Bénin # Gambie (1-0): Précieuse victoire au bout d’un match maîtrisé

Bénin # Gambie (1-0): Précieuse victoire au bout d’un match maîtrisé

Les Ecureuils du Bénin entrent dans les éliminatoires de la Can Cameroun 2019, avec une victoire obtenue, hier dimanche 11 juin 2017 au stade Général Mathieu Kérékou de Cotonou, grâce à un but de Stéphane Sessègnon au terme d’un match plein de promesses.

Tournoi de football de l’Ufoa Ghana 2017 : 18 Ecureuils retenus par Tchomogo

Une courte victoire! Passée la tournante d’un débordement manqué à l’aile droite de la tribune officielle pendant que les deux équipes sont à l’échauffement, l’atmosphère du stade Général Mathieu Kérékou s’est progressivement détendue au fil des minutes.

Et c’est l’ex-international béninois Mouritala Ogoubiyi qui enflamme les supporters par un tour d’honneur comme pour préparer le terrain à ses anciens coéquipiers. Alors, les Ecureuils du Bénin sont rentrés sur la pelouse verte sans trop de calculs.

La ferveur qui a traversé le stade à leur entrée a eu un écho sur la pelouse au bout de trois minutes de jeu : une belle phase de jeu initiée par le capitaine Sessègnon. Il passe la balle à Mounié qui trouve Poté. Le centre de ce dernier trouve Jodel dont la frappe est détournée en corner par le gardien gambien Modou Jobe.

Evoluant dans un 4-3-3, les béninois ont vite pris l’avantage dans le jeu. Jodel (9’), Koukou (14’) et Mounié du pied gauche (30’), tentent de sauter le verrou gambien. Ayant gagné la bataille du milieu de terrain avec Sessègnon  Koukou et Mama Séïbou, l’équipe béninoise a confisqué le ballon devant un adversaire plus déterminé à faire le match nul. Mais sur les quelques ballons que les Gambiens ont eus, la défense béninoise a vacillé ; notamment du côté droit avec Cédric Hountondji trop juste, et Olivier Verdon qui a tenu sa place vaille que vaille. C’est de ce côté-là qu’est venu le premier danger gambien. Modou Barrow (35’) sonne la révolte pour le premier tir cadré gambien de la première partie, capté par Farnolle. Il va être suivi par Mustapha Carayol (37’) qui passe Verdon, mais sa frappe trouve les bras Farnolle.

Après quatre occasions, les Béninois rentrent aux vestiaires sans le moindre but. Le retour sera plus prometteur. En écho à la première partie, les Ecureuils ont pris le temps de construire leur jeu en multipliant les passes, en alternant passes courtes et passes longues, en changeant de côté pour déstabiliser l’adversaire. Et c’est le capitaine des Ecureuils qui fera lever tout le stade avant de rendre hommage à Cheick Tioté. Il récupère un ballon des pieds de David Kiki, feint une frappe pour éliminer deux adversaires, avant d’armer sa véritable frappe dans les 30 mètres. Contrée, la balle prend à contre pieds le gardien gambien (1-0, 53’), son vingtième but en sélection. Cette ouverture du score a galvanisé l’équipe. Coup sur coup, les Ecureuils ont eu deux à trois occasions de corser l’addition. Une tête de Mounié bien captée (55’), une frappe tendue du même joueur dans les 40 mètres, déviée en corner par le gardien (59’), une frappe bien cadrée de Mama Séïbou dans les 25 mètres (61’), les joueurs béninois ne parviennent pas mettre la balle dans les filets pour le deuxième but.

Michael Poté (62’) et Jodel Dossou (65’) vont aussi y aller, en frappant dans l’angle fermé, mauvais choix. Le score ne va pas changer et les Ecureuils empochent trois points au terme d’un match qu’ils ont manqué de gagner avec un score lourd. Ils vont savourer cette victoire et se remettre au travail pour la prochaine journée où ils vont défier le Togo au stade Kégué de Lomé en mars 2018.

Verdon bousculé mais bon

Pour son premier match à domicile, Olivier Verdon n’a pas eu la tâche facile. Le latéral droit du Bénin a été rudement mis à l’épreuve par Mustapha Carayol (Nottingham Forest, Angleterre). Constamment, les contres attaques des gambiens ont pris part ce côté droit de la défense béninoise, et Carayol a défié Verdon dans la course l’engagement et l’intelligence de jeu. Le Bordeaulais a eu bien du mal à contenir cet attaquant fougueux, de sorte qu’il a été presque inexistant sur le plan offensif. Seulement quatre centres en retrait effectués par Verdon qui a touché 27 ballons, réussi huit relances, gagné neuf duels pour quatre perdus, et manqué sept passes. Il a tenu sa place et a du temps pour s’habituer à l’équipe et réussir son intégration avant le rendez-vous de Lomé en mars 2018.

Cédric Hountondji, un match sans relief

Son match a été trop calme. Le défenseur du Gazélec Ajaccio (France) a rendu une copie trop pâle, surtout en première période. L’axe central de la défense béninoise n’a pas été bousculé outre mesure. Mais sur les actions offensives des gambiens qui ont pris par lui, il a montré de fébrilité. Pas serein voire timoré, il est plutôt tendre dans les duels. Il en a gagné sept, perdu neuf. Il a touché très peu de ballon (16), et réussi quatre passes. Il a bénéficié de la couverture de Khaled Adénon qui a effectué un match propre. Quand l’entente entre c’est deux-là sera parfaite, le Bénin va se réjouir d’avoir une paire solide. Sa première à domicile ne permet pas de savoir ce qu’il vaut véritablement dans cette équipe.

Mama Séïbou, un retour gagnant

L’un des meilleurs joueurs béninois ce dimanche 11 juin 2017, Mama Séïbou, a montré beaucoup plus que ce qu’on attendait de lui. Le joueur d’Aspac (Bénin) n’a pas eu peur d’avoir le ballon dans les pieds. Et sa frappe des 25 mètres (61’) montre à suffisance sa confiance en son potentiel. Son activité en milieu de terrain aux côtés de son capitaine Sessègnon et de Koukou Djiman a été énorme. Propre dans ses relances et son apport défensif comme offensif, il a fait du bien à cette équipe du Bénin, orpheline de Bello Babatundé. Il n’est pas dans les ouvertures lumineuses comme celle de Sessègnon pour Poté à la 62è minute, mais dans les relais, dans la récupération et dans l’orientation du jeu, il a bien suivi le tempo de son capitaine qui a donné la note au jeu béninois. Pour 32 ballons touchés, il en a perdu quatre, gagné huit duels et perdu six autres, dans un match assez calme néanmoins… Un bon match!

David Kiki, ses centres?

Contrairement à Olivier Verdon à droit, le latéral gauche béninois n’a pas eu grand-chose à faire dans ce match. Il a passé un après-midi trop calme. Il a été comme d’habitude propre dans sa prise de balle et dans les duels (six gagnés).  Alors, il en a profité pour apporter le surnombre offensif. Il a touché 23 ballons dont plus de la moitié dans la moitié adverse. Le niortais a réussi 12 passes pour cinq manquées. Sa relation avec Jodel Dossou a été bonne. Dans l’entente et dans le dédoublement, ces deux ont fait mal à la défense adverse. Son apport offensif a fait du bien à l’équipe avec quelques dribbles, quelques débordements. Mais, dans ce match où son côté n’a pas été animé par l’adversaire, David Kiki a péché dans ses centres en retrait. Sur les huit centres qu’il a effectués, il n’en a réussi que trois. Il a beaucoup plus centré pour le gardien gambien que pour ses attaquants : il doit évoluer dans ce secteur

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 4 mois

    RIDICULE TITRE QUE CE RONFLANT ET VIDE TITRE : Bénin # Gambie (1-0): Précieuse victoire au bout d’un match maîtrisé….
    EN QUOI LE MATCH A ETE MAITRISE ?
    L’EQUIPE B OU L’EQUIPE LOCALE DU GHANA A BATTUE CETTE MEME GAMBIE PAR 2 BUTS A 1 JEUDI A ACCRA.
    LE BENIN AVEC SON EQUIPE A EST INCAPABLE DE BATTRE A PLATE COUTURE CETTE GAMBIE !
    COMME LE BENIN A DECIDE GARDER OUMAR TCHOMOGO , LE TOGO NOUS DONNERA UNE RACLEE ET UNE LECON ETERNELLE EN MARS 2018 A KEGUE LOME .
    TRISTE MATCH POUR UN RESULTAT HYPOCRITE RESSEMBLANT A UN FAUX MATCH NUL .
    AU RETOUR LES GAMBIEN NOUS DONNERONS UNE RACLEE .

    • Avatar commentaire
      maya 4 mois

      Franck , vous en voulez vraiment a tchomongo ! Collez la paix a ce monsieur . vous êtes un individu haineux . Vous ne voulez que du négatif de votre prochain ! Encourageons ce tchomongo qui se bat pour que le foot beninois aille de l’avant . Ressaisissez vous franck .