Sur France 2, Manuel Valls dit adieu à la politique française

Sur France 2, Manuel Valls dit adieu à la politique françaiseFrancois Mori/AP/SIPA

Franco-espagnol, Manuel Valls possède la double nationalité. Ayant vécu de nombreuses années du côté de Barcelone, ce dernier a d'ailleurs décidé de revenir sur ses terres afin d'y devenir maire.

Rejeté en France, Manuel Valls tente l’aventure espagnole

Manuel Valls et la politique française, c’est officiellement terminé. En effet, l’ex-premier ministre de François Hollande a annoncé dimanche soir sur le plateau du journal de France 2, avoir pris la décision de continuer sa carrière du côté de Barcelone, où il va tenter d’y être élu maire. Un choix qu’il a assuré être « personnel » et qu’il a basé sur son envie de changer de vie. 

Le même combat, du côté de Barcelone.

Reconnaissant envers la France, ses institutions et le fait que celle-ci lui ait permis d’exprimer pleinement son potentiel politique, Manuel Valls est apparu très ému, mais surtout, heureux de se lancer dans un nouveau projet. Il faut dire que pour lui, l’avenir semblait boucher dans l’hexagone. En effet, après avoir été battu par Benoît Hamon à l’occasion des primaires socialistes, Valls s’est retrouvé un peu esseulé, prenant même la décision de représenter Emmanuel Macron dans l’Assemblée nationale, en tant que candidat libre.

Toujours député de l’Essonne, Manuel Valls a cependant promis de rendre son siège, mais aussi, de revenir le plus fréquemment possible à Paris. Interrogé sur le fait qu’il « abandonnait » en quelque sorte, la France, ce pays qui lui a permis de monter tout en haut, ce dernier a cependant répondu que son idée de la démocratie et de l’Europe lui laissait penser que de frontières, il n’y en avait plus. Il continuera donc son combat, tout en prônant les mêmes idées, mais un tout nouvel endroit.

 

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire

    ce sont des histoires !!!

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 2 mois

    Quand la politique ne marche pas en France on retourne au bercail.
    On attend sur pieds fermes le tour de Nicolas Sarkozy.