Le producteur hollywoodien dont les comportements sexuels déviants et harcèlements, avaient été mis à nus par la vague de révélations suscitées par #Metoo, serait en passe de perdre le ténor de son collectif défensifHarvey Weinstein est accusé de deux chefs d’agression sexuelle, de viols au premier degré, de viols au troisième degré et d’actes sexuels criminels au premier degré ; le tout passible d’une peine de prison à perpétuité. L’affaire Weinstein, selon la presse américaine, devrait être jugée en mai et une plaidoirie préparatoire au procès devrait avoir lieu en mars.

Cependant, pour ce faire le producteur pourra ne plus compter sur Ben Brafman, son avocat principal, qui, aurait de sources journalistiques demandé à la cour suprême de New York, de pouvoir se dessaisir du dossier. Brafman, avait été celui qui lui avait valu une victoire judiciaire en réussissant à démonter le caractère consensuel des relations que Weinstein avait eu avec l’une de ses accusatrices, Linda Evans.

Une nouvelle tourmente

Cependant, Brafman devra obtenir l’approbation du juge de la Cour suprême par intérim de Manhattan, James Burke, pour se retirer de l’affaire. Selon les médias le célèbre avocat aurait été offusqué de la démarche de son client de vouloir lui associer une autre équipe d’avocat. Des indiscrétions rapportaient  que Brafman aurait déclaré à un média en ligne que Weinstein était le «Genre de type à rechercher un deuxième avis sur sa salade de thon» et qu’il ne pouvait accepter les abus de l’ancien producteur.

En 2001, Brafman aurait défendu avec succès Sean Combs, alias Puff Diddy, contre des accusations de détention d’armes à feu et de corruption. Ce serait également à lui que devrait Dominique Strauss-Kahn, chef du Fonds monétaire international d’échapper à la justice quant à une allégation d’agression sexuelle déposée contre lui en 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire