USA : Donald Trump s’en prend à celle qui accuse son candidat à la Cour suprême

USA : Donald Trump s’en prend à celle qui accuse son candidat à la Cour suprêmePhoto : Nicholas Kamm / AFP/Getty Images

Via Twitter, son canal de communication favori, le président américain Donald Trump a tenu à défendre son choix de nommer le juge Kavanaugh afin d'intégrer la Cour suprême. Un "homme formidable", selon ses dires.

G20 : quand Donald Trump plante le président argentin

Vendredi matin, le président américain Donald Trump a tenu à défendre son choix de nommer le juge Brett Kavanaugh à la Cour Suprême en s’en prenant directement à Christine Blasey Ford, son accusatrice. En effet, depuis quelques jours, Kavanaugh est au cœur d’un scandale lié à une affaire d’agression sexuelle remontant à ses années lycées, en 1982. 

Il est notamment accusé d’avoir tenté alors qu’il était alcoolisé, de profiter d’une jeune femme, et ce, sans son consentement. Dans les faits, il l’aurait plaquée sur un lit, tentant de la déshabiller, le tout avec sa main sur la bouche de la jeune femme afin que ses cris n’alertent personne. Une soirée cauchemar pour celle qui est aujourd’hui professeur de psychologie à l’université et qui est, semble-t-il, restée dans sa mémoire.

Trump, offensif sur Twitter

Malheureusement pour elle, Donald Trump ne semble pas du tout la croire. Ainsi, c’est via Twitter que le chef de l’État a tenu à remettre en doute les déclarations de Christine Ford, assurant que si l’agression eut été aussi grave qu’elle l’a raconté, une plainte aurait été déposée quelques jours après cette tentative d’agression, soit par elle, soit par ses parents.

Via un second tweet, ce dernier s’est ensuite demandé pourquoi le FBI allait intervenir maintenant et non, il y a 36 ans, lorsque cette affaire a supposément eu lieu. Quelques heures auparavant, Trump a souhaité défendre le juge Kavanaugh qu’il a qualifié d’homme bien, attaqué par l’extrême gauche américaine.

Christine Ford, entendue prochainement par le Sénat

Une série d’attaques dont Trump est finalement coutumier. Problème, le sujet même de ces attaques – à savoir, l’agression sexuelle – est délicat pour le président américain, lui-même visé par plusieurs plaintes pour agression sexuelle. 

Retardé par son entourage qui estimait qu’il n’était pas bon d’attaquer une femme sur ce sujet lorsque vous-même vous êtes empêtré dans ce type d’affaire, le président Trump a finalement « craqué ». 

Christine Ford, elle, se rendra lundi au Sénat américain afin d’être entendue sur ses déclarations. En fonction de ce qu’elle dira, le vote concernant la validation ou non de la candidature du juge Kavanaugh pourrait ainsi être repoussé au mois de novembre, soit après les élections de mi-mandat, élections auxquelles sont donnés vainqueurs les démocrates.

Commentaires

Commentaires du site 0