Bénin : Simon Houndagnon dénonce les faux produits contre la prostate

Bénin : Simon Houndagnon dénonce les faux produits contre la prostate

Simon Houndagnon dénonce la vente de faux médicaments contre la prostate. C’était le samedi 19 août 2017 au Chant d’Oiseau de Cotonou, devant un parterre de professionnels des médias.

Ebola : une nouvelle épidémie inévitable selon l’OMS malgré le vaccin

En dehors des cas de contrefaçon de ses produits, le Dg de PJMP a aussi évoqué les prouesses de son centre dans le traitement des maladies de la prostate.

«Vous savez que mon centre est le seul dans le monde entier qui guérit des maladies de la prostate. A ce titre, j’ai jugé utile de donner l’alerte sur la fabrication de faux médicaments par des individus qui prétendent soigner les maladies de la prostate », a-t-il lancé, avant de poursuivre : «en 2013, mes patients m’ont rapporté qu’un produit était vendu à Parakou par un gendarme à la retraite, qui expliquait aux clients qu’il était mon initiateur. Lorsque nous l’avons approché, il a arrêté ».

Le second aventurier apparaît en 2016. Un  ancien patient du centre PJMP selon le Dg, et qui a trouvé guérison du cancer de la prostate en même temps que son oncle qu’il a fait venir par la suite. C’est ce patient s’est reconverti en thérapeute en emportant les prospectus et autres informations du centre PJMP. Il a fallu une mise en demeure du ministère de la santé, rapporte Simon Houndagnon, pour qu’il se résolve à abandonner la contrefaçon.

La filière des faux médicaments

Mais ce ne sera pas le dernier, puisque en juillet 2017 un individu propriétaire d’un centre concurrent, a lui aussi conçu un produit qui présente curieusement des vertus multiples. Ce médicament est d’abord un aphrodisiaque, puis traite l’inflammation de la prostate, mais il prétend aussi soigner le cancer de la prostate en même temps que le cancer du sein etc.

Le Dg de PJMP a donc tenu à alerter ses patients et l’opinion en général sur de tels produits, qui pourraient semer le doute et la confusion dans les esprits. Son engagement trouve son fondement dans le fait que son centre soit le seul au monde à soigner des pathologies de la prostate, a-t-il déclaré. Mais  aussi, dans la  réputation de son centre qui en 30 ans d’existence a déjà suivi 35000 patients dont 34000 satisfaits.

Distinguer l’ivraie de la bonne graine

Le Dg souhaite qu’avec l’irruption des thérapeutes de fortunes dans le traitement des maladies de la prostate dans le pays, le ministère de la santé organise un test d’évaluation en leur répartissant des patients souffrant des pathologies diverses de la prostate. Afin de distinguer à terme l’ivraie du bon grain. Le centre PJMP offre des soins de nettoyage de la prostate, responsable de la panne sexuelle, mais aussi des soins relatifs à l’inflammation de la prostate ou au retrait naturel de la sonde sans opération.

Le centre PJMP créé depuis 30 ans, est situé déjà à Porto-Novo au quartier Akonabouè. Son promoteur, Simon Houndagnon a d’abord été gendarme, puis forestier, avant de se consacrer à des recherches sur les principes actifs des plantes médicinales pouvant soigner les maladies de la prostate. Un métier qu’il a hérité de son père et qu’il exerce depuis 30 ans, avec un succès reconnu de part le monde.

Des patients satisfaits témoignent

Pierre Ogoudjobi, Grand Maître de Taekwondo, 62 ans

J’ai ressenti comme cela peut souvent arriver une panne sexuelle qui m’a créé des brouilles avec mon épouse. J’ai entendu parler du centre PJMP à Radio Tokpa et je m’y suis rendu. Après une prise en charge accompagnée de soins, j’ai retrouvé la forme avec l’aide mon épouse qui me rappelait toujours de prendre de boire mes remèdes. Depuis lors, je suis soulagé. J’y ai conduit aussi un collègue maitre de Taekwondo de nationalité ivoirienne, qui est arrivé ici pour une compétition. Il souffrait du rétrécissement de l’urètre, je l’ai conduit au même centre. Et après les soins, il m’a expliqué que tout est rentré dans l’ordre.

Chat-tigre Etienne, Technicien de génie-civil, 65 ans

En 2004, j’ai été frappé par le cancer de la prostate, j’ai fait des examens, on m’a placé la sonde avec de sérieuses douleurs pour uriner. A l’occasion, j’ai perdu mes activités et j’ai été abandonné par ma famille. Rendu au centre, j’ai retrouvé la guérison après 32 jours de soin. Ma sonde est tombée et je suis soulagé depuis. Je regrette seulement mon emploi que j’ai perdu et j’appelle les personnes de bonne volonté à me venir en aide.

Adolphe Gbéto, agent à la retraite de l’université du Bénin, 68 ans

Je souffrais de la hernie, j’ai subie une intervention chirurgicale au Cnhu en 2015. C’est après que j’ai éprouvé des difficultés à uriner, les médecins m’ont proposé une autre intervention chirurgicale. Mais je suis plutôt allé au centre PJMP où j’ai trouvé le soulagement

Commentaires

Commentaires du site 16
  • Avatar commentaire
    Avouhan 2 mois

    Sur le cancer de la prostate, je ne vais pas rester sur ma faim en m’arrêtant en si bon chemin. En effet, la seule mesure du PSA ne suffit pas pour se prononcer sur l’existence du cancer de la prostate pour les raisons que j’avais énumérées dans mon précédent post. Pour être certain de la présence du cancer de la prostate chez un sujet, il faut procéder à une biopsie de la prostate. Ce sont les résultats de la biopsie qui détermineront de façon quasi certaine de la présence du cancer de la prostate chez un patient. De quoi s’agit-il? Il s’agit d’effectuer par voie endo-rectale, douze prélèvements de tissus autour de la prostate dans des zones bien précises puis de les analyser ensuite au laboratoire en y adjoignant des réactifs. Les résultats sont disponibles au bout de six à huit semaines environ et ils sont déterminants. Je revois tous ces patients dans la salle d’attente qui ont subi une biopsie et qui viennent chercher leurs résultats. En attendant d’être reçus ils ont tous le visage fermé, la gorge serrée en attendant la bonne ou la mauvaise nouvelle. C’est pour eux un véritable moment d’angoisse.

    S’agissant du traitement du cancer de la prostate, j’ai dit que deux écoles s’affrontent et que les deux approches de la maladie et de son traitement se valent. Toutefois je tiens à apporter quelques précisions tout de même.

    1) Lorsque le patient est un jeune homme (40-50 ans, un quadragénaire) atteint par le cancer de la prostate je lui conseillerai d’accepter de se faire opérer quitte à compléter l’opération en cas de récidive par des séances de radiothérapies car dans cette tranche d’âge, le taux de rémission complète avoisine 95%. Si le patient souhaite plus tard faire des enfant ou s’il possède une femme jeune qui pourrait avoir plus tard des désirs d’enfants, il vaut mieux orienter le patient vers un laboratoire d’andrologie où il pourra se faire conserver ses semences en vue d’une insémination plus tard. En effet, après avoir subi une intervention chirurgicale due au cancer de la prostate, le patient ne peut plus procréer.

    2) Lorsque le patient est âgé de soixante dix ans voire plus, les médecins urologues préfèrent ne plus tenter une opération chirurgicale car les chances de guérisons sont faibles. En effet, lorsque le cancer de la prostate n’a pas été pris en charge tôt ou qu’il ait été découvert sur le tard, le gros risque est la présence de métastases. Si c’est le cas, il vaut mieux ne pas opérer le patient mais l’accompagner plutôt par la méthode douce. Par exemple une injection de piqûre tous les Xmois sachant que le patient continuera de vivre avec sa maladie et qu’il en mourra dans cinq voire dix ans. En effet, les injections dont le patient bénéficie à défaut d’une intervention chirurgicale ont uniquement pour but de ralentir la progression fulgurante de la maladie. Ces injections ne le guériront pas de la maladie, c’est sûr et certain mais elles lui laisseront le temps de mettre de l’ordre dans sa succession et de rédiger son testament.C’est peut être dur à entendre mais c’est la vérité.
    Autre chose que beaucoup parmi nous ignorent est qu’en France à partir de 74/75 ans(vous pouvez poser la question à votre médecin traitant. S’il est sincère il vous répondra par l’affirmatif), vous n’êtes plus prioritaire en soin. Alors un conseil, si vous avez des réparations lourdes à faire sur votre corps, faites le avant cet âge car les vieux coûtent chers à l’Etat mais dans le même temps on nous bassine à grands coups de publicité en nous annonçant que la durée de vie chez les hommes en France est de 82 ans et chez les femmes de 85 ans. Mais dans le même temps on voudrait que les vieux meurent tôt comme cela ils coûteront moins chers à l’Etat, bref. Dès lors vous comprenez que nous sommes en face d’un vrai débat de société sur lequel aucun gouvernement de gauche comme de droite ne veut lever un coin de voile car le sujet est hautement sensible.
    Eh oui notre société est devenue folle complètement.

    Bonsoir

    Bonsoir

    • Avatar commentaire
      Totchénagnon 2 mois

      Merci pour votre théorie. Voulez-vous dire que les nôtres sont incapables de soulager ces malades ? Le plus important à mon avis n’est pas la guérison totale, car après tout il faudra mourir de quelque chose. De la même façon que vous avez eu à faire des recherches dans deux laboratoires qui s’affrontent en France, je vous invite à faire de même chez vous ici au Bénin. Car, beaucoup de nos guérisseurs traditionnels soutiennent qu’ils guérissent des maladies comme la prostate, le sida etc. Pourtant, les européens, pour des raisons commerciales ne veulent pas entendre de cette oreille. Je nous invite à ne pas négliger nos valeurs. Aller en chine, vous n’entendrez pas les noms de savants européens. Ils alignent les leurs. Faisons de même car il n’a été écrit nulle part que l’intelligence a une couleur.

      • Avatar commentaire
        Avouhan 2 mois

        @Totchénagnon,

        Et voilà encore une polémique pour rien, for nothing comme disent les anglais ou por nada comme disent les hispaniques. Eh oui c’est cela même le propre des Béninois que nous sommes. Nous aimons polémiquer pour pas grand chose et souvent pour rien.

        1) Jamais à travers mes différents posts je n’ai parlé de deux labo qui s’affrontent et l’idée ne m’a même pas effleuré l’esprit. Je vous invite à me relire s’il vous plaît.
        Toutefois, je reconnais avoir parlé de deux approches, de deux écoles dans le traitement du cancer de la prostate toute comme dans certaines disciplines notamment en économie où il existe des courants de pensées telles que les Classiques (Adam Smith, David Ricardo), les Néo-Classiques (Stanley Jevons), les Keynésiens, Les Marxistes, l’école de la régulation dont le chef de file est Michel Aglietta, etc, etc.

        De même en médecine il arrive que s’agissant d’une pathologie donnée, différentes approches peuvent être conseillées. A vous lire vous semblez être en guerre contre les labos sauf que vous oubliez que ce sont les labos qui font les recherches, ce sont eux qui procèdent aux différents tests sur les souris en guise de cobaye, ce sont eux qui proposent des thérapeutiques (des traitements) dont la mise sur le marché nécessite en France l’accord obligatoire de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du médicament et des produits de santé). Beaucoup de labos pharmaceutiques ont délocalisé en Asie puis en Inde où ils sou-traitent leurs produits en cherchant à réaliser des économies d’échelles. Mais ce dont on s’est rendu compte est que certains médicaments ou appareils de santé (comme les pace maker) fabriqués dans ces pays souffrent d’une insuffisance de tests et ont des défauts au point que de grands labos pensent sérieusement à relocaliser en France et en Europe leurs unités de production.

        Quel est l’organisme d’Etat et/ou de santé au Bénin qui contrôle (tant la préparation que du dosage) les potions “magiques” proposées par les guérisseurs qui se prennent pour un professeurs de médecine?

        Honte à vous Totchénagnon ce sont des gens comme vous qui faites le malheur de notre beau pays le Bénin. En plus vous vous prénommez Totchénagnon, humm!… Eh bien à l’allure où vous allez, “Todénagnon-aah, Todjin-nagblé” rigolo, oh pardonnez-moi plutôt rigoletto que vous êtes comme dans un opéra célèbre de Verdi.

        2)Pour ce qui est de l’utilisation de certaines plantes de chez nous, je ne nie pas leurs existences ni leurs apports dans le traitement de certaines pathologies. A ce sujet j’ai cité dans un de mes posts l’existence d’un arbuste dont les racines soulagent des maux de la prostate et @Aoh Tcho l’a confirmé dans son post. Prenez la peine de lire son post également.
        Il ne faudrait pas que chacun reste dans son coin en disant moi je connais telle plante dont l’utilisation soulage de certains maux en gardant le secret.Il faut se regrouper et travailler ensemble pour une meilleure efficacité. Il faut qu’il y ait un organisme qui chapeaute et contrôle tous ces tradipraticiens car ce sont des vies humaines qu”ils ont entre les mains. Or me semble t-il, s’agissant des plantes utilisées, aucun essai clinique n’est effectué en amont. Au contraire les potions obtenues sont administrées directement aux malades, c’est inadmissible.

        3) Vous semblez avoir une dents contre les labos sous prétexte qu’elles ne pensent qu’à s’enrichir sur le dos des malades. Savez-vous ce que coûte une recherche en médicament pour un labo? De même sachez que ce ne sont pas tous les médicaments fabriqués par les laboratoires qui obtiennent l’accord de l’ANSM pour la mise en vente sur le marché. Et les autres médicaments qui n’ont pas obtenu l’accord de mise en vente sur le marché Européen où vont-ils? Eh bien ils sont déversés dans les pays pauvres car la-bas il n’y a aucun organisme de contrôle.
        L’ancien Président Ivoirien Feu Félix Houphouet Boigny disait:”La maman qui prépare à manger à son enfant ne peut pas s’empêcher de se lécher les doigts afin de s’assurer que la nourriture qu’elle va administrer à l’enfant est bonne, de bon goût”.
        Pour ma part, le drame serait que cette mère s’approprie la nourriture, qu’elle la consomme en laissant l’enfant à jeun.

        Nous n’en sommes pas là heureusement. Alors @ Totchénagnon arrêtez donc vos bali.vernes.

        Bonsoir

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Avouhan , urologue ? Bon pour tes patients à qui tu enlèves la prostate et les testicules , pense à les mettre dans la sauce parfumée de anvidokpomé .
    Et puis dit à l’**** de talon dont la prostate est abîmée , qu’il y a chez nous au benin une compétence , lui qui a des problèmes de compétence , on fera ainsi une économie sur le budget de l’état

  • Avatar commentaire
    AohTcho 2 mois

    Faisons très attention à ce monsieur. avec la complicité de certains médecins et de certaines presses sont entrain d’emballer les béninois.

    J’apprécie les explications de Avouhan qui a expliqué de long en large ce que c’est que la maladie de la prostate et comment on peuT y remédier. Aussi a-t-il indiqué le remède de “adji couin doh – la racine de plante des graines de adji” comme approche.

    S’agissant de M. HOUNDAGNON. Allez-vous même chez lui et vous verrez comment il opère.

    1. Il vous fait attendre longtemps avant de vous recevoir.
    2. Il vous fait entrer dans son salon par groupe, selon la place disponible
    3. Il passe son temps à vous raconter sa vie. C’est ce qu’il appelle consultation.
    4. Enfin, il passe à l’étape de la proposition de ses produits. Pour lui, pour tous ceux qui ont au moins 40 ans et qui ne souffrent pas de la maladie, ils devront se munir de 410 000 f cfa pour prendre la dose nécessaire pour la prévention.

    Question
    M. HOUNDAGNON s’évente être le seul détenteur du secret de la guérison totale de la maladie de la prostate. Il dit que c’est Dieu qui lui a révélé ce secret. Étant conscient que tous les hommes sont prédisposés à la maladie, donc incontournable, pourquoi son traitement reste inaccessible au commun des béninois ? Combien de béninois peuvent réunir 410 000 f, même malade ?

    Aussi, lorsque des gens utilisent ses produits et reviennent le voir pour se plaindre de certains malaises, il n’a pas d’oreilles pour les écouter. Ils réfutent ces malaises et les rejettent sur le coup du palus ou autres maladies.

    Ce monsieur se dit Colonel des Forces Armées Béninoises à la retraite, alors que dans son salon, c’est une photo en homme portant trois traits sur chaque épaule qui s’y trouvent. Aidez moi donc à déterminer son grade.

    Je ne n’en veux pas. Mais je l’exhorte à de l’humilité, car ses méthodes ne rassurent pas. Que les médecins et autres presses qui lui apportent leurs appuis se méfient, car ce faisant, ils risquent inconsciemment de faire de tort à plusieurs béninois.

  • Avatar commentaire
    Chat 2 mois

    Avouhan
    Tu as fait une thèse sur la prostate ou tu as créé une secte prostatique ? Tu en connais un rayon sur le sujet mon vieux. Tu ferais peut être du fric en devenant conseil en prostate de Talon non!.

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      Le doyen avouhan…conseil en prostasie de talon..il vau mieux l’envoyer à l’abbatoir..à apakpka…c’est plus simple n’est ce pas

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 2 mois

    Malheureusement ; ce Houndagnon Simon est aussi un faussaire.
    Dire qu’il a le remède pour la rémission du cancer de la prostate est simplement scandaleux.
    Un marchand d’illusions.
    En plus de la maladie ; les escros en rajoutent â la souffrance.
    Pauvre de mon pays

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 2 mois

    Au contraire @Aziz, Talon a de l’espoir car il pourra avoir recours (dernier recours) aux remèdes de Houndagnon pour se sortir d’affaires, comme Hercule dans le passé…….!!!!!

  • Avatar commentaire
    Avouhan 2 mois

    Le cancer de la prostate et le cancer du sein constituent deux pathologies qui se soignent très bien aujourd’hui à condition qu’elles soient détectées tôt et prises en charge très tôt, oui on en guérit dans ces conditions.
    Pour ma part et pour ce que je viens de lire, je suis tout de même perplexe car à travers et les divers témoignages, d’aucuns ne parlent d’une mesure précise, exacte de la prostate comme par exemple le PSA (Prostate Spécifique Antigène). De quoi s’agit-il? Notre organisme secrète une protéine que l’on retrouve à diverses doses dans le sang. l’antigène (PSA) permet de doser le taux de présence de cette protéine dans le sang. Donc pour détecter la valeur du PSA, il faut effectuer obligatoirement une prise de sang. Il s’agit d’une mesure précise. Mais attention ce n’est pas parce que le PSA est élevé que le patient souffre obligatoirement du cancer de la prostate; ce n’est pas parce l’urètre est rétrécie (comme je l’ai lu à travers l’article) que le patient souffre du cancer de la prostate. En effet la prostate est située sous la vessie. La vessie se prolonge par l’urètre qui traverse la prostate. Or avec l’âge le gonflement de la prostate entraîne chez certains patients le rétrécissement de l’urètre, l’urètre dont la miction est contrôlée par le sphincter qui fonctionne comme une valve. Le rétrécissement de l’urètre entraînera chez le malade une envie de faire régulièrement pi.pi. Mais attention ce n’est pas parce qu’on se lève régulièrement la nuit pour aller uriner que l’on souffre forcément du cancer de la prostate.
    Récapitulons: Le fait que l’urètre se rétrécisse, le fait que la valeur du PSA soit élévée, le fait d’avoir des difficultés à retenir l’urine restent des signes inquiétants toutefois ils n’augurent en rien la présence du cancer de la prostate au contraire cette gêne pourrait être dûe à un Adénome. L’adénome étant une tumeur bénigne, c’est à dire pas très grave mais qu’il faudrait soigner. Si au lieu d’être bénigne la tumeur était maligne alors là il y aura de quoi s’inquiéter car la tumeur maligne est souvent synonyme de la présence d’un cancer, aïe.
    S’agissant du traitement du cancer de la prostate plusieurs écoles existent chez les urologues:
    1) Il y a ceux qui sont pour une intervention chirurgicale quitte à la compléter ensuite par des séances de radiothérapies,
    2) Il y a ceux qui sont pour un traitement plus doux et contrôlé par injection de piqûre tous les X mois empêchant ainsi l’évolution du cancer et permettant au malade de continuer à avoir une activité sexuelle “normale”.

    En effet le risque avec l’intervention chirurgicale est que le patient se retrouve souvent avec de gros problèmes de dysfonctionnement érectile sans plus jamais avoir la possibilité d’éjaculer. Eh oui la vie est à ce prix. Pour ce qui concerne les dysfonctionnement érectiles, il existe des traitements comme l’Edex ou le Caverject vendu dans les officines (pharmacies).

    Personnellement je me réjouis de savoir de savoir qu’il existe chez des traitements locaux permettant de soulager tous ceux qui souffrent de maux liés à la prostate. En effet la prostate c’est le talon d’Achille de tous les hommes sans exception. A partir d’un certain âge certains d’entre eux développeront la maladie alors que d’autres ne la développeront pas. C’est à croire que la nature est parfois injuste, mais c’est ainsi. Pour ma part, je parlerai plutôt d’une sélection naturelle tout comme certains enfants qui naissent en pleine forme alors que d’autres naissent malades ou meurent avant même d’arriver au monde.

    Parlant de plantes qui soignent et soulagent des maux de la prostate, il existe chez nous (Bénin-Togo) un jeu auquel jouaient nos parents. Ce jeu se présente sous la forme d’une tablette (taillée dans un tronc d’arbre) et comporte douze trous: six trous d’un côté et six trous de l’autre côté en face (les Fons appellent ce jeu Adji et les minas l’appellent Tomédie). Pour jouer à ce jeu, il faut disposer de petites boules de couleur grise ou noire que l’on répartit une à une dans chaque trous de la tablette. Eh bien les racines de l’arbuste grâce à partir duquel on fabrique ces petites boules, eh bien les racines de cet arbuste préparées et infusées soulagent et guérissent des maux de la prostate.
    J’en parlent car je pense à toutes ces personnes qui n’ont pas les moyens de se payer une opération chirurgicale et tout ce qui l’accompagne alors que dans le même temps la nature nous a tout donnés gratuitement et à portée de la main. Pour ceux qui en doutent, renseignez-vous auprès de vos grands parents, des anciens.

    Bonne journée.

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      C’est trop long…comme post..doyen avouhan

      Soit concret…et ce qui nous interesse…est ce que apres tout…le papayou (le zob)..se lève encore…

      Pour faire court…est ce que peut encore niquer nos femelles

      • Avatar commentaire
        Avouhan 2 mois

        @aziz,

        Décidément vous n’avez une fois encore pas tout lu, c’est dommage. Concernant vos inquiétudes sur le papayou je vous ai expliqué le point de vue des deux écoles chez les urologues.

        1) Il y a ceux qui sont pour la chirurgie, ses conséquences et les remèdes ou solutions compensatrices.

        2) Puis il y a l’autre école qui elle a opté pour la méthode douce sans intervention chirurgicale.

        Le problème de la chirurgie ce sont les coupes opérées dans les nerfs érecteurs et qui entraînent une baisse de l’érection (une érection molle) voire une perte de libido chez certains sujets. Malheureusement la vie est parfois à ce prix.

        Pour ce qui me concerne je pense que les deux écoles se valent tout dépend de l’état d’évolution de la maladie, merci.

        Bonne journée

        • Avatar commentaire
          aziz 2 mois

          Doyen..!!!

          Que dieu nous épargne de cette maladie donc..

          Ne plus honorer nos femmelles…c’est la mort en meme temps..hihihih kikikiki

        • Avatar commentaire
          aziz 2 mois

          sans libido…je préfère mourir..

          Et puis on en parles plus

  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    Talon…est donc cuit…

  • Avatar commentaire
    Madampol 2 mois

    Lnt contribue à cette confusion. Je ne nie pas que ce monsieur et son centre soulagent certaines pathologies liées à la prostate.
    Mais cet article ne prend aucun recul et fait juste de la publicité auprès des pauvres désespérés