Bénin : Un policier et un militaire accusés de braquage par l’acteur Oncle bazar

Bénin : Un policier et un militaire accusés de braquage par l’acteur Oncle bazar

La corporation des forces de défense et de sécurité se trouve confrontée depuis le samedi 03 juin dernier à une affaire de braquage hors du commun.

Relance du Sport militaire au Bénin : Les forces armées annoncent les couleurs

En effet, la « victime » du braquage qui n’est nul autre que le comédien Jean-Paul Amoussou alias Oncle Bazar, affirme avoir été dépouillée par deux forces de l’ordre : un policier et un militaire.

La scène se serait déroulée dans la nuit du samedi 03 juin, au domicile de l’humoriste à Grand-Popo, alors que la ville accueillait les festivités de Nonvitcha.

« C’est un braquage orchestré par un policier accompagné de son acolyte, un militaire de la base navale de Grand-Popo. Aux environs de 20h20 alors que j’étais sur ma parcelle avec mon gardien, il a surgit et braqué sur nous son PA (conventionnel), nous tenant en respect. Il nous a demandé de nous coucher par terre… Il s’est ensuite jeté sur moi et m’a dépouillé de mes biens », a confié l’acteur au site d’information Bénin Médias.

Le média rapporte aussi que les deux braqueurs n’ont pas pu s’échapper une fois leur forfait commis. Appréhendés par les riverains et ayant échappé de justesse à la vindicte populaire grâce aux supplications de leur « victime », ils auraient été contraints de décliner leurs identités.

Des déclarations faites, il en ressort que les deux individus attrapés étaient effectivement des forces de l’ordre en exercice. Le policier est en service à Lokossa et le militaire quant à lui est agent de la base navale de Grand-Popo, informe Bénin Médias.

La police confirme la détention d’un de ses agents

Les deux accusés ont été conduits sur insistance du comédien Oncle Bazar au commissariat de Grand-Popo où ils sont actuellement gardés à vue, renchérit le site d’information.

La détention du policier est corroborée par le Synagab-police qui invite cependant l’opinion nationale et internationale à la retenue. Dans une note d’information intitulée N°002/2017-Synagan-Police, le Secrétaire Général du Syndicat, Komlanvi Apegnan, affirme que l’intéressé bénéficie toujours de la présomption d’innocence tant que les preuves de sa culpabilité ne sont pas réunies et qu’il n’a pas été jugé par une autorité judiciaire comme tel.

Le Synagab-Police garantit également qu’il a déjà dépêché un avocat pour « assister » le prévenu et que la vérité sera dite. Affaire à suivre donc

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 6 mois

    CES DEUX INDIVIDUS HONTEUSEMENT NOMMES [ POLICIER ET MILITAIRE ] ONT GAGNE CES POSTES GRACE A KOMI KOUTCHE LE GENDRE DU VILLAGEOIS DE TCHAOUROU ET SURTOUT DE YAYI BONI LE FONDATEUR ET PERE INVENTEUR DES FAUX DIPLOMES ET CONCOURS FRAUDULEUX .
    IL EST NORMAL QU’ILS AGISSENT AINSI .
    UN BIEN MAL ACQUIS NE PROFITE JAMAIS .
    ILS SONT DEVENUS HOMMES EN UNIFORMES GRACE A KOMI KOUTCHE ET YAYI BONI LE BEAU OU VILAIN PERE .
    QUAND AU SYNDICAT DE LA POLICE , JE DOIS RIRE ET REMERCIER L’ADAGE : QUI S’ASSEMBLE , SE RESSEMBLE .
    LES BRAQUEURS DOIVENT ETRES AGENTS DE CE SYNDICATS DE VO..LEURS .

  • Avatar commentaire
    Paul 6 mois

    Cela me fait rire. Suivez bien: Le syndicat “appelle l’opinion nationale et internationale à la retenue”. Cela veut dire quoi ? Une affaire internationale ? Ensuite, le syndicat dit: ” qu’un avocat est dépêché pour assister le prévenu”. Mais au nom de quoi ? Il n’est pas victime dans l’exercice de ses fonctions pour bénéficier d’une protection juridique de la part du syndicat. Ce secrétaire général est-il un vrai policier ? Connaît-il les éléments constitutifs d’une infraction ? Il dit enfin que l’intéressé bénéficie de la présomption d’innocence….. Mais je suis désolé, l’agent a été appréhendé par des riverains, témoins et en flagrant délit. Monsieur le syndicaliste, retournez à l’école de police et revoyez les cours s’il vous plaît.

  • Avatar commentaire
    Comlan Théophile 6 mois

    Dans une note d’information intitulée N°002/2017-Synagan-Police, le Secrétaire Général du Syndicat, Komlanvi Apegnan, affirme que l’intéressé bénéficie toujours de la présomption d’innocence tant que les preuves de sa culpabilité ne sont pas réunies .De qu’elle présomption d’innocence parle secrétaire général du syndicat de police quand on sait que Ledit braqueur a été pris en flagrant délit?

  • Avatar commentaire
    aziz 6 mois

    Tout le monde..sait..que ceux sont ce qui n’arrivaient pas à suivre..dans nos colleges,et lycées..des tarés..parfois meme des repris de justice..qui passent ces concours de la police,de la gendarmerie et autres

    Les ignares,cretins,les intectuellement.faibles se trouvent dans les corps militaires et para militaires…saufs..une minorité qui y vont..par amour des armes et ceux là..on les reconnait tout de suite..

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 mois

      Pas de présentation de casier judiciaire avant de passer le concours ? Dans quel pays sommes-nous ? Tout va de travers.

      • Avatar commentaire
        Napoléon1 6 mois

        Tout va vraiment de travers. C’est nl’héritage des 27 ans de Kérékou au pouvoir au Bénin. Et cela va durer longtemps et longtemps encore.

    • Avatar commentaire

      Un peux de retenu dans nos differents commentaires.. Attendons d’abord la décision de la justice, avant toute choses..merci

  • Avatar commentaire
    Tchité 6 mois

    Il en sont capables ces jeunes policiers inconscients et qui sont d’ailleurs arrive’s dans le service par des truquage, la tricherie et l’affairisme. Ils sont souvent impatients et veulent très vite s’enrichir. J’en ai rencontre’ en en a été victime a’ l’aéroport de Cotonou. Mais Dieu les voit.

    En ce qui concerne le Synagab-police, il faut qu’ils reconnaissent la présence de brebis galeuses en leur sein (dans le corps de la Police et de l’Armée.

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 mois

      Et surtout qu’ils fassent le ménage une fois pour de bon. D’ailleurs pourquoi gardent-ils leur arme de service ?