USA : Trump évoque une victoire à la présidentielle après Biden

L’ancien président américain Donald Trump a déclaré dans une nouvelle vidéo partagée en ligne qu’il serait le 47e président des États-Unis, suggérant non seulement qu’il se présenterait pour reprendre la Maison Blanche, mais qu’il gagnerait. Trump a fait la blague sur son terrain de golf Trump National en Floride, dans une vidéo publiée sur Twitter. L’ancien président peut être vu sur son terrain alors qu’il se prépare à frapper un drive shot.

« Vous avez tellement de chance d’être l’un d’entre eux », a déclaré un homme non identifié et qui est hors caméra. « Nous aurons de la chance si nous sommes debout », plaisante d’abord Trump, arborant son chapeau rouge Make America Great Again. « Premier tee. 45e président des États-Unis », explique l’homme. « 45e et 47e », ironise Trump en réponse. Cela a incité les admirateurs à proximité à applaudir lorsque le narrateur a dit « Oui! »

Publicité

Des rassemblement de style campagne

« J’adore ça », dit un autre homme hors champ. Donald Trump, 75 ans, frappe ensuite sa balle avec son driver, incitant son vidéaste et une autre personne à s’exclamer chacun : « Magnifique ». Trump, le 45e président, a été remplacé par le président Joe Biden, le 46e. Trump n’a encore rien fait qui se rapprocher d’une annonce officielle qu’il se présentera à nouveau, bien qu’il ait fait une série de déclaration suggérant qu’il le pourrait, tout en renforçant son emprise sur le Parti républicain. Il a organisé un rassemblement de style campagne en Arizona ce mois-ci, avec un autre prévu au Texas samedi.

47e président en 2024 ou en 2028 ?

On ne sait également pas si cette victoire probable de Trump sera en 2024 ou en 2028 puisque Biden a aussi annoncé sa candidature pour 2024. Trump a attaqué à plusieurs reprises Biden depuis son PAC Save America tout au long de la présidence de l’actuel président. La plaisanterie de Trump sur la victoire en 2024 survient alors qu’il fait face à une série de défis, au même moment que son successeur est confronté à une baisse de popularité tout en luttant contre le coronavirus, un programme législatif au point mort et des défis de politique étrangère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *