L’émission 100% Bénin de Sikka Tv a reçu hier lundi 07 janvier le président de Task Force Citoyenne de la Cedeao. Entre autres sujets évoqués avec Gustave Assah : les préparatifs pour les législatives de 2019, l’activisme des ténors de la mouvance sur le terrain politique et le retour des exilés politiques.
A quelques semaines des législatives de 2019, le président de Task Force citoyenne de la Cedeao est inquiet. Il a exprimé ses craintes hier lundi sur les plateaux de l’émission 100% Bénin de Sikka Tv. Pour Gustave Assah, le corps électoral n’a pas encore été convoqué. Ce qui devait être fait depuis le 31 décembre 2018 conformément au nouveau code électoral voté par les députés. Il prévient le gouvernement quant aux risques d’un éventuel report de ce scrutin. « Si on reporte jusqu’au 15 avril, on tombe dans un vide juridique » a-t-il averti . L’autre inquiétude de Gustave Assah, c’est  la question des cartes électorales. Il pense que plusieurs nouveaux  majeurs ne se sont pas inscrits sur les listes du Cos-Lépi pour obtenir leurs cartes d’électeurs.

Le président de Task Force citoyenne de la Cedeao a par ailleurs critiqué les hommes politiques de la mouvance qui investissent déjà le terrain alors que la campagne n’a pas encore démarré. A l’en croire, « c’est de la tricherie. Il y a une période précise pour commencer la campagne » a-t-il déclaré, invitant une fois de plus le gouvernement à convoquer le corps électoral.

Amnistie pour les exilés politiques

En ce qui concerne les exilés politiques, Gustave Assah pense que le chef de l’Etat doit les amnistier. «  Aujourd’hui, qu’il y ait amnistie pour ceux qui sont à l’extérieur, c’est faire en sorte  que l’unité nous rassemble (…) C’est une chose importante à réaliser même avant les élections » a-t-il souhaité. Gustave Assah invite  Patrice Talon à poser cet acte fort un peu comme Boni Yayi en 2016.

5 Commentaires

  1. On voit et on entend de tout au Bénin. Un soit disant membre du mouvement citoyen qui plaide pour la non poursuite de gens coupables de détournements de deniers publics et qui s’exilent pour ne pas repondre de leurs forfaits…C’est étonnant et cela explique le retard abyssal que notre pays continue s’enregistrer. Ce Gustave Assah repondra de la protection des pilleurs de ressources publiques..

  2. Gustave Assah,vous parlez d’exilé politique au Bénin!!! ça veut dire que vous ne connaissez pas cette expression.C’est parce que vous avez triché lors de formation de DEA à l’Ecole doctorale pluridisplinaire de la FLASH en 2012,2013 et 2014.Est ce que vous avez fini finalement???

  3. Moi je suis contre le principe d’amnistie.

    Nous sommes plutôt dans une procédure l’illégalité de la justice de Patrice Talon par rapport à notre loi fondementale. Ce qui suppose que toutes les condamnations sont nulles. Surtaxe celle qui concerne Adjavon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom