Alors qu’Israël se retrouve désormais en première ligne face au front syrien, occupé par la Russie, les forces de Bachar al Assad et l’Iran, les tensions se font de plus en plus vives dans la région. En effet, l’État hébreu tente de contenir l’influence grandissante de son ennemi Téhéran au sein du territoire Syrien et dans le Moyen-Orient en général et n’hésite plus à frapper des cibles bien précises.

La Russie hausse le ton

Une situation qui semble agacer Moscou au plus haut point. Ainsi, après plusieurs semaines de silence, le Kremlin, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a décidé de réagir. Selon la Russie, ces frappes à répétition pourraient bien avoir un réel impact sur la région puisqu’elles ne font « qu’intensifier les hostilités ». Afin d’éviter toutes escalades, la Russie a d’ailleurs invité Israël à cesser immédiatement ses « attaques arbitraires » contre la souveraineté syrienne.

Dernièrement, Israël a une nouvelle fois visé des positions iraniennes ainsi que des convois d’armes destinés au Hezbollah libanais, allié de Téhéran. Une opération présentée par Israël comme étant une riposte à un tir de missile iranien. « L’escalade des hostilités dans la région ne correspond pas aux intérêts régionaux des pays du Moyen-Orient, y compris Israël » a tenu à mettre en gade Maria Zakharova en commentant ces récents incidents.

Israël continuera son combat

De son côté, Israël assure qu’elle continuera d’empêcher l’Iran de s’implanter durablement en Syrie, ajoutant examiner toutes les possibilités afin d’arriver à son objectif. Pour le moment, la stratégie israélienne semble se confiner à des tirs de missiles, visant des objectifs bien ciblés, tels que des plateformes logistiques, des aéroports ou des dépôts susceptibles de renfermer armes et munitions. Les récentes frappes auraient d’ailleurs fait un certain nombre de victimes, quatre selon les Russes, onze selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

6 Commentaires

  1. Au lieu d’aller bombarder en Syrie,pourquoi ne pas aller en Iran en même temps?Pour le moment,le peuple israélien apparemment ne se plaint pas mais quand cela va dégénérer, il va comprendre la valeur de la paix…

  2. Une réplique destructrice à grande échelle démontrera aux véritables rares juifs qui vivent aux côtés des palestiniens depuis le temps des temps et qui ne veulent que vivre paisiblement en qualité de palestiniens, et qui refusent les nouveaux faux juifs , les cochons de sionistes terroristes en terre de Palestine , satanyahou ne défend aucunement ni les rares vrais juifs , ni les faux juifs soient les nouveaux arrivistes les colons ou encore mieux les cochons de sionistes terroristes.

  3. Juste du vent les parole de ces russes. Ils adorent s’asseoir entre deux chaises. Et ce n’est pas une bonne stratégie à mon avis car les deux avec qui on croit être nous déteste au fait. La Syrie ne parle pas ni Israël mais les deux ont de la détestation pour la position Russe. Le jour donc ou l’un ou l’autre serait en mesure de se passer de la Russie, ils le feront avec beaucoup de bonheur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire