Accusé de racisme, Trump bat malgré tout Nikki Haley et avertit Biden

Dans une déclaration controversée qui a suscité l’indignation de divers bords politiques, Donald Trump s’est adressé à une assemblée d’Afro-Américains conservateurs en Caroline du Sud, en insinuant que les inculpations portées contre lui pourraient le rendre plus sympathique aux yeux de la communauté noire. Ces propos, qui ont été interprétés comme une tentative maladroite de trouver un terrain d’entente avec les électeurs afro-américains, ont été accueillis avec scepticisme et réprobation, tant du côté des démocrates que des républicains.

Joe Biden, actuel président des États-Unis, a qualifié les commentaires de Trump de « honteux et racistes« , tandis que Nikki Haley, sa concurrente dans la primaire républicaine, les a jugés « répugnants ».

Publicité

Malgré le tumulte engendré par ses déclarations, Donald Trump a remporté une victoire significative lors de la primaire républicaine en Caroline du Sud, infligeant une défaite cinglante à Nikki Haley, qui peine à s’imposer face au soutien massif en faveur de l’ancien président. Le triomphe de Trump dans cet État, où Haley a autrefois servi en tant que gouverneure, souligne la force persistante de son influence au sein du Parti républicain, malgré les controverses qui l’entourent.

Une base solide aux USA

En dépit de ses démêlés judiciaires, qui menacent de le conduire derrière les barreaux, Donald Trump conserve une base de soutien solide, illustrée par sa victoire écrasante lors de la primaire. Son succès rapide, annoncé peu après la fermeture des bureaux de vote, confirme son statut de favori incontesté pour l’investiture républicaine à la présidence.

Suite à sa victoire, Trump a immédiatement tourné son attention vers l’élection générale, ciblant Joe Biden avec son slogan emblématique : « Joe, tu es viré ! » L’ex-président semble déterminé à poursuivre sa campagne énergiquement, laissant présager une saison électorale animée et potentiellement clivante.

Nikki Haley, malgré l’adversité, reste résolue à poursuivre sa campagne, espérant inverser la tendance dans les prochaines primaires. Son refus de concéder la défaite témoigne de la diversité des courants au sein du Parti républicain et de la volonté de certaines figures modérées de présenter une alternative à la rhétorique et au style de Trump.

Publicité

La situation actuelle met en lumière les défis que Trump doit relever pour unifier le parti en vue des élections de novembre, tout en gérant les répercussions de ses déclarations controversées. Alors que la campagne électorale s’intensifie, la dynamique entre Trump, ses rivaux républicains et l’opposition démocrate promet d’être complexe et imprévisible.

5 réponses

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Un géant de taille ne portant aucune logique palpable. Un mafioso, un criminel de première classe. Du jamais vu dans l’histoire des présidents Américains. Trump un cas hors de contexte; un minable!

  2. Avatar de Majormax
    Majormax

    Le président Trump n’est qu’un citoyen « UNIVERSALIS » comme chaque personne ici bas.
    Il ne fait que refléter haut et fort, ce que ns sommes tous un p’tit peu, et exprimons de façon timide et maladroite au quotidien.
    Qui peut lui jetter la première pierre, sans qu’elle ne revienne vers lui, comme sous l’effet d’un boomerang.
    Que chaque citoyen commence par accorder un peu de respect et de considération aux siens, cercle intimes et dérivés, puis, il ira ensuite aboyer sur les autocrates qui, ne font pas moins bien que leurs homologues légitimes, forcés à la gestion des états, en dépit de mieux.
    « Pas simple de gérer l’état »
    Moralité:
    Améliorons ce que ns sommes capables de faire en bien, et ne jugeons personne!!!
    Les états unis sont une nation,
    plutôt homogène et vaste, à bien prendre en compte .

  3. Avatar de Serein
    Serein

    Au plan juridique, Donald le Trompeur sera poursuivi et son dossier rejeté.
    C’est très clair.

  4. Avatar de VISION Tomorrow
    VISION Tomorrow

    Si Trump a gagné sa nomimation à Nikki, chez Aziz, pas de souci. Il sera président des Wassangari Unis. Il pourra dire à Aziz: « je ferai venir les miens » pour prendre Tchaourou

  5. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Les américains se rendent-ils compte que c’est cet homme qu’ils ont élu, qui a désinhibé tous les autocrates du monde et les a incité à toutes les audaces en suivant son exemple ?

    \\\\.///
    (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité