Problèmes d’Emmanuel Macron : un historien accuse le quinquennat

Problèmes d’Emmanuel Macron : un historien accuse le quinquennat

En France, les présidents élus font souvent face à de nombreuses critiques. La faute selon Alain Garrigues, au système du quinquennat qui semble ne pas favoriser l'action du chef de l'Etat, bien au contraire.

Emmanuel Macron sur l’Europe : le risque de retour aux années 30

Emmanuel Macron n’est pas au mieux. En effet, le président français semble avoir de nombreux soucis à trouver sa vitesse de croisière et apparaît de plus en plus affaibli au fil des crises politiques. Il faut dire que le manque de résultats sur le plan économique ainsi que sur le plan social tend à valider l’insatisfaction de la population qui après un an et demi semble en avoir déjà marre.

Sarkozy, Hollande et Macron : même combat

Un constat valable pour les anciens présidents Sarkozy et Hollande qui, eux aussi, ont été broyés par l’Élysée au bout de quelques mois de quinquennat seulement.

Jean Garrigues, historien, estime que cela est en partie dû au fait que la politique soit aujourd’hui devenu un bien de consommation comme un autre, les Français ne croyant plus aux idéologies, mais se pressant tout de même aux urnes. L’obsolescence programmée d’une personnalité ou d’un programme entre alors en jeu.

Second point, le mandat de cinq ans ! Ainsi, selon Garrigue, un quinquennat est bien trop court afin de mettre en place toutes les réformes envisagées. Résultat, le raccourcissement de mandat présidentiel pousse le chef d’État à agir vite, très vite parfois même un peu trop. Le reste lui, est accentué par l’omniprésence médiatique et des réseaux sociaux qui contribuent largement à faire passer un message, qu’il soit positif ou négatif. La population peut alors très vite s’exprimer et de nombreux mouvements de protestation peuvent être créés en l’espace de quelques minutes. Les petites phrases d’Emmanuel Macron par exemple, sont très vite reprises et critiquées, donnant au président une image hautaine.

Des présidents “jetables” ?

Second point, le système d’élection permet à un candidat de se présenter et de rafler la mise en ne représentant que 20 à 25 % de la population globale française. En effet, Macron par exemple, a été élu par une minorité des Français, simplement rejoint au second tour par toutes les personnes souhaitant contrecarrer les plans du Front National de l’époque. Résultat, il n’est pas étonnant que sa politique soit finalement critiquée par la majorité des Français qui, en substance, n’avaient pas voté pour lui au premier tour. 

Enfin, le président apparaît comme bien esseulé puisque les parlementaires de la majorité agissent de manière générale comme « marionnettes », à savoir qu’aucune véritable figure ne semble émerger de l’hémicycle. Résultat, le président de la République semble être le seul à endosser réussites comme échecs et apparaît très souvent en première ligne.

Commentaires

Commentaires du site 0