Bénin : interview de Romuald Hazoumè, président de la Fédération béninoise de cyclisme

Bénin : interview de Romuald Hazoumè, président de la Fédération béninoise de cyclisme

Elu le 27 mai 2017 à la tête de la Fédération béninoise de cyclisme (Fébécy), Romuald Hazoumè s’est engagé dans le développement et le rayonnement du cyclisme au Bénin.

« Coupe nationale du mot » : L’artiste Sêminvo en parle

Pour atteindre ses objectifs, il a lancé de vastes réformes dans la gestion de l’administration, des finances et de l’image de la Fébécy. Après dix mois de gestion, Romuald Hazoumè fait un bilan, expose les grandes lignes du programme d’activités de l’année et parle de l’organisation du Tour cycliste international du Bénin.

Monsieur le président, de façon brève quel est le programme d’activités de Fédération béninoise de cyclisme au cours de cette saison 2017-2018 ?

Pour cette année, nous organiserons déjà le 18 mars prochain une course statutaire de la Fédération à Banikoara. Elle concernera les vélos ordinaires mais également les vélos de route pour Elite. En mai, nous tiendrons le Tour du Bénin, plus précisément du 6 au 13 du mois. Mais entre ces deux activités, nos coureurs prendront part au Tour cycliste international du Togo du 7 au 15 avril, et au Tour cycliste international du Sénégal du 22 au 29 avril.

Quelles sont les innovations du Tour du Bénin ?

Comme je le disais, la Fédération organisera le Tour du Bénin du 6 au 13 mai au Bénin, avec Sporpub International. Plusieurs pays sont invités et attendus. Il s’agit du Togo, du Cameroun, de la Rdc Congo, du Sénégal, du Burkina-Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Mali, de la Hollande, de la France et du Bénin, qui va aligner deux équipes. La plus grande innovation est que le Tour partira de Tanguiéta pour arriver à Cotonou, en passant par Porto-Novo et Lokossa en six étapes.

Quelle est votre vision pour le cyclisme béninois ?

Travailler à ce que chaque activité, chaque action puissent conduire au développement du vélo dans tout le Bénin, afin de faire respecter notre nation dans ce domaine sportif. Et l’apport de la Sobébra représente un grand soulagement. C’est pour permettre que le travail se fasse bien. C’est surtout une occasion que nous devons saisir pour avancer et atteindre nos objectifs. Le nouveau train est en route et n’attendra pas ceux qui veulent l’arrêter avec les vieilles pratiques. Si les coureurs sont bons, nous irons les chercher où qu’ils soient sur le territoire national, et ils seront dans le train pour qu’on gagne.

La Fédération Béninoise de Cyclisme a signé, le jeudi 8 février 2018 à Cotonou, une convention de trois ans avec la Sobebra pour accompagner les équipes béninoises de cyclisme. Peut-on avoir une idée du cahier de charges des deux parties ?

Effectivement, nous avons signé une convention avec la Société béninoise des brasseries (Sobebra), pour l’accompagnement de la Fédération. Et cela a déjà commencé comme je l’ai dit un peu plus haut. Il est évident que la clause de confidentialité de ce contrat ne nous permet pas d’en dévoiler entièrement le contenu comme vous le souhaitez. Ce qu’il faut retenir, c’est que désormais en plus du soutien du gouvernement, nous avons un sponsor officiel qu’est la Société béninoise des brasseries (Sobebra), et nous portons «La BENINOISE» sur notre maillot, nos vélos et autres supports de communication.

Bientôt un an que vous être à la tête de cette fédération. Que peut-on retenir de votre gestion ?

Nous travaillons à la restauration de l’image de notre cyclisme au niveau de la sous-région, de la confédération africaine et enfin de l’Union Cycliste Internationale (UCI). Tout ceci en s’assurant sur le plan national, du soutien du gouvernement et de notre partenaire officiel : la Société béninoise des brasseries (Sobebra). Enfin, en instaurant une gestion claire des ressources matérielles, humaines et financières, et en adoptant une posture qui donne envie de soutenir le cyclisme.

Avec vous, le Bénin cycliste a retrouvé les compétitions. Les lecteurs veulent bien avoir le point des performances des Écureuils cyclistes.

Je rassure vos lecteurs. Nous ne sommes plus les derniers. J’en veux pour preuve notre récente participation aux championnats continentaux africains au Rwanda, grâce notamment au soutien de la Société béninoise des brasseries (Sobebra). A cette rencontre, nous nous sommes classés 15 sur 17 en contre la montre par équipe, sur un terrain vallonné. Et pour la course en ligne, sur 163 coureurs, les 6 Béninois sont restés groupés de la 66eme à la 71ème place. Pour moi, c’est une satisfaction, surtout en regardant le circuit de la course.

Réalisation : Arthur Sélo

Commentaires

Commentaires du site 0