Abiy Ahmed, premier ministre éthiopien. Photo AFP

Une grande réunion a eu lieu du côté de Washington, entre les représentants américains, égyptiens, soudanais et éthiopiens au sujet notamment du barrage sur le Nil Bleu. Une réunion autour d’un sujet sensible qui ce serait parfaitement bien déroulée selon les premiers retours, ce qui pourrait d’ailleurs aider à mettre fin à une crise politique qui dure depuis trop longtemps déjà.

Sur Twitter, Donald Trump a ainsi confirmé qu’il venait de discuter avec les représentants de diverses nations afin de trouver un terrain d’entente concernant le barrage actuellement en projet. Si rien n’indique aujourd’hui que la situation sera rapidement réglée, l’optimisme est de mise puisque les choses évoluent dans le bon sens, les discussions ayant été entamées.

Un projet pharaonique

Les protagonistes invités ont eux aussi confirmé que les choses évoluaient après qu’une impasse ait été atteinte par les négociants au mois d’octobre dernier. L’idée ici est de parvenir à un accord global qui satisfera tout le monde et surtout qui permettra de respecter les règles d’exploitation de cet immense barrage dont le projet a débuté en 2012. 

Cette immense construction, baptisée « Barrage de la Renaissance » (GERD), pourrait devenir utilisable dès 2022. L’objectif du barrage est de devenir la plus grande centrale hydroélectrique du continent africain, produisant jusqu’à 6.000 mégawatts. Problème, ce barrage sera dépendant des eaux du Nil, ce qui fait redouter à l’Égypte, une importante réduction du débit du fleuve.

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Trump comme sauveur? Je ne pense pas. Il est entrain de chercher, celui qui achètera ses armes, ou bien qui parmi eux essayera ses armes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom