Kaaris serait à Tunis , pour selon la presse française, mettre une touche finale à la faisabilité du fameux combat dans les règles, proposé par Booba courant décembre dernier. Cette proposition de combat, qui au départ n’était qu’une invective de Booba destinée qu’à clouer le bec à Kaaris se serait finalement transformée sous l’intérêt croissant des fans, en un véritable coup de pub. En fin de semaine dernière, Kaaris faisait parvenir à Booba, son contrat pour l’organisation et la communication autour de l’évènement.

Un contrat aux clauses précises

Kaaris qui disait dans son dernier opus « ne pas se laisser faire quand on veut l’écraser », aurait relevé le défi de son alter égo, en lui faisant parvenir un contrat de confrontation aux clauses pointues. Des indiscrétions dans la presse  auraient révélé que le combat au sommet entre les deux artistes pourrait se faire en capitale tunisienne, dans un encadrement sécuritaire, professionnel et légal de la fédération des sports de combats de Tunisie et surtout hors public. Le volet communication et couverture médiatique ne se ferait que via les réseaux sociaux.

Une démarche que semble apprécié Booba qui ce week-end, postait sur son compte tweeter ; « c’est ce que tu aurais dû faire depuis le début » avant néanmoins de préciser vouloir prendre la peine d’étudier les modalités proposées par Kaaris. « Tu vois c’est comme ça qu’on fait du business, tu envoies un contrat… on fait nos modifs… on se met d’accord et on signe » ajoutait le ‘’Duc de Boulogne’’ dans son post. Une posture inattendue puisque l’idée même de l’’’Octogone ‘’ venait de lui.

« Tu avais dit ou tu veux quand tu veux !!! »

Pour Booba, visiblement le volet « hors public » n’était point de son goût, encore moins la localisation de la zone de combat jusqu’en Afrique. Selon la presse people, le chanteur aurait émis le désir de voir le combat se dérouler en zone européenne de manière à permettre à un grand nombre des ses fans d’y assister.

« Pas de tching tchang tchong…(…) tu avais dit où tu veux quand tu veux !!!» répliquait Kaaris lui donnant une journée pour conclure l’affaire, auquel cas son silence serait pour lui aveu de défaite. « Je te laisse 24h pour signer le contrat sinon tu n’auras plus jamais le droit à la parole (…) Je suis déjà sur place et je t’attends de pied ferme!! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom