Tensions avec la Corée du sud : Pyongyang a de nouvelles exigences

Tensions avec la Corée du sud : Pyongyang a de nouvelles exigences

Dans la péninsule coréenne, la tension semble remonter après des semaines d'accalmie et de belles promesses. Et pour cause, des déclarations américaines et une manœuvre militaire prévue de longue date ont empoisonné la situation.

Washington à Kim Jong-Un : «Nous ne sommes pas à la recherche d’un changement de régime»

Alors que l’on croyait la situation définitivement apaisée, les relations entre la Corée du Nord et la Corée du sud semblent à nouveau compromises. Deux événements majeurs ont contribué à jeter le trouble sur la relation pourtant apaisée entre Pyongyang d’une part, Séoul et Washington d’autre part. La récente allusion d’un conseiller du président Donald Trump au sort de Kadhafi a immédiatement crispé le leader nord-coréen.

Kadhafi, les manoeuvres militaires…

En affirmant que le président nord-coréen devait suivre le chemin emprunté par Kadhafi, un des proches de Donald Trump ne savait pas qu’il jouait sur un terrain glissant. L’ancien leader libyen avait en effet renoncé quelques années auparavant à l’arme nucléaire. Il fut tué après des frappes de la coalition menée par les USA et la France. Kim Jong-Un a immédiatement affirmé que s’il était prêt à renoncer à développer de nouvelles armes, il n’abandonnerait absolument pas son arsenal durement acquis.

Après l’annonce des manœuvres militaires conjointes entre les USA et la Corée du Sud, Pyongyang avait immédiatement annulé une nouvelle rencontre prévue avec la Corée du sud, et avait même menacé d’annuler celle prévue avec Donald Trump.

et les 12 servantes…

Outre ces deux affaires, la Corée du Nord a réveillé une vieille affaire qui avait opposé les deux voisins : en 2016, 12 serveuses nord-coréennes avaient fait défection selon la Corée du sud; la Corée du nord avait elle parlé d’enlèvement de ses ressortissantes.

Dans un récent documentaire d’une chaîne sud-coréenne, l’ancien employeur chinois des 12 serveuses a affirmé que les jeunes femmes avaient été enlevées par les sud-coréens. Une déclaration qui a une fois encore provoqué la colère de Pyongyang qui exige désormais le retour des 12 femmes.

«Les autorités sud-coréennes devraient renvoyer sans délai nos citoyennes auprès de leurs familles et montrer ainsi leur volonté d’améliorer les relations Nord-Sud» ont déclaré les autorités du pays dans un communiqué de l’agence officielle.

Nouveau signe qui montre clairement que la Corée du nord monte les enchères.

Commentaires

Commentaires du site 0