Tour de France: le sacre de Geraint Thomas

Tour de France: le sacre de Geraint ThomasCrédit : Jeff PACHOUD / AFP

Ca y est, les lampions se sont éteint sur la 105ème édition, du Tour de France avec la victoire finale au temps du Gallois Geraint Thomas de l'équipe Sky.

Chan 2018 : Le Maroc affronte le Bénin en amical

Cette édition 2018, fut assez intense. Entre la maîtrise collective de l’équipe Sky, le naufrage de certains leaders, qui avaient été annoncés comme candidat à la victoire finale, l’ascension de col mythique, qui ont écrit la légende du tour, tel que le col de l’Alpe d’Huez, le col du Tourmalet, ce tour aura été un cocktail de spectacle. Les révélations, Egan Bernal de la Sky, Fernando Gaviria, de l’équipe Quickstep Floors, Soren Kragh Andersen du team Sunweb, les chutes spectaculaires, et la bravoure de plusieurs coureurs, auront marqué ces trois semaines de courses.

Le Tour de France, est un savant mélange entre la performance sportive, le dépassement de soi et la confiance en soi.

L’empereur Chris Froome a perdu sa couronne

Sa participation au Tour de France 2018 a longtemps été remis en cause, car il était visé par une procédure de l’Union cycliste Internationale (UCI) pour suspicion de dopage. En effet, lors de sa victoire finale sur le Tour d’Espagne 2017 il a été découvert un taux anormal de salbutamol dans son organisme.

Le salbutamol, est un produit utilisé pour traiter l’asthme, et il se trouve, que Froome est un asthmatique. De plus, le salbutamol, fait partie de la liste des produits dopants intaurer par l’Agence Mondiale Antidopage. Mais les coureurs, peuvent l’utiliser à usage thérapeutique sous l’avis d’un spécialiste.

Vainqueur, l’année passée du maillot jaune, le leader de l’équipe Sky, n’était pas sûr, de pouvoir défendre sa place cette année. Mais, 05 jours avant le grand départ, l’UCI a blanchi totalement le Britannique, qui a pu se présenter sur la ligne de départ. La première, et le début de deuxième semaine ont été relativement faciles à passer pour lui.

C’est en fin de deuxième semaine, et en troisième semaine, que Froome, à craquer physiquement, notamment sur les étapes les plus dures de ce tour, dans les Alpes et les Pyrénées. Sa défaillance, a contrasté avec la nouvelle dimension prise par son coéquipier, Geraint Thomas, qui a été impérial sur ce tour.

l’équipier modèle devenu leader

Geraint Thomas, ne nous avait pas habitués à briller sur des courses aussi prestigieuses que le Tour de France, qui se déroule sur trois semaines. Certes, le garçon avait montré de belle qualité sur les courses d’une semaine où il s’imposait. Geraint Thomas, c’est avant tout un équipier modèle, qui a toujours fait passer les intérêts de l’équipe avant les siens. Il a été pendant 04 ans le fidèle lieutenant de Chris Froome lorsque celui-ci a remporté 04 fois le Tour de France entre 2013 et 2017.

Personne, n’aurait donc pu imaginer que ce serait lui, qui allait être sur la plus haute marche du podium sur les champs Élysées à Paris. Mais il faut dire que le coureur Gallois, mérite sa victoire, car il a été d’une régularité et d’une efficacité impressionnantes. Disposant de la meilleure équipe sur ce tour, il a su éviter les pièges et saisir les opportunités.

Alors que Froome, a pioché dans le sprint final, Geraint Thomas a pris ses responsabilités, pour distancer ses principaux concurrents et gagner deux victoires de prestige dans les Alpes et les Pyrénées. Devant une adversité amorphe, et résignée devant la supériorité de l’équipe Sky, Thomas a ensuite géré sa course pour rallier Paris avec le maillot de jaune de vainqueur.

Les africains du Tour

Le continent Africain était représenté sur ce Tour. D’abord, avec la présence de la seule équipe africaine présente sur le circuit international. Le team Dimension Data qui bat pavillon Sud-africain. La majorité des coureurs, présents dans l’équipe, étaient des Européens, avec notamment l’un des meilleurs sprinter du monde, et recordman de victoires sur le Tour, Mark Cavendish.

Mais, il y a eu cependant un coureur sud-africain, Reinardt Janse van Rensburg. L’Éthiopien, Tsgabu Grmay de l’équipe américaine Trek Segafredo, représentait aussi le continent. il a été contraint d’abandonner, suite à des douleurs au ventre, au cours de la deuxième étape. Il promet cependant, de revenir plus fort l’année prochaine. Preuve en est, que les talents ne sont pas uniquement dans le football en Afrique.

Les héros de l’ombre

Au cours de ces trois semaines de courses, au-delà, des résultats sportifs, il y a des coureurs qui se sont distingués par leur courage, leur bravoure, leur volonté de terminer chaque course alors qu’ils étaient meurtris dans leurs chairs. Comme Lawson Craddock le coureur américain de l’équipe Education First , qui après avoir sévèrement chuté lors de la première étape, s’est fracturé l’épaule. Refusant d’abandonner, il a couru toutes les étapes en souffrance, terminant ce tour à la dernière place. Mais l’essentiel n’était pas là. Il a démontré l’importance du combat malgré la douleur.

Que dire de Philippe Gilbert, le coureur belge de l’équipe Quickstep Floors, qui après être passé par-dessus une balustrade dans une descente dangereuse, réussit à terminer l’étape, malgré un genou fracturé.

Cela nous montre de quel courage, et de quelle volonté, sont animés ces coureurs. Le Tour de France est plus qu’une course pour eux, c’est une aventure merveilleuse, le Graal ultime. Rendez-vous donc a été pris en 2019 pour la 106ème édition.

Commentaires

Commentaires du site 0