Bénin : 10€ de “redevance de sécurisation du passager”, 2ème avis défavorable de l’IATA

Bénin : 10€ de “redevance de sécurisation du passager”, 2ème avis défavorable de l’IATA

L’IATA estime qu’une telle redevance est exorbitante sachant que les passagers payent déjà une redevance de sûreté qui est de 3000f cfa.

Bénin : Lettre de l’IATA sur la “redevance de la sécurisation du passager” adressée au gouvernement

Pour une deuxième fois, l’Association de Transport Aérien International (IATA) vient de désapprouver la “redevance de sécurisation du passager” décrétée le 29 mars 2017 par le gouvernement béninois.

Ladite redevance s’élève à 10 euros soit plus de 6000 f cfa et devait prendre effet à compter de demain 1er mai (lire ici). Selon le décret signé par Patrice Talon (voir le document ci-dessous), cette taxe sera prélevée directement sur les billets d’avion au départ et à l’arrivée des passagers. Elle est destinée à couvrir les frais de fonctionnement de Morpho Dys, une  société chargée de la gestion sécuritaire de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin.

L’IATA a adressé une lettre au gouvernement du Bénin (lire ici) pour lui demander de suspendre sa mesure qui vise à augmenter la redevance que les passagers payent pour leur sécurité. L’IATA estime qu’une telle redevance est exorbitante sachant que les passagers payent déjà une redevance de sûreté qui est de 3000f cfa. Cette taxe va plutôt engendrer des conséquences énormes sur le flux du trafic aérien béninois. En effet, l’instauration de cette redevance n’est pas conforme aux règlements de l’Organisation Internationale de l’Aviation Civile (OACI).

Que dit l’OACI ?

Les coûts des services fournis dans les aéroports, à savoir : « l’inspection et le filtrage des passagers ou des bagages, les contrôles de sûreté du fret, du personnel, des aéronefs et des zones réglementées de sûreté », sont traduits par une redevance de  sûreté spécifique reconnue par l’aviation civile.

Les textes de l’OACI prévoient aussi que les coûts de fonctions générales assurées par les Etats, telles que « la police, le renseignement et la sûreté nationale », ne sont pas à la charge de l’aviation civile.

De même, les frais d’installation et de fonctionnement d’un service de contrôle de l’immigration (à l’instar de Morpho Dys) ne peuvent être assurés par les compagnies aériennes et les passagers et ne peuvent donc, faire l’objet de redevance spécifique à la charge de ces derniers.

Le ralentissement du trafic aérien

L’IATA prévient cette fois-ci que l’instauration d’une nouvelle redevance aura un impact négatif sur le développement des activités aéroportuaires. Elle invite le gouvernement béninois à engager, avec elle, des discussions en vue de l’adoption de modalités consensuelles. Si non, plusieurs pays proches du Bénin ont déjà tenté l’expérience, mais très tôt, ils ont rebroussé chemin. Leur trafic aérien s’est trouvé ralenti en peu de temps. Toutefois, l’Etat béninois persiste et renforce d’ailleurs sa position dans la mise en application de ce décret en confiant la gestion sécuritaire de l’aéroport à la société Morpho Dys.

Que sait-on de Morphos Dys ?

Morpho Dys est la société qui assure présentement la  gestion sécuritaire de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin. Ce marché lui a été confié “gré à gré” par l’Etat béninois. Il faut noter qu’avant Morpho Dys, c’était une structure appelée “Sécuri-port” qui assumait la fonction sécuritaire de l’aéroport. Le contrat a été rompu par l’Etat béninois sans raisons évoquées. La résiliation, de ce contrat entre l’Etat béninois et Sécuri-port, a suscité, il y a quelques mois, un tollé général dans l’opinion publique au travers des réseaux sociaux. Actuellement, Morpho Dys est dans une phase très avancée de l’installation de son dispositif technique au sein de l’aéroport.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    Ojoubanire 4 mois

    C’est des or la loi bien organisé sinon comment quatre personnes peuvent poser leurs signatures sur un document qui est du domaine du ministère de transport. Il ne manque que la signature du propriétaire OLIVIER BOKO

  • Avatar commentaire
    Dramane 4 mois

    Talon et ses affidés ! Des band*ts de grands chemins !

  • Avatar commentaire
    Gombo offline 4 mois

    Voila comment Talon et son clan depouillent le pays au profit des copins et coquins ( morphys alias safran alias Kagnassi fils – rejeton du cotonier malien etabli a geneve et copain de Talon !)
    Un president de-linquant en costume cravatte qui veut enrcichir lui et ses amis sur le dos de notre peuple !
    Une mafia de cor-rupteurs retors prend le pays en otage et on vient nous divertir avec les petites combines ( certes nuisibles mais a moindre echellle ) de petits fonctionnaires indelicats…
    Comme disent les anglais ” penny wise, pound foul ” cad qu’on se se focalise sur les centimes en oubliant les gros billet ( 100 ou plus)
    Honte a cette bande de braqueurs en bande organisee!

  • Avatar commentaire
    L'observateur 4 mois

    Plus rien ne me surprend dans ce pays

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 4 mois

    Incroyable ! Ce gouvernement annule le contrat attribué à la société Sécuriport (américaine) et à son partenaire béninois; alors que le matériel est déjà livré et exploité à Cotonou. Sécuriport et son partenaire béninois n’ont qu’à s’asseoir sur le reliquat de la facture…

    Et là une fois le contrat refilé à Morphos Dys, on surtaxe !

    Quel était l’intérêt des béninois dans cette affaire svp ? Sinon de permettre aux instigateurs de cette affaire scabreuse de croquer via la surtaxe et autres petits à côté ?

  • Avatar commentaire
    Tchité 4 mois

    La suite nous édifiera.