USA : la présence chinoise en Afrique dérange l’administration Trump

USA : la présence chinoise en Afrique dérange l’administration Trump

La trop forte présence chinoise sur le sol africain semble déranger le gouvernement Américain qui tente ainsi de trouver une parade.

Lutte contre la Françafrique: nouvelle mobilisation de Kemi Seba et ses partisans ce 19 août

La montée en puissance de la Chine semble gêner les États-Unis. Ainsi, après avoir décidé de mettre en place un système de taxation des importations d’acier et d’aluminium dans le but de freiner les ardeurs chinoises, les États-Unis semblent vouloir s’attaquer à la surreprésentation chinoise sur le continent africain.

C’est en tout cas ce qu’a laissé apparaître la dernière allocution de Rex Tillerson, le secrétaire d’État américain qui, quelques heures avant de prendre son envol pour le continent à l’occasion d’une visite de huit jours, a dressé un tableau plutôt sombre concernant la politique chinoise en Afrique.

Invitant à ne pas encourager la dépendance des États africains à la puissance rouge, celui-ci estime que, malgré les bienfaits en terme de construction et d’infrastructures, le surinvestissement chinois en Afrique a entraîné à une forte croissance de la dette et surtout à peu de création d’emplois. Il fait dire que par rapport à 2016, les échanges Chine-Afrique ont augmenté de 14% en 2017, environ 170 milliards de dollars.

Plus que la non-création d’emplois, c’est surtout la corruption, les contrats aux clauses difficiles à saisir, mais également l’utilisation à outrance des ressources naturelles de l’Afrique qui interpellent Tillerson. En effet, selon l’administration Trumpcette politique ne peut nullement assurer une croissance pérenne au continent. Mettant en avant l’approche américaine, qui prône “un partenariat avec les pays africains tout en promouvant l‘Etat de droit et le développement démocratique”. Il espère convaincre les dirigeants des pays qu’il est sur le point de visiter, à savoir : l‘Éthiopie, le Kenya, Djibouti, le Tchad et le Nigeria.

Afin de prouver ses bonnes intentions, Tillerson va d’ailleurs venir sur le continent africain, accompagné d’un chèque de 500 millions de dollars afin de soutenir l’aide humanitaire. Sur ces 500 millions, 184 seront reversés aux personnes touchées par le conflit au Soudan du Sud, tandis que 110 millions iront aux victimes de la famine en Somalie. 110 autres millions iront à l’Éthiopie, afin de régler, là aussi, le problème de la sous-alimentation tandis que 128 autres millions iront au Nigeria ainsi qu’aux pays de la région du lac Tchad afin de lutter contre la menace extrémiste.

Une manière également de montrer l’attachement américain à l’Afrique, après les propos prêtés au président américain, qui qualifiait à l’époque, les pays africains de « pays de merde ».

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Che Guevara Il y a 7 mois

    Meme pays de merde, on a besoin de nous pour acceder les ressources et ecouler les produits.

    • Avatar commentaire

      l afrique a ses enfants qui en peu de temps, peuvent faire ce qu il y a dans pays la. on a besoin de vous de nous mon frere. c est sincere ce je te dis

  • Avatar commentaire

    l afrique n a besoin ni de la chine ni des etats unis