Lune: les USA font une grande annonce pour 2025

La course à la conquête spatiale, qui a débuté pendant la Guerre Froide entre les États-Unis et l’Union Soviétique, a marqué une ère de compétition intense. Les missions Apollo des États-Unis, couronnées de succès, ont posé les premiers humains sur la Lune, tandis que la Russie a réalisé des prouesses techniques significatives avec ses sondes Luna. Aujourd’hui, la compétition pour l’exploration lunaire s’est mondialisée, impliquant des puissances émergentes comme la Chine, l’Inde et le Japon. La Chine se distingue particulièrement, ayant déjà effectué trois alunissages réussis et prévoyant d’envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2030.

Dans ce contexte de concurrence accrue, les États-Unis ne sont pas en reste. Le programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS) de la NASA, lancé sous la direction de Jim Bridenstine, ancien administrateur de la NASA, symbolise une nouvelle approche en impliquant le secteur privé. Ce programme vise à acheter des services d’atterrissage lunaire plutôt que de gérer directement les missions. Parmi les entreprises impliquées, Astrobotic et Intuitive Machines sont en première ligne, avec des missions prévues pour déposer des instruments scientifiques et des charges utiles commerciales sur la Lune.

Publicité

Plus de cinquante ans après la dernière mission Apollo, les États-Unis se préparent à poser à nouveau un engin sur la Lune. Le 25 janvier 2025, un atterrissage historique est prévu par la société Astrobotic, qui pourrait être la première entreprise privée à réussir cet exploit. Leur engin, nommé Peregrine, sera non habité et transportera des instruments de la NASA pour étudier l’environnement lunaire en prévision des missions habitées Artemis.

Cette initiative fait partie du programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS) de la NASA, qui a pour but de développer une économie lunaire en passant des contrats à prix fixe avec des entreprises américaines pour transporter des expériences scientifiques et technologies sur la Lune. John Thornton, PDG d’Astrobotic, souligne que l’un des grands défis est de réaliser un atterrissage sur la Lune à une fraction du coût habituel. Il reconnaît également les difficultés inhérentes à ce projet, étant donné que seulement la moitié des missions lunaires ont été couronnées de succès jusqu’à présent.

Le lancement de Peregrine est programmé pour le 24 décembre depuis la Floride, à bord du nouveau lanceur Vulcan Centaur de l’ULA. Après quelques jours en orbite lunaire, l’atterrisseur tentera de se poser sur la Lune, une opération qui sera entièrement autonome et suivie depuis le centre de contrôle d’Astrobotic.

Publicité

Avec le programme Artemis, la NASA vise à établir une base sur la surface de la Lune. Ces missions, bien que risquées, constituent des étapes essentielles pour atteindre cet objectif. L’atterrissage réussi de Peregrine marquerait un tournant majeur dans l’histoire de l’exploration spatiale et ouvrirait la voie à de nouvelles aventures sur notre satellite naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *