Le torchon brûle à nouveau entre Washington et Moscou. Le traité INF (Intermediate Nuclear Forces Treaty) sur les armes nucléaires de portée intermédiaire qui avait été signé en 1987 par les dirigeants américain et soviétique de l’époque, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev en est la cause.Le chef d’état-major de l’armée russe, le général Valéri Guerassimov a annoncé que Moscou allait augmenter son arsenal nucléaire. Cette déclaration a été faite malgré les menaces du secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Pour lui, la Russie viole le traité INF.  Aussi, indique-t-il que les Etats-Unis se retireraient de l’accord si au bout de 60 jours, la Russie ne revoyait pas sa copie.

Loading...

Mais la Russie n’entend visiblement pas observer ce délai et s’oppose à l’hégémonie des Etats-Unis. « L’un des facteurs les plus destructifs compliquant les relations internationales, s’avèrent être les agissements des États-Unis essayant de garder leur rôle dominant dans les affaires internationales » a fait observer dans un communiqué de l’armée russe. Discréditer et contenir la Russie seraient les seuls objectifs poursuivis par les Etats-Unis et ses alliés selon cette déclaration.

Rappelons qu’à l’issue d’une réunion des ministres de la Défense de l’Otan au siège de l’Alliance à Bruxelles, son secrétaire général Jens Stoltenberg a souligné mardi que «la Russie a maintenant une dernière chance de se conformer de nouveau au Traité INF». Les 14 et 15 février 2019, l’ultimatum donné à la Russie pour rentrer dans les rangs expire.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom