Propriétaires terriens de Glo-Djigbé : Talon verse progressivement dans le populisme

Propriétaires terriens de Glo-Djigbé : Talon verse progressivement dans le populisme

Confronté à une chute abyssale de sa côte de popularité, le président Talon sort son arsenal de propagande, fait de déplacements et de rencontres à la Marina.

Emeutes de Glo-Djigbé : Les tarifs au m2 qui ébranlent les propriétaires de parcelles

La toute dernière avec les propriétaires terriens de Glo-Djigbé, restera longtemps dans les mémoires. Tant dans le format que dans le contenu en effet, la rencontre a fait rappeler son prédécesseur dont il dit incarner pourtant la rupture dans sa gouvernance.

La fronde sociale et la contestation populaire amènent Patrice Talon à changer d’habitudes. Alors qu’il s’accoutumait à une présidence paisible et discrète, caractérisée par une quasi absence du terrain, une rareté sous les feux de la rampe et un silence suspect sur toutes ses actions, le chef de l’Etat a semblé changer de management politique depuis quelques jours. On a multiplié à tout vent ses sorties. Tantôt à Abomey pour rencontrer les dignitaires et les têtes couronnées du plateau d’Abomey, tantôt chez les prélats de la conférence épiscopale du Bénin ou à Akpakpa Dodomè sur les sites du projet de protection de la côte à l’ouest de Cotonou… Ici, il a pris un bain de foule pour jauger sa côte de popularité.

Hormis les sorties, le chef de l’Etat aussi reçoit beaucoup à la Marina. On l’a ainsi vu à l’œuvre devant les syndicalistes du port, de la santé, les Secrétaires généraux des centrales syndicales, des imams de la conférence islamique du Bénin, et enfin devant les populations venues de Glo-Djigbé. Cette dernière rencontre a tout l’air d’une propagande. Sur l’opportunité d’abord, la rencontre intervient quelques jours après la fronde des populations qui protestaient contre les frais de dédommagement dérisoires imposés à eux par le gouvernement. On se rappelle bien que cette fronde avait été réprimée violemment par la police républicaine. Si l’objectif est d’expliquer le bien fondé de son projet, le chef de l’Etat aurait convoqué cette rencontre plus tôt, bien avant le démarrage des opérations de dédommagement. Certes, bien qu’il ait affirmé à la fin que c’est pour remercier les gens, cette rencontre a donné du président de la république l’impression de quelqu’un qui joue au ‘’président après la mort’’. Car, au moment où la rencontre se tenait, l’accalmie était déjà revenue à Glo-Djigbé où beaucoup de gens avaient commencé à prendre des ristournes dérisoires.

Propagande de service…

Le président Patrice Talon a plutôt donné dans la propagande, toute chose qu’il avait refusé au début de son quinquennat. Le déroulé de la rencontre tout autant que le contenu du message, prouvent d’ailleurs à suffisance que le chef de l’Etat a désormais opté pour le populisme. Le premier indice est le recours fréquent au Fon -langue majoritaire du sud Bénin-, dans son speech. Si cette nouveauté permet de donner un plus grand écho à ce message, elle porte néanmoins une faiblesse. Celle de montrer un chef d’Etat qui, dans un souci de remonter sa côte de popularité, viole une vieille pratique républicaine. En effet, depuis plusieurs décennies, aucun président ne s’est hasardé à converser dans une langue vernaculaire lorsqu’il est dans la posture du président de la république incarnant l’unité nationale.

Le second indice c’est bien l’excès de ‘’coq à l’âne’’, noté dans le discours présidentiel. Au lieu de parler uniquement de l’aéroport de Glo Djigbé, on a entendu Talon basculer pour parler de l’opportunité du Ravip, ou encore de sa fortune. Il s’est aussi donné l’occasion de répondre à deux détracteurs que sont Candide Azannaï et Boni Yayi. Ce faisant, le chef de l’Etat tombe dans les mêmes travers, les mêmes erreurs que Boni Yayi, qui convoquait fréquemment à la Marina des corps constitués de la nation et en profitait pour régler des comptes politiques. Le troisième indice est l’hyper médiatisation des sorties de Talon. L’Ortb comme au temps de Yayi, diffuse plusieurs fois l’intégralité de ces rencontres. Face aux réalités du pouvoir, Talon change et abandonne ses principes de départ. Les concours frauduleux qu’on a vus sous Yayi reviennent, ainsi que le culte de la personnalité. La rupture dans son ensemble se mue en changement. Mais au fond, quoi de plus normal vu qu’on se doutait bien que ces deux concept sont des enfants d’une même mère.

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
  • Avatar commentaire
    Agbodji Marc Il y a 7 mois

    Belle analyse mon red chef. Tu es un confère averti de la chose politique

  • Avatar commentaire

    Mes chers que voulez vous ????? qu’il ne change jamais????? Béninois ne sais pas ce qu’il veut. Toujours une chose et son contraire. Vous avez dit qu’il ne parle pas! le gars communique et maintenant il copie YAYI BONI;

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 7 mois

      Moi je ne suis pas du tout contre qu’il rencontre et qu’il s’exprime.

      S’il ne le fait pas on ne comprendra pas ce qu’il fait et qui il est.

      Mais ces dernières sorties médiatiques nous montrent ce que tout le monde pense de lui. Il n’est pas préparé pour ce poste.

      Il pense que diriger un pays c’est faire les petits arrangements et les petites combines que il en a l’habitude à la tête de ses entreprises.

      Ici, il y a d’abord la loi à respecter, les populations à servir et surtout les plus pauvres et les plus démunis.

      Alors que Patrice TALON au regard de ce qu’on observe, il est venu pour ne rien respecter des lois de la République, et se moque par ses actes des plus pauvres et des plus démunis.

    • Avatar commentaire

      Je ne sais plus ce qui plait au béninois. Qu’est ce qu’on veut encore. Vraiment je commence par comprendre que c’est purement et simplement de la jalousie.

  • Avatar commentaire

    Bonjour. C’est le terrain qui commande. Les crispations sont multiples, il n’avait plus de choix. Il faut qu’il parle, qu’il communique.

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 7 mois

    TALON est un grand menteur. Il n’a même pas honte de demander à ses pauvres propriétaires terriens de faire des sacrifices en donnant quasi-gratuitement leurs terrains pour construire l’aéroport et au même moment, TALON et sa bande se gavent de salaires insolents, se partagent des marchés de gré à gré et appauvrissent la population.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 7 mois

      Cathie 😘😘😘
      J’espère que Claude et Sylvain vont te lire et apprécier ; ” traiter talon de menteur ” est même un mot bien faible .
      Et puis s’est-on demandé, pourquoi les autres régimes ont hésité dans le projet de construction de l’aéroport de glo-djigbe, alors même que le financement était là ?
      Yayi boni a construit des échangeurs ici à cotonou sans déguerpir les baraques de nos mamans 
      En France , le gouvernement vient de reculer pour un projet de construction d’un aéroport dans les forêts des landes , dans une ville dont l’ancien maire fut 1er ministre , et il existe des aéroports qui sont en pure perte en exploitation parlant de traffic .
      Ce régime met la charrue avant les bœufs, se sont-ils demandes d’abord le mégawatt embouteillage sur la voie qui aura , et ne devrait-il pas construire les voies du grand nokoue, ou faire ensemble les deux projets ? 

    • Avatar commentaire

      C’est dangereux ce qui sort de votre bouche. On insulte un président comme si si son petit frère. Vraiment je pleurs à votre place. Quelle éducation nous donnons à nos jeunes frères et nos enfants. Vraiment revoyons nos copies.

  • Avatar commentaire

    Très bien dit. Qui va tromper qui ? Le pouvoir change, il en est l’exemple palpable.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Excellent décryptage,  ” qui veut tromper qui dans ce pays ” ? En tous cas pas talon , que le peuple beninois va encore faire détaler dans une malle arrière 

    • Avatar commentaire
      Arnaud. Il y a 7 mois

      Je remarque que la bonne éducation et la coutoisie n’ont plus leur place dans le pays. C’est triste!!!