Houthis: l’Arabie Saoudite ne veut pas s’aligner sur la position des USA

L’Arabie Saoudite, un acteur clé dans la région du Moyen-Orient, semble prendre une position distincte par rapport à celle des États-Unis concernant les Houthis au Yémen. Récemment, le New York Times a rapporté que, contrairement aux attentes, l’Arabie Saoudite ne souhaite pas s’engager dans des opérations de combat contre les Houthis en Mer Rouge. Cette position marque une divergence notable par rapport à la stratégie américaine qui consiste à former une coalition internationale pour contrer les menaces des Houthis, en particulier leurs attaques contre des navires liés à Israël.

Dans ce contexte complexe, Riyad semble favoriser une approche plus pacifique, privilégiant la paix à la frontière du sud. Cet objectif s’inscrit dans la vision de l’Arabie Saoudite de devenir un centre d’affaires international d’ici 2030.

Publicité

En effet, un retour au conflit actif contre le Yémen, selon les dirigeants saoudiens, ne ferait qu’entraver les efforts du royaume pour attirer les touristes et les investisseurs. Cette stratégie de paix contraste avec l’intensification des tensions dans la région, exacerbées par les récentes déclarations des Houthis de mener des frappes contre le territoire israélien et de perturber la navigation en Mer Rouge.

Cependant, la situation sécuritaire en Mer Rouge reste volatile. Les attaques des Houthis ont entraîné une réaction ferme de la part des États-Unis et de leurs alliés, dont le Royaume-Uni. L’intensification des mesures défensives, comme l’abattage de drones par les forces armées américaine et britannique, souligne l’urgence de la situation. De grandes compagnies maritimes, conscientes de ces menaces, ont suspendu leurs activités dans cette zone stratégique, soulignant l’impact économique direct de ces tensions.

L’intérêt des États-Unis dans cette situation est clair. Le Secrétaire à la Défense américain, Lloyd Austin, a annoncé la création d’une force multinationale pour protéger les voies de navigation et soutenir le principe de la liberté de navigation. Cette décision met en évidence le défi stratégique posé par les groupes non étatiques comme les Houthis, qui utilisent des tactiques asymétriques pour perturber le commerce mondial et la sécurité maritime.

Publicité

Le contraste entre les technologies coûteuses de l’Occident, comme les missiles antiaériens utilisés par la frégate française Languedoc, et les armes à bas coût des Houthis, soulève des questions sur l’efficacité et la viabilité des stratégies de défense conventionnelles.

En conclusion, l’approche saoudienne face à la menace des Houthis en Mer Rouge illustre un équilibre délicat entre la sécurité maritime et les coûts stratégiques. Alors que les États-Unis et leurs alliés renforcent leurs défenses, l’Arabie Saoudite choisit une voie de prudence et de paix, cherchant à préserver ses intérêts économiques et à promouvoir sa vision de développement. Ce choix stratégique pourrait redéfinir les dynamiques de la guerre moderne et influencer l’équilibre du pouvoir dans une région cruciale pour le commerce mondial.

Une réponse

  1. Avatar de Ledoux
    Ledoux

    MBS a raison, car il est temps de d’avoir ses propres opinions, au lieu de suivre ce que les americains disent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *