Bataille d’Idleb en Syrie : Donald Trump avertit Bachar, la Russie et l’Iran

Bataille d’Idleb en Syrie : Donald Trump avertit Bachar, la Russie et l’Iran

S'appuyant sur une récente mise en garde de l'ONU, le président américain Donald Trump a invité la Syrie, la Russie et l'Iran à la retenue concernant une possible attaque sur Idleb, la dernière province syrienne contrôlée par les rebelles.

Expulsion d’une immigrée : la colère d’un juge contre l’administration Trump

Dernière région du nord-ouest syrien contrôlée par les rebellesIdleb serait dans le viseur de la coalition menée par le régime de Bachar, la Russie et l’Iran. Une situation qui ne ravit guère le président américain Donald Trump qui a utilisé Twitter afin de mettre en garde ses opposants. Selon lui, le régime al-Assad ne doit surtout pas attaquer cette province, au risque de provoquer une véritable catastrophe humanitaire.

Ce dernier a profité de sa petite tribune afin de mettre en garde les Russes et les Iraniens, les invitants à ne pas prendre part à cette « potentielle tragédie humaine ».

La Turquie se prépare elle aussi

Cette mise en garde intervient suite à une étude menée par les Nations unies et certaines ONG présentes sur le sol syrien, et qui assure qu’une attaque pourrait rapidement être menée contre la région d’Idleb. Problème, les conséquences de cette offensive pourraient avoir une ampleur absolument catastrophique sur les populations civiles. C’est d’ailleurs à ce titre que le président Trump a appelé à éviter la mort de centaines de milliers de personnes.

Il semblerait cependant que ces mises en garde n’aient pas trouvé leur écho. En effet, le régime al-Assad semble se préparer à une attaque imminente en amassant de nombreux renforts aux abords de la région frontalière avec la Turquie. Un second problème de taille puisque, afin d’éviter un nouvel afflux incontrôlé et incontrôlable de migrants en son sol, Ankara a décidé de se préparer en déployant elle aussi son armée. Depuis 2011, le conflit syrien a fait des millions de déplacés et de réfugiés,  provoquant également, la mort de 350,000 personnes.

Commentaires

Commentaires du site 0