Les européens sont unanimes: l’accord nucléaire signé avec l’Iran n’est pas parfait.Mais il n’est pas question de “le déchirer”.C’est en substance ce que l’on peut retenir de la réunion qui a eu lieu à Sofia. Ce qui se dessinait donc va donc avoir lieu. Un bras de fer entre les USA et leurs alliés européens.La récente décision du président américain Donald Trump concernant l’Iran n’a pas été prise après consultation des pays européens. Loin s’en faut. Unilatéralement, le président Trump a décidé de se retirer d’un accord pourtant signé par son prédécesseur, le président Barack Obama. Outre le retrait, il annonçait par la même occasion la décision de sanction de toutes les entreprises, y compris celles des pays alliés qui décideraient de commercer avec l’Iran.


Sonnée par la décision, l’Europe veut tenir tête

Comme un coup de massue, la décision américaine a laissé les européens sans voix dans un premier temps avant les premières salves lancées par les français dont le président Emmanuel Macron et le ministre Bruno Le Maire. Puis ce fut le tour de la chancelière allemande Angela Merkel. A sofia, le président du conseil européen, Donald Tusk s’est laissé allé à des commentaires sans équivoques

« Lorsqu’on regarde les dernières décisions du président [américain], on pourrait même se dire qu’avec de tels amis, pas besoin d’ennemis. Mais honnêtement, l’Europe devrait être reconnaissante envers le président Trump car, grâce à lui, toutes nos illusions ont disparu. » a déclaré M. Tusk

Le bras de fer aura-t-il vraiment lieu? Ou s’agit-il juste d’un effet d’annonce?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire