France : battue par son compagnon, une femme est expulsée à cause de ses cris

France : battue par son compagnon, une femme est expulsée à cause de ses crisElodie, 37 ans, LP/V.M.

En France, une mère de famille a, durant de nombreuses années, été victime de la violence de son mari. Un épisode douloureux accentué par la décision de justice de lui faire quitter son logement. La raison ? Ses cris à répétition ont énervé les voisins.

France : « Non, je ne suis pas ton copain », Macron recadre un adolescent

Victime de violences conjugales, Élodie, une mère de famille, a été priée par son bailleur et la justice de quitter son domicile. La raison ? Ses cris de désespoir. En effet, les voisins, exaspérés, ont fait part de leur énervement au bailleur social de l’immeuble, le groupe 3 F. Très vite, la machine se met en route et la justice validera la demande d’expulsion, assurant que les plaintes déposées par Élodie au sujet des violences conjugales dont elle est la victime, ne faisaient que corroborer les « troubles », décrits par les voisins.

Plusieurs plaintes déposées

Ne comprenant pas cette décision, Élodie, 37 ans, assure que jamais ses voisins ne sont venus lui proposer leur aide. Mère de deux enfants, la jeune femme va donc devoir quitter le trois-pièces dans lequel la famille logeait. Une situation qui a commencé à dégénérer dès 2016, lorsque tout le monde s’installe dans cet immeuble de La Garenne-Colombes. En effet, à cette époque, Élodie souffre d’une atrophie de la main après avoir contracté une fracture du poignet. Ne pouvant plus travailler dans son domaine, la restauration, elle subit les remarques désobligeantes de son époux qui l’insulte et la rabaisse continuellement, lui confisquant également son téléphone.

La justice donne raison au groupe 3 F

Acculée, elle décide de porter plainte après qu’un soir, ce dernier soit rentré et l’ait insulté puis frappé au niveau du visage. Appelant à l’aide, elle se retrouve finalement seule à devoir subir une situation qu’elle n’a jamais souhaité. Un mois plus tard, elle décidera là encore de porter-plainte après un nouvel épisode entaché de violences, son compagnon sera d’ailleurs placé en garde à vue et partira finalement du logement conjugal. Une nouvelle situation qui aurait pu changer la donne au niveau judiciaire, sauf que le bailleur n’a pas souhaité prendre de risques.

Résultat, le couple est convoqué devant le tribunal, le groupe 3 F demandant la résignation pure et simple du bail. Le jugement donnera tort à Élodie, qui est de fait, obligée de quitter les lieux. Un appel a été déposé par l’avocat de la jeune femme, qui ne revient toujours pas du manque d’humanité dont a fait preuve le tribunal. Le bailleur lui, a tout de même assuré ne pas vouloir lâcher Élodie dans la nature et travaille aujourd’hui à une solution de relogement.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire

    tundé,agadjavi,toffa,franck,seigni,yawa,sauvy monwé…sont tous des ********** des femmes…

    elles demandent..la dépense quotidienne…la scolarité des enfants…c’est un prétexte…ils **********..et celà ne fait pas la une des journaux…

    C’est curieux..!!!….

    • Avatar commentaire
      HOUNHOUI Il y a 1 mois

      Aziz tu es à la base de tout cela. C’est bien toi qui fourni la drogue à son mari violent. En plus tu es toujours en train de sodomi_ser son ari. Arrête et vas vers tes vaches.

  • Avatar commentaire
    Tchite' Il y a 1 mois

    Violences conjugales:
    https://m6info.yahoo.com/la-mort-dune-femme-film%C3%A9e-175900417.html