Immigration aux USA : nouveau camouflet pour Donald Trump et ses opposants

Immigration aux USA : nouveau camouflet pour Donald Trump et ses opposants

Le président Trump a décidé de tout faire afin qu'une loi sur l'immigration, en total désaccord avec sa politique, ne soit pas validée par les sénateurs.

Après l’attentat de New York, Donald Trump veut encore durcir l’immigration

Nouvelle défaite politique pour Donald Trump. En effet, dans la journée de jeudi, le sénat américain a tout simplement voté contre un projet de loi sur l’immigration, directement soutenu par Donald Trump par 39 voix pour seulement. Cependant, le même sénat a rejeté un texte rédigé par les opposants au président américain, visant à naturaliser les « dreamers », personnes étant arrivées sur le sol américain de manière illégale alors qu’ils étaient encore enfant. Un texte qui fait peur à l’administration Trump

Ainsi, après trois jours de négociations et une mise au point du président Trump, qui a ainsi qualifié l’une des motions de ce texte de catastrophe totale, les sénateurs n’ont pas réussi à s’entendre. Résultat, les voilà revenus à la case départ puisque le projet n’a reçu que quelque 54 votes pour, alors qu’il en fallait 60 afin que celui-ci soit adopté. Ils ont précisément jusqu’aux 5 mars afin de trouver une solution. En effet, ces « Dreamers » ne sont protégés que jusqu’au début du mois prochain par la loi américaine, suite à quoi ceux-ci pourraient être sommés de quitter le pays.

Une politique de la terre brûlée

Ambitieuse, cette loi vise ainsi à naturaliser quelques 1,8 millions de jeunes arrivés de manière illégale sur le sol américain. Cette loi proposait également d’allouer 25 milliards de dollars supplémentaires afin de renforcer la sécurité au niveau de la frontière américano-mexicaine. Or, ce texte ne mettait pas fin au système tant détesté du président américain, de regroupement familial élargi. Le système de loterie pour la carte verte serait lui aussi conservé, chose impossible pour le président qui n’a qu’une seule envie, s’en débarrasser. D’ailleurs, le ministre de la Sécurité Intérieur a récemment déclaré que voter pour cette loi reviendrait clairement à voter contre les forces policières américaines et pour une ouverture des frontières américaines. 

Une proposition bien loin des standards de la politique menée par Trump et son administration, qui ont même assuré qu’ils n’hésiteraient pas à poser le veto présidentiel si cette loi passait la chambre des représentants. Qualifié de « texte imprudent » et de « danger pour la sécurité aux frontières », ce texte fait donc peur à l’exécutif qui tente le tout pour le tout afin de ne pas le faire passer.

Commentaires

Commentaires du site 0