C’est la fin de la récréation à la mairie d’Aplahoué. Le préfet du Couffo Christophe Mègbédji a pris un arrêté pour valider la mise en œuvre du douzième provisoire budgétaire de la commune. Ce que les conseillers frondeurs avaient précédemment rejeté par deux fois. La commune d’Aplahoué peut désormais mettre en œuvre son douzième provisoire n’en déplaise à ces 14 conseillers frondeurs qui ont tout fait pour bloquer sa validation. Christophe Mègbédji a pris cet arrêté pour faciliter le bon fonctionnement de la mairie qui était menacé par la non validation de ce douzième provisoire budgétaire.

Christophe Mègbédji s’est conformé aux textes

Le préfet du Couffo a juste appliqué l’article 149 de la loi n° 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes au Bénin. Signalons que la commune d’Aplahoué n’a pas encore voté son budget primitif exercice 2019.C’est d’ailleurs pour cela que le maire par intérim Sylvain Dahoué a demandé aux conseillers de valider le douzième provisoire en attendant le vote de ce budget primitif . 14 conseillers sur les 24 que compte la commune se sont opposés à ce projet de Sylvain Dahoué.

Les frondeurs n’ont pas optempéré

Ils ont rejeté le douzième provisoire lors de la première session extraordinaire du conseil communal le 14 janvier dernier. Averti, le préfet Mègbédji a envoyé une correspondance au conseil communal le 21 janvier, le sommant d’organiser une deuxième session extraordinaire pour voter le douzième provisoire.  Les conseillers frondeurs n’ont pas optempéré. Ils ont boycotté cette session.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom