautes majeures

          • poh poh….!!!..quel uppercut..!!!

            Si on me traite d’écervellé….et bien…je sors en toute discretion…et je me pends..
            un point c’est tout

    • Je suis parfaitement d’accord avec vous. Nous ne devons pas détruire les ouvrages importants de notre histoire. Les filaos devraient être préservés pour la mémoire du feu président.
      Mais qui tue par l’épé périt par l’épé.

  9. Vous vous n’avez pas des papa agées dans votre famille . Kerekou fut un bon papa . Donc un peut de respect a son egard . Les pauvres klébés , les mandiants . Espèce de *** .

  10. Les vrais visages du caméléon
    Il n’a pas voulu l’acheter ,parce qu’il savait qu’on allait pas lui concéder mais voulait le laisser en héritage domicile présidentiel public à laisser une fois descendu du pouvoir

    • Gosh! L’homme a été président pendant 27ans! C’est-à-dire qu’il a eu 365×27 opportunités de transférer légalement cette propriété dans son patrimoine privé. Il ne l’a pas fait. Malgré ces énormes lacunes, s’il y a un point où peu de béninois lui viennent à la cheville, c’est sur la question de la décence. Un de ses successeurs n’a pas eu les mêmes scrupules.

  11. Quel est ce rôle cancre ,à quoi joue Mr le journaliste avec sa précieuse plume?
    En 1990 Soglo devrait rejoindre les Filaos ce que nous savions tous, la plus forte l’endroit continue d’abriter les locaux coloniaux
    C’est grave erreur qu’a commise les collaborateurs de du feu Mathieu Kerekou en le conseillant de faire des procédures que la maison devienne la tienne
    Ni ses enfants n’ont eu l’intuition

  12. Merci cher frere beninois de vomir ce type de faux journalisme verreux a la recherche de polemique
    pensant que ces lecteurs sont des illètrés.
    Le journaliste est censé eclairer les lecteurs mais eux ils essayent d’embrouiller dessujet sur sur leur forme oubliant l’essentiel a savoir le fond

  13. Aotcho! Mon Fofo est fatigué de porter tout seul le fardeau de la résistance pour le compte de ce peuple couard et dépourvu de toute capacité d’indignation. Mon fofo va même jusqu’à voir un parallélisme entre les photos des costumes rangées du défunt kameleon et les images surréalistes de la mise aux arrêts du couple Gbagbo. Toi aussi Fofo tu mérites un repos après tous ces longs mois de résistance.

  14. Une résidence de fonction érigée de force en résidence familiale. On aura tout vu et tout entendu au Bénin. Même le Général lui-même avait évité cette humiliation en se faisant construire un château à Calavi. Folly à la recherche d’une cause pour redorer le blason de ses amis écrasés par la rupture. Et on se livre aux mélanges de genre. Talon est-il responsable de la décrépitude de Cotonou? Et Folly ne voit pas les efforts de Titan destinés à y remédier? Il y a de quoi désespérer de nos proto opposants.

  15. Certes la méthode employée est inacceptable. Cependant c’est le lieu de demander, pourquoi les Kérékous se sont accrochés si longtemps à une maison de fonction qui n’est pas leur propriété mais une propriété qui fait partie du patrimoine publique. De dire aujourd’hui que la maison a finalement été achetée ou ne pas achetée puisque sans preuve tout en réclamant l’héritage est une démarche piteuse et honteuse. Une maison de fonction ne devrait pas être achetée par la suite. Elle est à rendre. Le Général Mathieu Kérékou avant sa mort avait cessé 2 fois d’être serviteur de la République, une fois en 1990 et définitivement en 2006. Comment se fait-il alors que lui-même et sa descendance ont continué à occuper la maison de fonction pendant tout ce temps qu’il n’était plus en fonction ? Le Général n’était pas un nécessiteux, il aurait pu aller construire ailleurs une propriété privée que ces enfants peuvent en faire aujourd’hui un musée. Les Présidents, Maga, Ahomadegbe, Apithy , Soglo et tant d’autres hauts fonctionnaires de l’Etat ont eu droit aussi à des maisons de fonction. Pourtant, ce n’est pas connu que leurs progénitures en ont réclamé comme héritage après. Il y a des milliers de béninois qui ont servi la République toute leur vie et pourtant n’ont pas eu de maison de fonction. Si les maisons de fonctions devaient être héritées, alors les mieux nantis de la République seraient entrain de garder pour eux-seuls cet avantage de la République au détriment des populations déshéritées. Ce n’est pas juste. Ce n’est pas parce que l’on soit né sous le toit d’une maison de fonction qu’elle devient automatiquement héritage. Ce système de permettre à certains fonctionnaires de disposer des maisons de fonction résulte des séquelles de l’administration coloniale. Mais si le colonisateur avait le besoin de s’acheter ainsi la loyauté voir la docilité de ses collaborateurs, a-t-on besoin de cela aujourd’hui dans un Etat indépendant, où nous nous gouvernons nous-mêmes ? N’est-il pas absurde et incompréhensible que l’on accorde encore ces avantages irraisonnables, non justifiables (maison de fonction, voiture et personnel de maison) à cette catégorie de gens qui ont déjà des traitements et rémunérations enviés et enviables avec lesquels ils peuvent se permettre tout le confort de leur vie privée.
    Ailleurs de telle pratique n’est pas en vogue. L’Etat doit supprimer ce système d’allocation de maison de fonction aux fonctionnaires d’Etat. Même si pour leur sécurité, l’Etat doit construire et leur louer au début de leur carrière des résidences qui leur permettent de vivre à l’abri de possibles malfaiteurs.

  16. _Demandons pourquoi les américains n’ont pas laisser la maison blanche aux héritiers de Théodore Roosevelt qui a fait 4 mandats présidentiels?._
    _C’est juste parce que la maison est une priorité publique._

    • Lol la résidence les filaos c’est la marina??? Soyons sérieux!!! Qu’est ce qui a bouffé ton cerveau ??? Certains béninois ne réfléchissent pas. Quelle idée de comparer la résidence de Kérékou à la maison Blanche. Comparez plutôt à la Marina

      • C’est toi qui fai rire Clara. La maison Blanche est aussi une résidence pour les présidents américains. C’est la haine qui va bouffer ton cerveau. Héros n’a pas fait une mauvaise comparaison.

  17. Il faut plutôt s’indigner de la médiocrité du journalisme au Bénin, incapable de mener des enquêtes contradictoires, de présenter les faits dans leur entièreté, avant de prendre des positions ou de permettre aux lecteurs de juger par eux mêmes

    • Les enfants de Kérékou ne sont pas dignes de ce nom Kérékou. Car, il y a un ou deux de ses enfants qui trament dans l’armée, un ou deux Kérékou sont dans le dans le gouvernement et vous regardez comme je ne saiis quoi qualifier. La faute vous incombe vous enfants Kérékou.
      Moi, je serai à votre place, . Egblémakou

    • Mr ou Madame la paysanne, le journaliste a écrit la vérité, seul les Klėbės comme toi sans cerveau qui comprennent rien et pourtant, la plupart de ces Klėbės se disent qu’ils ont de doctorat en Droit. Honte à vous.
      Un jour cela finira

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom