Destruction et recul démocratique : Tous ensemble contre le Bénin

Le 06 Avril 2016, le Bénin avait émerveillé l’Afrique et le monde en faisant remplacer Yayi par son meilleur ennemi du moment. Une preuve d’une alternance réussie et d’une vitalité démocratique. Mais quatre ans après, les espoirs d’une élection présidentielle inclusive et d’une alternance à la tête du pays en 2021 sont très faibles. Si le président Talon est pointé du doigt comme le principal auteur de cette démolition de l’édifice démocratique, il est évident qu’il a réussi son projet avec un complice : le Béninois lui-même.

Ange ou diable –  selon qu’on l’apprécie ou pas – le président Talon aura eu le mérite de révéler le Bénin autrement que ce qu’on aurait pensé. Il a pu révéler les Béninois à eux-mêmes dans leur paresse, leur manque de conviction, leurs méchancetés et leurs traîtrises. S’il n’a pas révélé le Bénin bon élève de la démocratie et des droits de l’homme, le Bénin havre de paix qu’on connaissait, il nous a permis de découvrir tout le sens et la plénitude du verbe « révéler » tel qu’il l’avait mûri. En effet,  le projet de liquidation de la démocratie mis en œuvre de façon sibylline depuis avril 2016 sous le fallacieux prétexte de réformer le système partisan et de moderniser le système politique béninois, apparaît de plus en plus comme un plan goupillé à l’avance et porté discrètement par un petit groupe de proches collaborateurs.  Il est en effet impensable que toutes ces options, ces chantiers soient simplement le fruit d’un hasard de gouvernance mais plutôt le résultat d’un travail préalablement  pensé et mis en oeuvre avec un esprit machiavélique rarement observé dans la classe politique. Candidat, Patrice Talon avait annoncé faire des réformes politiques pour réduire la forte influence du président de la république sur les autres institutions. Il avait parlé « d’hyper présidentialisme » qu’il entend éradiquer en donnant plus de force aux institutions de contre-pouvoir. A l’arrivée, on le voit faire le contraire de ce qu’il avait annoncé en se donnant plus de pouvoir à travers une nouvelle constitution et en créant, aux termes d’un processus contesté de réforme du système partisan, deux partis politiques pour remplacer les centaines qui essaimaient tout le pays.  Dans le même temps, il a, à travers des décisions et actions, renforcé l’hégémonie de son empire financier sur l’économie béninoise.Principal objectif inavouable et inavoué de toute cette entreprise de destruction de l’édifice démocratique. L’hyper présidentialisme tant dénoncé est là avec toutes ses extravagances. Celui qui avait annoncé vouloir être un président modeste, sobre et détaché devient plus qu’un président. Un propriétaire presque. Ceci est une première révélation du président Talon aux Béninois. Il a montré comment faire le contraire de ce qu’on a dit soi même,  c’est-à- dire , clignoter à droite et tourner à gauche. Une révélation de la mesquinerie béninoise annoncée 60 ans plus tôt par Emmanuel Mounier, auteur de la fameuse formule répétée comme une incantation nationale:’’le Bénin quartier latin de l’Afrique’’. 

Publicité

 Une faillite collective

Il est évident que la descente aux enfers de la démocratie béninoise observée depuis l’arrivée de Patrice Talon au pouvoir est la résultante des nombreux actes attentatoires et des coups portés à l’édifice démocratique. Il est de ce fait, le premier responsable de ce recul à travers ses choix politiques. Mais à l’analyse et lorsqu’on cherche à cerner le problème en profondeur, il est évident qu’il ne pouvait pas réussir cet « exploit » s’il n’avait bénéficié de la  complicité, du soutien, pour ainsi dire , de certains de ses compatriotes. Ces soutiens s’appellent acteurs politiques, leaders religieux, magistrats, journalistes, forces de l’ordre…Le dérèglement du système politique béninois n’a été possible que grâce aux  lois « démocraticides » et liberticides votées par le parlement légal et légitime dirigé par Me Adrien Houngbédji. Il serait malhonnête d’ignorer la responsabilité du président de l’Assemblée Nationale et des députés de la 7è législature dans cette descente aux enfers. Lorsqu’on a eu le parcours qui a été le sien, procureur de la république à 26 ans, avocat à succès dans les années 70, ancien premier ministre, 2 fois ancien président de l’Assemblée Nationale, on peut avoir le petit courage de dire la vérité au chef, de s’opposer à ses options autoritaires et aux errements politiques. Lorsqu’on est un  septuagénaire éclairé et à l’abri du besoin, on peut oser s’indigner,  s’opposer aux lois qui instaurent l’exclusion, la discrimination et le déni de la démocratie. Il est évident que la posture de « soutien aveugle » prise par Me Adrien Houngbédji et par ricochet toute la 7è législature a favorisé le vote effréné de lois qui seront utilisées pour organiser les élections législatives exclusives et meurtrières de 2019. Pour se dérober, le chef de l’Etat a, à plusieurs reprises, rejeté le tort sur le parlement qui a voté ces propositions de lois. Comment parler de l’effondrement actuel sans penser à la justice. Les magistrats qui prennent des décisions pour emprisonner sans la moindre preuve, qui condamnent à vingt ans des gens qu’ils n’ont jamais écouté et dont ils empêchent les avocats de d’exprimer, qui poursuivent des députés en dépit de leur immunité parlementaire et qui ordonnent des arrestations parfois saugrenues ne s’appellent pas Patrice Talon. Pourquoi n’ont-ils pas eu le courage de dire le droit ? De dire parfois « non » si tant est qu’ils reçoivent des pressions comme certains le dénonçaient si bien le regretté Marc-Robert Dadaglo, ancien président de l’Unamab ? Que dire des médecins qui établissent des certificats de décès frauduleux en déclarant décédé de mort naturelle des gens sur qui l’armée a tirés ? De l’ imam-député qui s’est fait élire tranquillement député et qui garde toujours son ministère religieux? Des journalistes qui plaquent à la une de leurs tabloïds et en symphonie des articles « prêts à publier » envoyés nuitamment des cellules com et reflétant le contraire de ce que tout le monde sait ? Des pasteurs politiciens qui appellent au second mandat du président Talon ? Que dire de tous ces professionnels qui décident de sacrifier déontologie et principes basiques de leurs métiers ? Talon a-t-il pris  possession de leur tête et de leur savoir-faire ? Ne sont-ils pas capables de faire simplement leur métier de manière professionnelle et de résister à la pression ? Les rares professionnels qui ont su résister jusque là dans divers métiers sont-ils tous emprisonnés ou ont-ils tous perdu leurs boulots ? Au-delà des intrigues, des éventuelles tentatives de corruption, il faut avoir le courage de dire que le Président Talon qui profite de la faiblesse des hommes et des institutions, n’a rien « réussi » sans les Béninois. Ces derniers ont pris le risque de porter à la fonction suprême sans aucune réserve, un homme qui n’a eu aucune responsabilité publique autre que celle de chef de ses entreprises. Talon échoue avec les Béninois. C’est une faillite collective. 

Soif de vérité et de patriotisme

La première faiblesse des Béninois dont le président Talon a profité c’est le manque de courage pour dire la vérité. Les cadres et l’élite intellectuelle ont le  défaut de ne pas oser dire la vérité aux dirigeants de peur d’être mal vu, de perdre leurs postes et les avantages y afférents ou d’être persécutés.  La grande majorité ne fait qu’accompagner même s’il voit le chef prendre le mauvais chemin. Il y a ensuite le manque de patriotisme. Le général Mathieu Kérékou, très bon connaisseur des Béninois avait affirmé que les cadres se comportaient comme des étrangers dans leur propre pays. Cela fait que le pays est orphelin de 11 millions de Béninois et ne trouve souvent personne pour le défendre. La défense des intérêts personnels devient le principal mobile des luttes et intrigues politiques, des grèves et des mouvements syndicaux.  Il faut courageusement corriger le tir par une éducation à la citoyenneté et au patriotisme en introduisant dans les curricula de formation du primaire à l’université des cours sur l’éthique, le patriotisme et la citoyenneté. Tous les pays comme le Japon, l’Allemagne qui ont réussi dans ce domaine ont choisi cette option. Elle aura eu le mérite de préparer la grande majorité des Béninois aux préceptes de citoyenneté et de patriotisme. Ensuite, il faut réduire les salaires politiques. Ceci aura le mérite de décourager la race des voraces des opportunistes qui entrent en politique pour se servir et de voir émerger celle de ceux qui ont un peu de conviction et veulent servir. La réduction des salaires politiques est aujourd’hui une condition sine qua non d’assainissement de la faune politique et une réforme majeure que les Béninois vont applaudir.

23 réponses

  1. Avatar de AHOUANSE
    AHOUANSE

    Laissez le pourrir

  2. Avatar de George
    George

    C’est ça la démocratie chez les journalistes véreux sans scrupules, cadres, élite, politiciens et intellectuels tarés.on biaise tout et on évolue dans l’iraison au point de manipuler le peuple et faire croire que l’iraison est la raison

  3. Avatar de Thomas
    Thomas

    Il laissera le pouvoir en 2032 et rien ne se passera : AH BON ?????????

    1. Avatar de Joeleplombier
      Joeleplombier

      Oui en 2032 et rien ne se passera .
      Je passais
      Le Plombier
      #Klébé_révélé

  4. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Lire…
    Démocratie…
    Ne servait pas
    vérité
    oeuf

  5. Avatar de OLLA OUMAR
    OLLA OUMAR

    Belle plume , bonne analyse de mon bénin sous ce régime ; avec des gens comme MZ , je ne désespère pas que mon bénin renaitra , ici tout le monde en prend , mais un bémol pour Olala Oumar qui avertissait déjà que celui là était le mauvais choix

    1. Avatar de Joeleplombier
      Joeleplombier

      Oumarou
      Tu ne désespère pas avec Marcel Zoumenou ???
      Ah bon !!!
      Mais on connaît notre ami Marcel ici avec son titre pompeux de directeur de publication.
      Moi je discute avec son patron
      Franchement !!!
      Je passais
      Le Plombier
      #Klébé_révélé

  6. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    La démoicratie était dans son enfance au Bénin durant l’ère de Thomas Boni Yayi, Et sa présidence avait laissé des stigmas sévères qui vont à l’encountre de la naissante démocratie. Il faudra des années, des centaines d’années pour cultiver la démocratie d’une nation proprement dite. Et la démocratie n’est gagnée au bout des lèvres, la démocratie est gagnée avec l’esprit bénévolant de son peuple, le patriotisme de son people, mettre les intérêts du pays avant les intérêts de soi. Et partant de ces principes la franche verité est que:
    1/ Le béninois n’est pas patriote.
    2/ Le type béninois manque le patriotism dans son état d’être.
    La moindre liberté démocratique disponible au Bénin a permis à Patrice Talon d’accéder au pouvoir et la raser à terre parce qu’elle ne sevait pas ses inétêts et tout cela pour but de tuer la démocratie dans son eouf.

  7. Avatar de Yaou1971
    Yaou1971

    Très bel article qui expose une vérité claire et logique. Les béninois sont à la base de tout ce qu’ils vivent aujourd’hui, surtout l’élite intellectuelle et la classe politique. Quand l’intérêt personnel émerge et dépasse le forum, la nation coule. Le Bénin est en train de couler déjà mais Dieu le Tout-puissant nous aidera à le maintenir debout.

  8. Avatar de Ledoux
    Ledoux

    depuis qu’il est au pouvoir, aucun president lui a rendu Visite, tout le monde le fui. C’est quoi ca comme president?

  9. Avatar de Ledoux
    Ledoux

    Le Benin n’a pas besoin d’un president comme ceci.

  10. Avatar de Sourou
    Sourou

    Pour s’abonner aujourd’hui à l’électricité (56901) eau(48000).c’est un pas de géant et c’est en quelques jours.ca c’est chapeau?ou bien yayi l’a fait et c’est qui l’appliquent.vos écrits sont biaisés.vous avez de la chance k ce peuple est à 80% ne peut pas lire et écrire sinon……en tout cas dans la vie vous avez classifié les béninois non et où êtes vous vous zounmenou.je vous plains

  11. Avatar de Déo Gratias
    Déo Gratias

    Vraiment c’est désolant comment on peut monter que l’on est de mauvaise foie hors norme.
    Donc en 2016 nous avions une démocratie où reigne la paix la corruption, les délestages, les braquages et bien d’autres maux qui rongeait le pays.
    C’est çà qu’il appelle démocratie….
    J’espère que la personne qui a écrit celà a été bien payer
    Le patriotisme n’existe presque pas chez le Béninois. Mais c’est terrible …
    Travailler et gagnez son pain est mieux que de tricher et le gagner dans la facilité.
    Enfant du Bénin
    Ne nous laissons plus entraîner dans la facilité,. Corruption et autres ….
    Ouvrons les yeux…
    Chassons ses vautours ….
    Ils savent bien ce qu’ils font….
    Soutenons ce président que nous avons..
    Je passais…..

