Pris à parti par un gilet jaune, le journaliste français Jean-Michel Apathie a tenu à réagir, allant même jusqu’à invoquer la menace d’une “guerre civile”.En France, le mouvement des gilets jaunes se poursuit, ce samedi 12 janvier marque l’acte 9 des manifestations. Un mouvement qui perd chaque semaine en épaisseur, mais qui semble toutefois parti pour durer, ce dernier se structurant de plus en plus. Toutefois, si un problème reste récurrent, c’est bien celui de la violence et surtout, de la défiance envers les journalistes.

Loading...

Accusé, Apathie réplique

Jean-Michel Apathie, journaliste politique et éditorialiste sur Europe 1, peut d’ailleurs en témoigner. En effet, ce dernier s’est directement fait interpeller dans la rue lundi dernier par un gilet jaune qui l’a filmé sans son accord. Au cours de leur courte conversation, le manifestant le traite de menteur, ajoutant également qu’Apathie n’était qu’un « millionnaire » qui vivait dans le 16e arrondissement de la capitale Française.

L’intolérance au service de la guerre civile

Publiant la vidéo retrouvée sur son compte Twitter, Jean-Michel Apathie a tenu à mettre en garde. Invité sur le plateau de l’émission « C à vous » sur France 5, ce dernier a ainsi alerté sur les dangers de tels actes. Assurant que la plupart des gilets jaunes voyaient les médias comme des menteurs. La raison ? « Depuis des années, des gens racontent aux citoyens que les journaux étant possédés par neuf milliardaires, les journalistes sont au service du capital. » assure-t-il. Et c’est bien là le problème. En effet, les gilets jaunes ont dans le viseur, toutes personnes au service du capital.

Résultat, les journalistes sont, par répercussions, accusées de servir cette cause et sont, de fait, accusés d’être de mentir aux citoyens à longueur de journée. Critiquant « l’intolérance » de certains face à ce qui font leur métier de manière honnête, Apathie va même un peu plus loin dans son raisonnement, en assurant que cette défiance même, se met directement au service de la guerre civile. « Il faut sortir de ça » a-t-il insisté en conclusion.

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Les gilets jaunes ne parlent pas de “capital”. Vous mentez encore ici en essayant de les faire passer pour de marxistes. Les Gilets jaune s’en prennent à certains journalistes en les accusant de ne pas être libres, ni indépendants. Certains sont la propriété de l’état, donc soutiennent le chef de l’état. D’autres appartiennent à de riches personnalités qui ont soutenu et financé Macron.
    Le capitalisme n’a rien à voir dans cette histoire.

  2. Alors pourquoi vous ne dites pas les vérités.vous fêtes le jeu des gens riches et au pouvoir.vous êtes de mèche ex:votre abattement de 30% d impôt.

Répondre à SAINT SARDOS Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom