Hier lundi 11 février, les députés béninois n’ont pas pu passer à l’examen et au vote du projet de loi portant autorisation d’adhésion du Bénin à la Convention internationale de la protection de l’obtention végétale (Upov) adoptée à Genève, le 19 mars 1991 . Le sujet a été renvoyé dans la perspective d’une éventuelle reconduction.

Loading...

La représentation nationale a peut-être pris en compte les alertes des acteurs du secteur agricole au sujet de cette convention. Pour ces derniers, c’est une loi qui va engendrer «la perte des droits et libertés de choix des paysans et paysannes du Bénin sur leurs propres semences, les rendant ainsi dépendants des détenteurs des brevets sur leurs semences». Elle sera aussi une vanne ouverte pour les OGM dans le pays.

Visiblement au courant des polémiques suscitées par l’introduction, à l’Assemblée nationale de la demande de ratification d’une telle convention, le président Adrien Houngbédji a estimé qu’il faille la mettre de côté pour l’instant. C’est un nouveau renvoi dans ce dossier. Le rapport sur le projet avait été renvoyé une fois, a-t-on appris.

Absence des autorités concernées

Outre les réactions des professionnels du secteur agricole béninois, ce nouveau renvoi à l’Assemblée est dû à l’absence, à la fois du ministre de l’agriculture, du président de la commission du plan en charge du dossier et de son rapporteur, hier à la plénière. Quelques heures avant, par un message qui a circulé sur les réseaux sociaux, le député Jean-Michel Abimbola, président de la commission, a informé de ce que son équipe «ne s’est pas réunie et n’a donc transmis aucun rapport à la plénière»  «Aucune autorisation de ratification ne sera faite sans une large concertation» a-t-il rassuré.

Voir les commentaires

3 Commentaires

  1. privatiser..ce que dieu nous a donné….comme bienfaits de la nature…selon la philosophie du libéralisme cosmopolite…
    Aprés ils vont privatiser,l’air,la faune…et nos cours d’eau…

    Disons ils veulent privatiser…la vie sur terre..!!!

    Ce sont des juifs…qui sont toujours derrière….ces inepties..

    Et comment..meme dans notre pays..on peut introduire…une telle idée …à l’assemblée nationale…

    Comme d’habitude…nos il.lét.rés députés…vont se tirer..une balle au pied..

  2. Bonjour chers tous,
    Je trouve que ce boycott est déjà un pas en avance. Même si ce boycott n’est pas favorisé par les députés, il doit être pourtant félicité car tout porte à croire que nos plaintes ne sont pas rentrées dans les oreilles du sourd. Cependant, il faudrait que le bloc, actuellement formé par les acteurs agricoles, intensifie les interventions tout en intégrant de la stratégie (lobbing) en vue de la mise en placard de ce fameux projet de loi sur l’UPOV.

  3. Examen de la convention renvoyé ???
    Que croyez-vous ??? Il se bousculent pour Avril et continuer à vivre sur le dos du peuple affamé.
    Les abrutis de députés de notre pays sont répugnants. Des charognards illettrés et analphabètes sans aucune qualification professionnelle.
    Ainsi va notre pays depuis des décennies.
    Jusqu’à quand ???
    Le vent soufflera. Un jour !!!
    Je passais
    Le Plombier

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom