Bénin: Entretien avec Ferdinand Sounou, vice président de la Fpi

Bénin: Entretien avec Ferdinand Sounou, vice président de la Fpi

Le président de la Fédération béninoise de tennis de table Ferdinand Sounou, a été élu le 2 juin 2017 en Allemagne, vice président de l’association Francophonie pongiste international (Fpi).

Droits fonciers des femmes : « Nous devons changer de mentalité pour un Bénin prospère »

Il explique les raisons d’être de cette association et sa mission. Il expose aussi ce qu’il veut faire en temps que membre de l’association et appel à une union pour le développement de la discipline au Bénin.

Vous venez d’être élu membre d’une organisation de la francophonie qui s’occupe du tennis de table. Que peut-on en retenir.

La Fpi entendez Francophonie pongiste international, est une association qui s’occupe du volet tennis de table au sein de la Francophonie, à l’internationale. C’est une association qui s’occupe des fédérations francophones qui pratiquent le tennis de table. Le conseil d’administration de cette association est composé de neuf membres. Le président, un président délégué, le secrétaire général, le trésorier général, et cinq postes de vice-présidents. Nous, nous parlons de comité exécutif. Donc, le comité exécutif au niveau de la Fpi est en même temps le conseil d’administration. Une fois élu, vous êtes automatiquement membre du Conseil d’administration (Ca). J’ai été élu vice-président le 2 juin 2017 en Allemagne. J’ai postulé à ce poste et ai été élu pour un mandat de quatre ans. Désormais, je suis un membre élu du Ca/Fpi.

Vous êtes membre du Ca/Fpi. Votre présence dans cette instance peut apporter quoi au Bénin ?

Le Bénin étant membre de la zone que je viens d’évoquer, je pense qu’il va tirer profit de toutes les retombées pour la zone. Certes je suis un élu mais je suis un représentant du Bénin. Je pense que je vais beaucoup plus parler des problèmes du Bénin au sein de cette institution. Et tout en parlant du Bénin, je parle aussi de la sous-région, parce que nous avons pratiquement les membres problèmes en matière de développement du tennis de table.

Que peut-on attendre de cette association?

C’est une association qui date de très longtemps et qui s’occupe de l’animation du tennis de table dans les pays francophones. En ce qui nous concerne et étant donné que je suis membre d’une zone qui est devenue région, je suis donc le directeur technique de la zone. Tous les pays francophones membres de cette région doivent s’asseoir et voir comment développer le volet Francophonie pongiste, afin de faire des compétitions et avoir des comités sous régionaux pour pouvoir parler du tennis de table avec les fédérations ayant en partage la langue française. Nous faisons du sport certes, mais à travers ce sport, nous serons amenés à faire un peu de culture. Je pense que le volet culturel ne doit pas nous échapper. Notre objectif, c’est de développer le tennis de table dans le milieu francophone. Et étant donné que je suis d’une zone, je vais m’atteler à le faire en son sein. Il est vrai qu’au niveau international des compétitions et réunions statutaires se tiennent. Mais je dois défendre les intérêts de ma zone, afin qu’elle puisse jouir de mon élection. C’est par là que je serai apprécié au sein de ma région, et je vais œuvrer à ce qu’on puisse en arriver là.

Avez-vous un appel à l’endroit des amateurs de la discipline au Bénin?

Seul, je ne peux pas construire le tennis de table, même si j’en suis déjà à 42 ans de pratique de ce sport. C’est ensemble que nous allons mieux construire le tennis de table et ensemble, nous serons plus forts. Nous ne pouvons pas construire le tennis de table dans la division. Rien de bien ne se fait dans la division. Voyez un peu mon élection à l’internationale. Si j’étais quelqu’un qui fait mal, l’Assemblée ne m’aurait pas suivi, quel que fut mon le plaidoyer. Mais l’Assemblée m’a suivi. Ils (les délégués, ndlr) ont voté pour moi et ils ont placé une certaine confiance en moi, vu mon passé. Je ne dois donc pas décevoir tous ceux-là, je dois continuer de travailler. C’est pourquoi je tends la main à tous mes compatriotes de cette discipline. Venez pour qu’ensemble nous puissions construire davantage le tennis de table béninois.

Commentaires

Commentaires du site 0