Renaissance du Bénin: « Je suis et je reste le seul et unique président » dixit Léhady Soglo

Renaissance du Bénin: « Je suis et je reste le seul et unique président » dixit Léhady Soglo

Depuis l’avènement de la polémique autour de son fauteuil de président de la Renaissance du Bénin, Léhady Soglo ne s’était jamais prononcé.

Révocation de Léhady Soglo au Bénin: Avis de quelques citoyens (vidéo)

Le président “déchu” de la RB a accordé une interview à jeune afrique. Léhady Soglo accuse les dissidents d’être téléguidés et réaffirme qu’il demeure le seul président de la RB.

Le maire de  Cotonou se dit surpris et indigné de la manière de procéder du camp opposé. « C’est un congrès qui m’a élu, c’est un congrès qui peut éventuellement me décharger de mes fonctions, mais sûrement pas un groupuscule de dissidents. », a affirmé Léhady Soglo.

Par ailleurs, Léhady n’entend pas céder à la pression des frondeurs. « Je reste et demeure le seul et unique président de la RB. », martèle-t-il. Selon le président contesté de la RB, la décision de sa destitution, le 21  mai dernier à Abomey, est illégale.

Une décision illégale selon Léhady Soglo

A en croire le président controversé de la RB, la réunion d’Abomey n’a pas été convoquée conformément aux textes qui régissent le parti. Il explique que l’article 31-B du règlement intérieur de la RB stipule que c’est le président du parti ou le secrétaire exécutif, sur instruction du président, qui adresse les convocations aux membres du bureau politique national. Ce qui n’a pas été le cas.

Quant aux accusations selon lesquelles, il s’est opposé à la convocation du bureau politique, en vue d’un congrès extraordinaire, Léhady clarifie qu’il était occupé à une session extraordinaire à la mairie de Cotonou. Malgré sa promesse de convoquer un bureau politique au plus tôt, les dissidents ont fait la sourde oreille.

Léhady Soglo aurait même dépêché un huissier pour arrêter la réunion d’Abomey, mais, « Il fallait qu’ils continuent leur mission pour justifier ce que la fondatrice du parti Rosine Soglo a appelé “le fumier du diable”. », a-t-il confié à jeune afrique.

Une fronde téléguidée

Le maire de Cotonou prétend que le camp dirigé par Georges Bada, est téléguidé par le pouvoir en place. « Historiquement, lorsque la Renaissance du Bénin a vécu ce genre de soubresaut, le pouvoir n’était jamais très loin. ». Toutefois, Léhady n’a pas cité de nom. Il fait allusion au blocage du projet de révision de la constitution, comme la cause principale de l’acharnement dont il est victime.

L’obligation de passer par un congrès

Selon les dernières informations, le camp George Bada aurait saisi le ministère de l’intérieur pour entériner les décisions issues du conclave d’Abomey. « Seul un congrès est habilité à remplacer ou reconduire son président. », a répondu Léhady Soglo. Il estime que le ministère de l’intérieur ne peut pas aller à l’encontre des textes du parti.

Léhady Soglo écarte, pour l’instant, l’idée de porter cette affaire devant les tribunaux. Comme sa maman, la fondatrice de la Renaissance du Bénin Rosine Soglo, le maire de Cotonou demande aux frondeurs de démissionner pour créer leur propre parti politique.

La crise actuelle n’est pas la première, au sein de la RB qui a déjà 25 ans de vie dans le paysage politique du Bénin.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 5 mois

    “…téléguidé par le pouvoir en place….allusion au blocage du projet de révision” C’est la seule cause.
    et, selon moi, il a tort, chaque fois qu’il communique sur la plan politique, de ne pas centrer son discours sur ce point, pour faire apparaître le pouvoir au Bénin tel qu’il est vraiment d’une part.

    D’autre part, ce faisant, il retournerait contre le pouvoir, le fait d’avoir fait de lui son adversaire. En apparaissant comme tel dans les médias internationaux, Il laisserait les efforts de TALON pour lui nuire, le mettre en lumière et le faire apparaître comme une alternance potentielle pour dans 4 ans.

    Ce serait beaucoup plus efficace que de faire de la pub – en citant es noms – à des laquais qui se louent au plus offrant. Sur le plan international, personne n’a rien à f… des détails de la cuisine de son parti.

    Sans se plaindre (“je suis victime”), se positionner comme cible parce qu’obstacle à un projet de révision constitutionnelle, “plein de menaces pour la Démocratie béninoise et l’équilibre des pouvoirs”.

    Avec un enchaînement bien préparé, sur l’aspect dépassé de ces tendances autocratiques du siècle passé en Afrique; il aurait pu conclure sur des perspectives d’un renforcement d’un équilibre des institutions; seules garantes de conditions favorables au développement sur le continent.

    Et, roule ma poule ! “un opposant, investi dans la politique de la plus grande ville du Bénin, propose sa vision pour le pays tout entier, aux dérives du nouveau pouvoir au Bénin” et blah, blah , blah

  • Avatar commentaire
    Tundé 5 mois

    Un bébé gâté qui est couvé à 57 ans par des parents gateux. Il est comme karim Wade qui renvoie son père dans l’arene politique à 91 ans pour être député. Bientôt papa Soglo devra rejoindre maman, au Parlement ou à la mairie, pour rebâtir un avenir à Lehady. Il sera bientôt chassé de la mairie pour incurie et incompétence notoires. Les parents devront reprendre service pour redonner à leur bébé qui n’a jamais gradué dans un ordre d’enseignement, un avenir. Lehady n’a pas ni titre, ni de profession, il n’a que la politique comme profession dans son monde décadent. À notre époque où Macron à 39ans mène le monde sans complexe, notre bébé cadum de 57 ans est au biberon.

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 5 mois

    Lehady Soglone fait que répéter ce que sa mère avait dit pour couper court à toutes ces manœuvres de destitution. On ne peut pas être plus discipliné !