  12. Avatar de sonagnon
    sonagnon

    Il y a-t-il encore quelque chose à ajouter ???? Si oui, très peu de chose. Le style est trop courtois, car nous vivons un drame, et il ne faudrait pas porter de gant pour faire un diagnostic sincère.
    A travers ce régime dit de la rupture, moi j’observe trois catégories de béninois. Les gens sans scrupules qui sont bien conscients de la gravité de la situation, mais sans état d’âme participent au festin. Soit en se comportant comme des mercenaires et mettent leur science au service du mal. Soit encore, par sournoiserie, font profil bas et fuient les caméras et la presse, car ils savent que sur le plan intellectuel la défense de ce régime est impossible.

    Car je ne connais pas un seul homme sérieux, capable de défendre ce régime. Les faits sont si graves, qu’on a même pas besoin d’un niveau intellectuel avancé pour savoir que ce qui se passe est vraiment grave!!!

    Il y a ceux qui subissent dans le silence, et attendent seulement l’occasion pour en découdre.
    Et enfin les patriotes, prêts à tout perdre qui refusent d’abdiquer.

    Que chaque béninois fasse son examen de conscience, car tôt ou tard, il y aura le jour où ce système volera en éclat.
    On a bien besoin de démocratie et de liberté pour se développer dans un pays comme le nôtre. Les pays du nord de l’Europe qui ont des populations comparables au Bénin, en sont des exemples éloquents.
    Il faut être inculte pour affirmer que la démocratie, l’état de droit et le respect des libertés démocratiques sont incompatibles au développement. Merci Mr le journaliste pour cet article.

  13. Avatar de Paul Ahéhénou
    Paul Ahéhénou

    « Tous ensemble contre le Bénin » pour supposé recul démocratique!! Quelle exagération! M. le journaliste, on dirait que ça vous amuse de dramatiser ce qui n’est pas réel. Je ne sais pas qui sont ces TOUS qui sont contre le Bénin. J’imagine qu’il s’agit de gens comme les AZIZ, SONAGNON, OLLA, TCHITE. Mais si ce ne sont que ceux-là, la vie continue, les réformes se poursuivent, les Béninois vivent mieux. C’est l’essentiel. Pour le reste, on laisse les gens continuer à crier.

  14. Avatar de magbedo
    magbedo

    Ce Mr ZOUMENOU revient d’où même ? Il dit que TALON a réussit son programme avec la complicité des Béninois. Vous ZOUMENOU M. vous êtes de quelle nationalité ?
    Je suis heureux de vous entendre dire que TALON a réussit son programme avec la COMPLICITE des Béninois. C’est clair et cela ne peut être autrement. Car c’est depuis 60 ans que une grande partie de Béninois attendaient d’avoir de l’eau potable – de l’électricité – des soins de santé acceptables – un environnement propre – une communication facile – et j’en passe certes il y a encore TROP et BEAUCOUP à faire. Quel Béninois est chez lui où circule dans la rue et s’est vu empêché de respirer.
    Une démocratie ça se construit tous les jours. Aucun model n’est parfait. CESSEZ de TROMPER les POPULATIONS BENINOISES. Conscientisez les Béninois pour qu’ils comprennent que dans un pays il y a des lois qui règlement la vie du citoyen. Aimez UN PEU LA VERITE. QUAND c’est un peu bien il faut le reconnaître.

  15. Avatar de Paysan
    Paysan

    Marcel Zoumenou nous recycle ses disques de 2016/2017, rayés depuis longtemps

  16. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    La spécialité des Be; c’est atchapkodji. C’est à dire le bavardage .
    Ce qui est étonnant ; est que malgré vos vociferations le boss est droit dans ses bottes .
    Vous allez bien en souffrir mais vous ne pouvez rien faire .
    Il laissera le pouvoir en 2032 et rien ne se passera.
    Inscrivez ça sur vos murs
    Je passais
    Le Plombier
    #Klébé_révélé

    1. Avatar de Joeleplombier
      Joeleplombier

      Lire : Beninois

    2. Avatar de Max
      Max

      J’espère bien aussi que tu subisses les revêts de ces dérives ?? Personne n’est épargné,donc on avance.

  17. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Dans un pays où il n’y a pas un seul prisonnier politique
    La presse est libre
    On peut insulter ouvertement le président de la République
    Vous dites qu’il n’y a plus de démocratie
    La démocratie pour vous c’est 200 partis politiques
    50 micros partis au parlement
    100 candidats aux présidentielles
    Beninois bien gbo bo !!!
    Tchrous
    Je passais
    Le Plombier
    #Klébé_révélé

    1. Avatar de Citoyen
      Citoyen

      Pourtant les pays qu’ils citent en example n’ont que 2 ou 5 candidats au plus!! Voila le paradoxe!

    2. Avatar de Giovanni
      Giovanni

      T
      Malade mental insensé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *