Aux Etats-Unis, le président Trump a remporté une petite bataille grâce à une cour d’appel qui estime que son décret concernant l’interdiction pour les personnes transgenres de travailler pour l’armée n’était pas inconstitutionnel.Bonne nouvelle pour le président américain Donald Trump qui a obtenu d’une cour d’appel, une petite revanche face à un juge fédéral qui avait mis entre parenthèses sa décision d’interdire aux personnes transgenres de servir dans l’armée. Une décision inattendue qui devrait lui donner un peu de baume au cœur, dans une période relativement compliquée.

Trump remporte une première bataille

C’est la cour d’appel du District of Columbia qui lui aura donc donné raison. En effet, selon les informations délivrées par Bloomberg, la justice aurait en fait estimé que la décision du président américain n’était, finalement, pas si restrictive que cela puisque les personnes transgenres auront en fait le droit de servir le drapeau si jamais elles venaient à s’enregistrer à l’armée sous leur sexe de naissance. 

Au mois de mars dernier, le président Trump a en fait décidé d’assouplir sa position, revoyant sa copie en profondeur afin de donner à sa directive, plus de chances de passer. Cela semble ainsi avoir fonctionné puisque les juges d’appel ont estimé qu’il s’agissait « d’une erreur évidente » de considérer qu’aucun travail de refonte n’avait été opéré. Cependant, cela ne veut pas dire que la bataille est gagnée pour autant puisque d’autres tribunaux ont émis des injonctions à l’encontre de ce projet de loi qui, selon de nombreux juges, viole les droits constitutionnels. Résultat ? Elle n’est pas encore prête d’entrer en vigueur.

La communauté transgenre a du mal à comprendre

Du côté de la communauté transgenre, la pilule est difficile à avaler. En effet, selon Shannon Minter, la directrice du National Center for Lesbian Rights, les personnes souhaitant travailler au sein de l’armée, se retrouvent directement forcées de faire un choix sur leur identité sexuelle. Un constat partagé par l’ACLU, l’organisation américaine de défenses des droits civiques, qui qualifie cette décision d’incompréhensible tant il était « flagrant » que le texte était « inconstitutionnel ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom