La Turquie accuse une nouvelle fois les USA de vouloir bouleverser l’économie mondiale. L’administration Trump, elle, renouvelait lundi les sanctions à l’encontre du secteur de l’énergie et de l’économie iranienne, promettant d’exercer davantage de pression sur la République islamique.La menace était pour le moins explicite, « Le régime iranien a le choix. Il peut soit faire demi-tour de son comportement hors-la-loi et se comporter comme un pays normal, soit voir son économie s’effondrer » disait à une conférence de presse le Secrétaire d’état Mike Pompeo.

L’administration Trump lançant une nouvelle offensive de sanctions punitives à l’encontre de plus de 700 entités dans des secteurs aussi diversifiés que l’énergétique, le bancaire et le maritime iranien. Une action qui a tout de suite entraîné une réaction de la Turquie.

Recep Tayyip Erdogan, le président turc de dire que ces sanctions sont « contraires au droit et à la diplomatie. Nous ne voulons pas vivre dans un monde impérial » et Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu au cours d’une conférence de presse à Tokyo, de renchérir que, « la Turquie est contre les sanctions et nous ne pensons pas que l’on puisse obtenir quelconques résultats avec ces sanctions », ajoutant qu’ « Il n’est pas sage de prendre le virage, isoler l’Iran est dangereux et punir le peuple iranien n’est pas juste ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire