Terrorisme au Sahel : manœuvres militaires des USA avec 1600 soldats africains

Aujourd’hui, la zone du Sahel ouest-africain revêt d’un enjeu très stratégique, la chute du régime de Mouammar Kadhafi, cumulée à un certain nombre de problèmes politiques et socio-économiques ont favorisé l’implantation des groupes armés djihadistes au Sahel. Depuis 2013 maintenant, cette zone est confrontée à une instabilité chronique, ce qui a nécessité le déploiement de forces étrangères (sous régionale et internationale) pour contenir la menace djihadiste.

Depuis quelques années maintenant, les États-Unis organisent l’exercice militaire Flintlock dans différents pays du Sahel. Cette année, l’exercice militaire a eu lieu en Mauritanie, qui est l’un des membres du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, Mauritanie). Cette année, l’exercice militaire s’est ouvert à des pays comme le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Bénin ou le Ghana. En tout, ce sont 1600 soldats de pays africains et occidentaux qui ont pris part aux manœuvres militaires du Flintlock.

Publicité

Des manœuvres variées

Pour cet exercice 2020 de l’initiative américaine, les participants ont été initiés à plusieurs techniques de combat, les experts américains ont cette fois-ci, pris en compte le volet social. En effet, ils ont aidé les populations locales en s’occupant du bétail. « Nous voulions examiner les trois plus grands problèmes auxquels le bétail est confronté dans cette région. Il s’agit de l’accès  à l’eau, l’accès aux sources de nourriture et le troisième plus grand problème ce sont les parasites » dira un haut responsable de l’armée américaine. Alors que des sources parlent d’un possible retrait d’une partie des forces américaines déployées au Sahel, les représentants de la Défense américaine en Mauritanie ont indiqué que rien n’a été décidé pour le moment et que les USA souhaitent s’engager dans le long terme au Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité