Michaëlle Jean aura bataillé jusqu’au bout pour tenter d’assurer sa réélection à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie . Sa tactique : amener les Etats membres à se rendre compte qu’elle incarnait mieux les valeurs de l’Oif que le pays de provenance de sa concurrente. Dans le discours qu’elle a prononcé à l’ouverture du 17 e sommet de la Francophonie hier jeudi 11 octobre,  Michaëlle  Jean a indirectement  appelé les pays membres de l’Oif à défendre les valeurs et les principes de la francophonie en ne votant pas pour une candidate issue d’un régime dit “répressif “. « L’histoire nous apprend que l’on ne sait pas apprendre de l’histoire » assène-t-elle d’entrée avant de poursuivre : « Disons-nous bien que l’immobilisme, l’atermoiement et les compromis sont déjà une forme de régression. Car une organisation qui ruse avec les valeurs et les principes est déjà une organisation moribonde ».

Les principes que semblent évoquer Michaëlle  Jean sont entre autres la démocratie et le respect des droits de l’homme. « Sommes-nous prêts à accepter que  la démocratie, les droits et les libertés soient réduits à de simples mots que l’on vide de leur sens au nom de la realpolitik, de petits arrangements entre Etats ou d’intérêts particuliers » lance t-elle à l’assistance . En effet, on reproche souvent au régime de Kagamé sa politique peu favorable au respect des droits de l’homme.

Michaëlle  Jean fait également   observer  que l’Oif s’est dotée de textes normatifs et de références exigeantes sur la démocratie et les droits de l’homme sous l’impulsion de ces  dirigeants qui (s’apprêtaient à voter pour la candidate du Rwanda).Une façon de les mettre devant leurs responsabilités. Malgré son discours offensif, les pays membres de la Francophonie ont désigné ce vendredi matin la Rwandaise Louise Mushikiwabo pour lui succéder à la tête de l’organisation. 

10 Commentaires

  1. Les acteurs de la francophonie sont des amateurs.Ce qui vient de se passer en Arménie est une apocalypse un point c’est tout 

  2. Les acteurs de la francophonie sont des amateurs.ce qui vient de se passer en Arménie,c’est une apocalypse un point c’est tout

  3. Question de génération : MACRON a une approche qui rompt avec les usages de “la politique africaine de la France” si chère aux vieux diplomates qu’on copiés leurs successeurs sans aucun génie.

  4. Question de génération : MACRON a une approche qui rompt avec les usages de “la politique africaine de la France” si chère aux vieux diplomates qu’on copiés leurs successeurs sans aucun génie.
    Pour une fois que la France prend une décision en fonction de ce que pense la majorité des gouvernements africains et que la France y trouve aussi son compte (se rapprocher du Rwanda). Quant au Canada, il a eu aussi sa part dans le “deal” : une place au Conseil de Sécurité de l’ONU à la prochaine élection et un blocage de la demande de l’Arabie Saoudite pour entrer à l’OIF.

  5. Aaaah ma chère Michaëlle Jean, dans la vie il y a des erreurs qui se paient cash. Vous savez de quoi je parle et je ne reviendrai pas là-dessus.
    Concernant les structures et l’organisation de l’OIF, la France apparaît comme un gros contributeur suivie par la Belgique et le Canada.
    Par ailleurs, la France a besoin de se redorer le blason auprès du Rwanda(une ancienne colonie Franco Belge).
    Le Canada, le pays d’adoption de Michaëlle Jean a soutenu son enfant d’adoption du bout des lèvres c’est à dire sans trop y croire.
    Dès lors l’échec de Michaëlle Jean ne m’étonne plus guère.

    Bonne journée

  6. Mme Michaëlle Jean est une combattante, et elle s’est battue jusqu’à la dernière minute. Malheureusement le pays qui alimente le coffre-fort de l’organisation est la France. Je ne pense pas que les états africains francophones apportent des contributions économiques à l’OIF. Donc la France a le dernier mot sur celui ou celle qui sera secrétaire de l’OIF. Les pays francophones africains ne jouissent rien au sujet de la francophonie, car la France tire tous les bénéfices en s’alliant avec les africains. Elle a tenu debout jusqu’au bout, et je la félicite pour sa détermination, ou son courage, car elle ne s’est laissée intimider par Emmanuel Macron et sa politique africaine à un moteur dit “alukuchèkè”.

  7. De quoi se plaint elle? C’est François Hollande qui l’avait imposé à Dakar en 2014. Elle est victime aujourd’hui des même petits arrangements pendant son élection. Qu’elle arrête de crier au loup!!

  8. @ SONAGNON

    Mon cher SONAGNON, „Macron ne fait pas grandir la France à travers ce choix“, vous dites? Même si vous et moi nous pouvons à première vue avoir une telle appréciation sur le fait, la réalité est tout à fait autre chose. Ceux qui ont en charge la grandeur et le rayonnement de la France dans le monde peuvent en juger mieux que nous: Ceci dit, vous n’êtes pas sans le savoir que la France a joué un rôle pas tout à fait catholique dans les évènements qui ont ensanglanté le Rwanda (du moins c’est que Kagamé et autres rwandais prétendent). Ceci a valu à la France et lui vaut toujours une condamnation de la part de l’opinion internationale. Que le Président francais aujourd’hui essaie d’attirer les bonnes grâces du Rwanda et Kagamé pour amorcer la normalité des relations avec les deux pays , s’inserre peut-être dans la politique et dans la diplomatie francaise au service des intérêts majeurs de la nation francaise. Je suis désolé pour cette malheureuse canadienne qui n’a pas pu rempiler à la tête de l’OIF comme elle se le souhaitait. Elle l’aurait voulu ainsi, car s’aurait été élégant qu’elle eut retiré sa candidature aprés que le Président francais, les chefs d’Etat africains et son pays le Canada, déclaraient publiquement, vouloir soutenir sa rivale. Personnellement je n’ai jamais fait grand cas de l’OIF, car c’est un machin, dont la France se sert pour réaliser ses intérêts dans le monde au détriment des autres membres de cette orgnisation.

  9. Je crois que Mme Michaëlle Jean ne fait que dire la vérité.

    Le choix de la rwandaise ne répond en rien aux idéaux de la francophonie, c’est un très mauvais signal pour la démocratie dans l’espace de la francophonie.

    Macron est passé complètement à côté de l’idéal démocratique dans l’espace francophone avec ce choix, surtout lorsqu’on sait que les populations africaines francophones représentent la plus grande force de l’espace linguistique. Ces populations qui vivent un déficit chronique de démocratie du fait des pouvoirs en place.

    Qu’est ce que la langue française peut offrir à nos pays sans les valeurs démocratiques qui fondent la société française depuis la déclarations universelle des droits de l’homme et des citoyens de 1789????

    Macron ne fait pas grandir la France à travers ce choix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom