Pour des raisons politiques, la Malaisie interdit à deux athlètes israéliens l’accès à son sol pour participer à un championnat de Paranatation. La menace de retrait de l’organisation de la compétition plane déjà sur ce pays. Les athlètes israéliens ne participeront peut-être pas à la compétition mondiale de paranatation de 2019 à Kuching, sur l’île de Bornéo. C’est du moins ce qu’on peut retenir pour l’instant de la décision qui a été prise par les autorités de la Malaisie, pays organisateur de cette compétition. A l’origine, des divergences politiques qui opposent ces deux nations. Pour le premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, il « serait contraire aux lois nationales d’octroyer des visas aux Israéliens car le pays ne reconnaît pas l’existence de l’état d’Israël ».

« Nous ne leur permettrons pas d’entrer. S’ils viennent, c’est un délit » a poursuivi l’autorité malaisienne. En effet, les passeports malaisiens stipulent clairement que la pièce peut être utilisée dans tous les pays exceptés en Israël pays avec lequel les relations diplomatiques restent très conflictuelles.

Pour avoir pris une telle décision, la Malaisie risque déjà de se voir retirer l’organisation de cette compétition qui aura lieu du 29 juillet au 4 août par le comité international paralympique.

Israël, habitué de l’exclusion

La Malaisie ne serait pas la première nation à rejeter des athlètes Juifs sur son territoire.  L’Etat Hébreux aurait même l’habitude de ces réactions dans les rencontres sportives internationales.  Dans un passé récent, la Fédération Internationale de Judo (FIJ) avait presque suspendu des tournois de judo à Abu Dabi quand les Israéliens ont été interdits de concourir avec leur drapeau et hymne national par les autorités des Emirats Arabes Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom