Financement de Kadhafi : un proche de Nicolas Sarkozy arrêté à Londres

Financement de Kadhafi : un proche de Nicolas Sarkozy arrêté à Londres

L'enquête sur le lien Sarkozy-Kadhafi suit son cour. Dans le cadre de l'enquête sur le supposé financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par le colonel Kadhafi, la justice vient d'arrêter Alexandre Djouhri.

France : Benalla compare Macron à un lapin de 6 semaines

Placé en garde à vue à Londres, l’homme d’affaires de 58 ans, est soupçonné d’avoir joué un rôle important dans cette histoire, en servant notamment d’intermédiaire entre les deux partis. Celui-ci serait également soupçonné d’avoir reçu des fonds de la part de la Libye en vendant l’une de ses villas, cinq fois son prix d’achat, soit pour 10 millions d’euros. C’est d’ailleurs précisément sur ce point que les magistrats Serge Tournaire et Aude Buresi, chargés d’enquêter sur cette affaire, souhaitent entendre Djouhri.

Plus troublant encore, Djouhri est en lien direct avec l’affaire Claude Géant. En effet, l’ancien secrétaire général de l’Élysée reçoit en 2008 un virement de près de 500,000 euros, venant tout droit de Malaisie. Face au questionnement de la justice, celui-ci déclare alors qu’il a en fait vendu deux tableaux de peintres flamands. Personne n’est dupe et l’enquête permet finalement de démontrer que Claude Géant a reçu de l’argent venue tout droit du milliardaire saoudien Khaled Bugshan, qualifié à l’occasion de « coffre-fort » de « l’organisation » de M. Djouhri, organisation qui aurait ainsi géré des financements occultes. C’est d’ailleurs suite à cette mise en examen de Claude Géant qu’Alexandra Djouhri décida de quitter la France.

Autre lien étrange aux yeux de la justice, la relation entre Djouhri et Bechir Saleh haut fonctionnaire et diplomate libyen. En effet, à l’époque ou la guerre fait rage en Libye, Djouhri, via ses relations, réussi à faire exfiltrer Saleh en France tout d’abord, ou le diplomate vivra dans le luxe, avant de l’envoyer au Niger et en Afrique du Sud. La justice aimerait bien comprendre pourquoi, c’était justement lui, qui a été chargé de s’occuper de cette affaire. Selon certaines personnes, Djouhri devait en fait protéger et écarter Bechir Saleh, détenteur d’une partie des troubles secrets franco-libyens. Beaucoup de questions donc, qui n’attendent que de trouver réponse.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire

    Si le procès dur,la vérité commence par jaillir.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 11 mois

    SARKOZY
    BARRACK OBAMA
    DAVID CAMERON ET LA CORROMPUE HILLARY CLINTON LA CROOKED VONT PAYER LEUR FORFAITURE TOT OU TARD .
    AZIZ , LA VIANDE DE CO.CHON DEVIENT UN OBJET DE PERTE DE MEMOIRE POUR TOI ?
    QUE VIENT CHERCHER LE NOM DE TONY BLAIR DANS CETTE TENEBREUSE AFFAIRE ?

  • Avatar commentaire

    L’ame et l’esprit…de khadafi…vont poursuivre…pour très longtemps…le nain..sarko et bhl….et ses complices tony blair…et les améri”chiens”..n’est ce pas